Economie officinale : le ton des négociations conventionnelles est donné - 14/06/2023 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
14/06/2023 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Economie officinale : le ton des négociations conventionnelles est donné

Quel avenir pour la pharmacie ? Lors du Congrès national des pharmaciens organisé les 10 et 11 juin par la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), la première table ronde a donné un avant-goût des négociations conventionnelles qui débuteront à l’automne prochain.
Getty Images/iStockphoto

L'économiste et essayiste Olivier Babeau a rappelé les enjeux pour le réseau officinal. « Hors période Covid, on observe depuis 2012 une baisse tendancielle de la marge provoquée par l'augmentation de la masse salariale, et aggravée ces derniers mois par l’augmentation des coûts de l’énergie, a-t-il expliqué. Comme les pharmaciens ne peuvent pas fixer librement leurs prix, ils sont confrontés à un effet de ciseau entre les dépenses et les recettes. Ajoutez à cela une bipolarisation pour la valorisation des pharmacies, entre celles de plus ou moins 1,2 M€ de chiffre d'affaires, ces dernières n’arrivant bien souvent pas à trouver de repreneurs, et vous obtenez une baisse continue du nombre d'officines et de titulaires. Il est donc essentiel de pérenniser le réseau officinal en mettant en place des mécanismes de revalorisation régulière des honoraires, avec des clauses de revoyure afin de pouvoir rediscuter des recettes quand les dépenses augmentent de façon importante. »

Un avant-goût de négociation

La suite du débat a ressemblé à une répétition générale des négociations conventionnelles qui démarreront à l'automne entre les chambres patronales et l’Assurance maladie. Philippe Besset, le président de la FSPF, a d’abord égrené ses priorités. « Nous souhaitons dans cette négociation conventionnelle nous recentrer sur le cœur de métier, la délivrance des médicaments. Nous allons soumettre une demande de revalorisation de l'acte de délivrance de 0,80 centime à 1,30 €, quand les médecins aimeraient, eux, voir leur acte de base passé de 25 à 50 €, a malicieusement rappelé le président de la FSPF. Nous allons également demander la création de quatre nouveaux honoraires qui participeront à la revalorisation de notre métier. Nous réclamerons ainsi 10 € pour le renouvellement de trois mois des ordonnances expirées, 15 pour la dispensation protocolisée de médicaments à prescription médicale obligatoire, 5 pour une intervention pharmaceutique sur ordonnance, et 200 par jour pour les officines de proximité dans des déserts médicaux. Au total, cela représente une enveloppe de 750 M€ pour compenser l’inflation, soit 10 % de la rémunération des pharmaciens en 2019. »  

Cap sur la sobriété

Directrice déléguée de la Caisse nationale de l'Assurance maladie (Cnam), Marguerite Cazeneuve a elle aussi choisi l'humour pour répondre au président de la FSPF. « Sur les perspectives de la négociation conventionnelle, je suis 100 % d'accord avec Philippe, sauf peut-être sur les tarifs, a-t-elle plaisanté avant d'enchaîner plus sérieusement. Je pense effectivement que nous devrons travailler cet automne sur le cœur de métier des pharmaciens, à savoir la délivrance sécurisée et pertinente des produits de santé. Et que nous devrons aussi tenir compte de cet effet ciseaux qui pèse sur la remunération des pharmaciens. Ceci étant dit, dans un contexte inflationniste, tous les acteurs sont obligés de rogner sur leurs marges pour pouvoir tenir sur la durée. Ce sera aussi le cas pour les pharmaciens. »

Marguerite Cazeneuve a ensuite dévoilé le cap qu’elle entend fixer aux futures négociations. « Après la désensibilisation de la rémunération des pharmaciens au prix des médicaments, nous allons entrer dans une décennie où il faudra engager la désensibilisation aux volumes. Nous connaissons tous les enjeux de sobriété écologique qui se présentent à nous. La santé concentre 8 % des émissions de gaz à effet de serre, 50 % de ces émissions étant liées au médicament. C'est donc autour de la juste prescription et de la juste délivrance que nous allons devoir construire de nouveaux honoraires. En nous interrogeant notamment sur comment valoriser l'intervention pharmaceutique, lorsqu’elle va dans le sens d'une meilleure sécurité ou d'une diminution de la polymédication, et comment faire décoller les bilans partagés de médication, un très bel objet, mais qui reste purement pharmaceutique » a annoncé la directrice déléguée de la Cnam.



Yves Rivoal

Les dernières réactions

  • 14/06/2023 à 17:44
    BREZHONEG
    alerter
    Eh oui,les Pharmaciens sont coincés dans les ciseaux.Si au moins on pouvait revenir à une marge en pourcentage du prix,ça aurait au moins l'avantage de suivre les variations de prix de l'industrie qu'il va bien falloir reviser. Mais si on continue avec l'honoraire,constant et jamais réevalué pour nous, la negociation est d'ores et deja inutile , Et quand on voit l'humiliation imposée aux medecins qui voulaient soit 30 ,soit 50 euros pour la Consultation, et à qui on a accordé ...1.5 euro de plus comme rattrapage de l'inflation entre 2017 et 2023 , on peut etre certains que nos 2 combatifs syndicats vont obtenir beaucoup mieux, n'est ce pas !!!
  • 15/06/2023 à 07:12
    Jean37
    alerter
    Brezhoneg : Ces non-négociations seraient fatales aux syndicats. Si aucune amélioration de notre modèle économique n'était obtenue, ils n'auraient plus d'adhérents en 2024...
    Ce qui est possible : un repêchage des petites officines rurales avec population significative mais sans médecins (par semi-fonctionnarisation) car l'état ne voudra pas d'effet "gilets jaunes" de tous les contribuables ruraux n'ayant plus accès au médicament d'ici au départ de Macron.
  • 15/06/2023 à 12:38
    BREZHONEG
    alerter
    Entre une non-negociation et une nego où on n'obtiendra rien, je ne vois pas de difference.
    Ce qu'il est possible DE METTRE EN PLACE : les 22 000 pharmacies qui exigent la mise à 100% de tous les assurés, par adhesion à l' assurance (à creer) Complementaire de l'URSSAF.Puisque les Assurances Complementaires sont maintenant généralisées, comme l'Oblgatoire,pourquoi continuer à payer 2 reseaux?.A la MGEN, il y a les 2 dans le meme centre payeur. Excellent modele ,(à copier !!)
    On aura 500 000 personnes contre (celles qui profitent des structures à remplacer) et 65 000 000 d'autres qui trouveront que c'est logique. Et des Enarques bien emmerdés,avec qui, alors, on negociera (vraiment).....Mais nos 2 syndicats sont "sous controle", ça ne peut se faire qu'en les court circuitant par une simple assoc' independante. Et ensuite, simple et pas cher !!!.
  • 16/06/2023 à 12:31
    galenus
    alerter
    Vous reprendrez bien un peu de vaseline ?
  • 16/06/2023 à 18:54
    Nicolas 34
    alerter
    Allégée la vaseline si possible .....
  • 19/06/2023 à 18:21
    galenus
    alerter
    C'est pas per os...

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Pourrez-vous respecter la minute de silence en mémoire de votre consœur de Guyane le samedi 20 avril ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !