Négociations sur la rémunération : les syndicats de pharmaciens restent sur leur faim - 01/02/2024 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
01/02/2024 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Négociations sur la rémunération : les syndicats de pharmaciens restent sur leur faim

Déception et impatience, tels étaient les maîtres mots des représentants des syndicats de pharmaciens à la sortie du groupe de travail qui s'est tenu ce matin avec l’Assurance maladie dans le cadre des négociations conventionnelles.
Getty Images/Vetta Video

Les négociations conventionnelles se poursuivent. La thématique du groupe de travail du jour, la rémunération des pharmaciens, était très attendue par les représentants de la profession. A la sortie de la réunion, les présidents de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) et de l’Union des syndicats de pharmaciens d'officine (USPO) ne cachaient pas leur frustration. « La Cnam s'est contentée de nous présenter un PowerPoint succinct avec les différentes tranches de marge et les volumes, confie Pierre-Olivier Variot, le président de l’Union des syndicats de pharmaciens d'officine. Pour le reste, elle ne nous a dévoilé aucune projection, et elle n’a pas réagi non plus aux propositions que nous lui avons présentées d’une seule voix avec la FSPF. Nous avons donc le sentiment qu'il n'y a pas de réelle négociation, et que l'on ne nous écoute pas. »  

Un climat tendu

Cette impatience s'est même transformée en tension lorsque les deux parties ont confronté leurs chiffres sur 2023. « Lorsque vous avez d’un côté, la Cnam, qui défend l'équilibre des comptes sociaux, et de l’autre, une profession qui attend une revalorisation de sa rémunération pour préserver l'équilibre du maillage territorial, des officines et de l'accès aux soins, cela donne des échanges tendus », confirme Philipe Besset, le président de la FSPF. Surtout que les désaccords de fond sur les chiffres n’ont pas été réglés. « La Cnam nous a expliqué que notre rémunération sur le médicament aurait progressé de 5 % en 2023, note Pierre-Olivier Variot. Alors que de notre côté, nous observons une progression, mais dans des proportions moindres puisque nous obtenons un écart de 80 M€ sur la marge. » La Cnam a aussi sondé les syndicats de pharmaciens pour savoir s’ils seraient favorables à un transfert de rémunération entre la marge ou les honoraires actuels vers de nouveaux honoraires. « Nous leur avons rappelé que ce que nous attendions, ce n’était pas des transferts de valorisation, mais des revalorisations de l’ordre d’1 milliard sur les honoraires à l'ordonnance et la vaccination, et la prise en compte d'honoraires sur les nouvelles missions qui nous sont confiées : la prescription d’antibiotiques pour les angines et les cystites, les territoires fragiles, la lutte contre la fraude et le renouvellement des ordonnances », explique Philippe Besset.

Epilogue début mars ? Pour la profession, l'attente va se prolonger jusqu’à la réunion plénière programmée la première semaine de mars. La Cnam devrait alors formuler ses premières propositions. D'ici là, trois nouveaux groupes de travail auront lieu en février sur la lutte contre la fraude le 7, les territoires fragiles le 22, et la pertinence de la délivrance le 29 février. La FSPF et l’USPO ont prévu de publier dans les heures qui viennent un communiqué commun pour informer les pharmaciens d’officine.



Yves Rivoal

Les dernières réactions

  • 01/02/2024 à 19:56
    FredPich
    alerter
    La revalorisation des honoraires, dans ce contexte inflationniste, aurait dû être un préalable à toute discussion... Il est encore temps de durcir le ton et de refuser d'avancer sur tous les autres chantiers tant que ce point n'est pas validé. Tout le monde a besoin de plus d'argent pour compenser l'inflation : les députés (LOL), l'Ordre (SIC), les labos (BEURK), les fournisseurs et prestataires de tous types (BAM)... et pas nous?!? C'est pourtant simple à comprendre!!!
  • 01/02/2024 à 21:08
    pascal.r
    alerter
    ...les syndicats de pharmaciens restent sur leur faim.
    Trop repus peut être, avaient t'ils faim ?
  • 02/02/2024 à 07:36
    vinz
    alerter
    Ça dure depuis septembre tout ça il me semble, et après va falloir les négociations pour l’augmentation des salaires du coup se sera encore long jusqu’en 2025 ça fera 2 année blanche il le semble
  • 02/02/2024 à 09:31
    OJF
    alerter
    Les salariés de la sécu ont été augmentés. Les médicaments remboursés ne connaissent pas l'inflation tarifaire par contre. Etrange !
  • 02/02/2024 à 15:50
    pasglob
    alerter
    Tous les ans des groupes génériiques connaissent des baisses tarifaires et cela continue malgré l inflation. La rémunération des titulaires commence sérieusement à connaître un effet ciseau et les nouvelles missions, pour certaines demandent un surplus de personnel et d 'investissement. Dans ces conditions le gel des salaires n 'est qu 'un préalable à une crise durable qui va entrainer la mort de petites pharmacie déja impactées par le manque de médecin. La sécu ne comprend peut être pas, et bien il va falloir qu 'on sorte les tracteurs nous aussi et soyons solidaires sinon c 'est la fin....
    .
  • 02/02/2024 à 16:00
    ingwe.
    alerter
    pourquoi les prix des médicaments remboursés ne subissent pas l'inflation?????
  • 02/02/2024 à 17:24
    BREZHONEG
    alerter
    En octobre,j'avais ecrit ici que la soit disant nego allait nous emmener jusqu'en Mai Juin (pour rien).On est dans les temps.
  • 02/02/2024 à 17:39
    BREZHONEG
    alerter
    res réactions

    10/11/2023 à 16:09
    BREZHONEG
    alerter
    Toujours les memes ficelles :faire trainer,trouver un pretexte parce que "'c'est pas le moment ", ou encore finalement s'en remettre à un Haut Comité de ceci ou cela,mais pas avant debut 2024 (vers mai juin) .Et avec des gens qui ne demandent qu'à avoir un pretexte pour ne rien faire,ça marche trés bien cette tactique. Là, il va y avoir ......la Lettre de Cadrage !!! ,qu'il faut..... attendre!!! (oui,gagné !) dans le calme et le receuillement , puisque tout va bien,n'est ce pas
  • 05/02/2024 à 15:51
    Arol29
    alerter
    Très bien
    Les syndicats n'ont qu'à prendre leur chiffre, le diviser par le nombre de prescription délivrées par les officines françaises en 2023 et nous sortir un honoraire unique à l'ordonnance.
    On voit bien que le système hybride de rémunération est un système perdant perdant avec les ruptures et les volumes de prescriptions voulus par la sécu.
    Déconnectons notre rému. du volume et de conditions d'achat totalement, avec un honoraire unique qui ne pourra jamais baisser.
    Et laissons l'état se démerder à nous fournir les médicaments dont nous avons besoin, on commande et les grossistes envoient les factures à la sécu !

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !