Migraine : l'apport des anti-CGRP - 15/06/2023 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
15/06/2023 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Migraine : l'apport des anti-CGRP

Les anti-CGRP sont des biothérapies indiquées dans le traitement de fond de la migraine. Ne passant pas la barrière hémato-encéphalique, ils bénéficient d’un bon profil de tolérance à court terme. Ils ne sont pas, à ce jour, remboursés par l’Assurance maladie.
Getty Images/iStockphoto
Mécanisme d’action

Anticorps dirigés contre le CGRP ou son récepteur

Le CGRP (calcitonin gene related peptide) est un neuropeptide, puissant vasodilatateur impliqué dans la pathogenèse de la migraine.

Les anti-CGRP (le frémanézumab dans Ajovy et le galcanézumab dans Emgality) sont des anticorps monoclonaux constituées d’immunoglobulines G (IgG) humanisées spécifiquement dirigées contre le CGRP ou son récepteur. Le frémanézumab, le galcanézumab et l’eptinézumab (Vyepti, réservé à l’usage hospitalier) se lient sélectivement au CGRP, l’empêchant de se fixer à son récepteur. L’érénumab (Aimovig, pour l’usage hospitalier) bloque le récepteur au CGRP.

Indications

Traitement de fond de la migraine

Ces molécules sont indiquées dans la prophylaxie de la migraine chez des patients ayant au moins 4 jours de migraine par mois. Cependant, la Haute Autorité de santé ne les recommande qu’à ceux souffrant de 8 jours de migraine par mois ou plus après échec d’au moins 2 autres traitements de fond (propranolol, métoprolol, amitriptyline, topiramate, etc.).

La prescription des anti-CGRP est réservée aux neurologues. Ces molécules ne sont pas remboursées à ce jour en France.

Pharmacocinétique

Demi-vie longue

Comme tout anticorps monoclonal, les anti-CGRP sont de grosses molécules qui ne peuvent pas franchir la barrière intestinale. Ils s’administrent par voie sous-cutanée (érénumab, frémanézumab, galcanézumab) ou en perfusion intraveineuse (eptinézumab).

Les anti-CGRP ne passent pas la barrière hémato-encéphalique (BHE), contrairement aux autres traitements de fond de la migraine, d’où leur bonne tolérance.

Ils sont dégradés par protéolyse enzymatique en petits peptides et en acides aminés, éventuellement réutilisables pour la synthèse de nouvelles protéines.

Leur demi-vie est longue, de l’ordre de 21 à 30 jours selon les molécules, permettant une injection mensuelle, voire trimestrielle en fonction des spécialités.  

Effets indésirables

Bonne tolérance à court terme

Les anti-CGRP sont principalement responsables de réactions locales au point d’injection (douleur, induration, érythème) et de constipation, fréquente notamment avec le galcanézumab. Occasionnellement, ils sont associés à des réactions d’hypersensibilité à type de manifestations cutanées le plus souvent bénignes (rash, prurit) ou, plus rarement, d’angioœdèmes ou d’anaphylaxie.

On manque de recul sur leur tolérance à long terme. Leur tolérance cardiaque reste mal connue. Le CGRP étant également présent au niveau cardiovasculaire, il existe un risque théorique d’aggravation d’une ischémie ou d’une hypertension artérielle.  

Contre-indications

Antécédents cardiovasculaires

Les anti-CGRP ne sont pas recommandés chez les patients atteints de maladies cardiovasculaires sévères car ces derniers ont été exclus des essais cliniques.

Du fait d’un manque de données, ils sont à éviter pendant la grossesse (risque théorique d’effet néfaste sur l’angiogenèse), ainsi que chez la femme allaitante dans les premiers jours suivant l’accouchement (au cours desquels existe un risque d’excrétion des immunoglobulines dans le lait maternel).

Interactions

Aucune à ce jour

Des interactions pharmacocinétiques semblent peu probables avec ces molécules qui ne sont pas métabolisées par le foie.

Les « gépants » en perspective

Identifiés par leur dénomination commune internationale se terminant par le suffixe « -gépant », des antagonistes des récepteurs du CGRP, administrés per os, sont commercialisés aux Etats-Unis : l’atogépant, le rimégépant et l’ubrogépant. Ils y sont approuvés comme traitement de crise de la migraine et/ou comme traitement prophylactique. Utilisables chez les patients à risque vasculaire, leurs principaux effets indésirables sont les nausées et un risque (rare) de réaction allergique sévère.

Sources : « Anticorps anti-CGRP et migraine », La Revue du praticien, février 2023 ; « Migraine : quelle place pour les traitements biologiques », Revue médicale suisse, 2019 ; Avis de la commission de la Transparence, Haute Autorité de santé ; Revised guidelines of the French Headache Society for diagnosis and management of migraine in adults, Rev. Neurol., 2021 ; lavoixdesmigraineux.fr ; base de données publique des médicaments.



Maitena Teknetzian

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !