13/07/2021 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Magali Clausener

Emmanuel Macron l’a acté le 12 juillet 2021 : les soignants et tous les professionnels en contact avec des personnes âgées ou fragiles, devront être vaccinés d’ici le 15 septembre. A partir de cette date, des contrôles seront opérés et des sanctions prises. Dans la foulée de l’allocution présidentielle, Olivier Véran annonçait sur LCI que les soignants non vaccinés ne seraient plus payés.Contrôles par les ARSLes pharmaciens titulaires et adjoints, ainsi que les préparateurs sont donc concernés par cette obligation vaccinale. Mais qui vérifiera que les équipes officinales sont bien vaccinées contre le Covid ? Selon Gabriel Attal, qui s’est exprimé ce matin ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Les dernières réactions

  • 13/07/2021 à 18:44
    drlouzou
    alerter
    100% d’accord
  • 13/07/2021 à 20:10
    Authentic 59
    alerter
    Cela aurait du être fait plus tôt. Et pourquoi ne pas rendre la vaccination pour tous obligatoire ? La seule façon.d éradiquer ce virus
  • 13/07/2021 à 20:57
    Rixtou
    alerter
    Si vous pensez que la vaccination pour tous permettra d’éradiquer le virus vous risquez d’être déçu. De plus la vaccination chez les jeunes n’est pas justifiée. Courrez donc les moutons vers ce monde fasciste ou vous déshumanisez une partie de la population sous couvert d’une raison sanitaire. Pauvre de vous.
  • 13/07/2021 à 21:25
    hs
    alerter
    ce vaccin ARNm n'est pas un vrai vaccin au sens médical du terme, vous devriez le savoir en tant que pharmaciens. Trop ciblé sur une seule protéine virale, il entraine des variants multiples et successifs, comme on peut s'en rendre compte depuis qu'il est utilisé dans le monde. Certes, il protège assez bien des formes graves, c'est déjà pas mal, mais éradiquer un virus par un vaccin qui n'agit que une seule partie d'un virus, non ce n'est pas vrai.
  • 13/07/2021 à 22:03
    Authentic 59
    alerter
    Alors ne faites surtout rien ,ne tentez rien...
  • 14/07/2021 à 02:27
    galenus
    alerter
    La bêtise, par méconnaissance scientifique, ne se vaccine pas...
  • 14/07/2021 à 09:47
    Lucie89
    alerter
    Que faire si on est obliger , on va se faire virer si on refuse?? Trop de patient a mon officine développé des effets très grave après vaccination des jeunes qui ont des coeur de personnes de 90 ans suite au vaccin, et j'en passe
    Je ne souhaite pas le faire et j'assume.
  • 14/07/2021 à 12:13
    drlouzou
    alerter
    Que les gens non vaccinés du COVID meurent du COVID, ce sont leurs choix, et après tout, tout le monde s’en tape (et surtout moi).
    Mais alors qu’ils ne viennent pas pleurer s’ils sont malades du SRAS-VOD-2, et j’espère qu’ils auront le même courage de refuser de se faire soigner, de refuser d’être admis en réanimation pendant 2 à 6 semaine, soit un cout moyen de 150.000 euros pour la société qu’ils accusent de complotisme ou je ne sais quoi ?
    La liberté de chacun s’arrête lorsqu’elle met en danger la société tout entière, c’est le principe du « vivre ensemble » et de toute société et civilisation évoluée.
    Mais que des soignants refusent d’être vacciner, c’est quand même curieux.
    Donc le choix est simple : soit tu te vaccine, soit tu n’a rien à faire parmi les soignants : donc en terme plus simple : soit tu te vaccine, soit tu dégage !
  • 14/07/2021 à 12:44
    Rixtou
    alerter
    Tu vois petit soignant, marche ou crève !
  • 14/07/2021 à 12:50
    fama81
    alerter
    Ce ne sont pas des vaccins standards, ce sont des injections géniques en phase III. Pas d'ogm chez les animaux et les plantes mais chez l'Homme c'est OK?
    Pas d'obligation avant l'apparition et la mise en oeuvre de la LOI.
    Encore du temps pour choisir.
    Voir site Reaction19.fr
    Merci de garder vos remarques désobligeantes.
    La démocratie, s'il en reste, permet de s'exprimer dans le respect de chacun.
  • 14/07/2021 à 13:01
    aelia86
    alerter
    Pas de vaccin pas de rea pas de sortie. Vous serez libre de votre choix et corps mais chez vous et sans travail. Alors assumez et signez des refus de prise en charge médicale et gardez vos miasmes chez vous , loin de ceux qui pour eux et pour la collectivité ont fait le choix du vaccin. Et en effet, vous n’avez rien à faire dans le milieu de la santé si vous êtes défiant de tout et notamment de la vaccination! Bon vent dans d’autres métiers, ça recrute ailleurs !
  • 14/07/2021 à 13:55
    Authentic 59
    alerter
    Bravo drlouzou, je vote pour toi
  • 14/07/2021 à 15:20
    Rixtou
    alerter
    Le probleme ce n’est pas pro ou antivaccin, le probleme c’est macron qui nous montent les uns contre les autres.
  • 14/07/2021 à 15:26
    H2O
    alerter
    Pour ou contre nous devons montrer l’exemple en respectant nos choix!
    Nous soignions, nous ne sommes pas des donneurs de leçons...
    Et notre corps nous appartient (encore) c’est l’intégrité physique ( même les philosophes du siècle des lumières défendait cette idée et notre Hippocrate aussi : primum non nocere)
    L’obligation pourquoi pas mais pas en phase d’essai sans innocuité démontrée et encore moins sur des enfants car j’ai peur qu’on en arrive là...
  • 14/07/2021 à 15:42
    Pcc1
    alerter
    Un petit rappel mortalité de ce virus très très dangereux 0,16% ...en admettant que les 111 000 décès soient exclusivement du Covid .
    Les études de pharmacie ont dû changer ,c’est vrai que le marketing a tout envahi , mais de mon temps on apprenait pas à administrer un nouveau produit encore en phase 3 à toute la population .
  • 14/07/2021 à 15:50
    Pcc1
    alerter
    Quid des assurances pour emprunt professionnel en cas de problème post vaccinal ,effets indésirables rares mais graves voir mortels , formule qui aurait entraîné immédiatement le retrait de n’importe quel autre produit ?
    On a tous pu constater de l’altruisme des assureurs lors des confinements .
  • 14/07/2021 à 19:20
    glUlysse
    alerter
    C'est pas l'ARNm du vaccin qui entraine des variants... C'est le virus qui lui-même mute plus du fait qu'il est à ARN
  • 14/07/2021 à 19:32
    Authentic 59
    alerter
    Si tout est question de marketing et de taux de mortalité, alors il faut effectivement accepter les décès dus au covid , le non report des opérations et hospitalisation pour les autres pathologies , comme cela a été fait , et inutile de confiner et de priver une partie de la population de sa liberté pour l autre ....
  • 14/07/2021 à 20:25
    clarie préparatrice
    alerter
    Vos messages font peur ... Je suis contre ce vaccin expérimental et ses effets secondaires sur lesquels nous n'avons pas de recours juridique possible et aucune indemnisation possible...
    Si les non vaccinés n'ont pas accès à la réanimation si besoin, pourquoi continue t on de payer des chimio aux personnes qui ont fumé toute leur vie au point d'en développer un cancer ? On sait pourtant que fumer tue....
    Voilà, je n'ai qu'une ligne de conduite pour ma part, je refuse qu'on m'injecte un vaccin à Arn obligatoire maintenant alors qu'un vaccin inactivé sortira en fin d'année, peut être plus sécurisé que ceux actuels...
    Pour ma part, j'ai une maladie auto immune en rémission, et je ne prend pas le risque d'une nouvelle poussée avec un vaccin qui modifie mon système immunitaire... Pour une maladie que je côtoie depuis 18 mois de très près sans l'avoir eu... Et qui n'est quasi pas mortelle...
    Bon courage à tous ds ce débat, et bon choix...
  • 14/07/2021 à 21:07
    Pcc1
    alerter
    Jusque là il y avait une règle de base qui était de ne pas vacciner pendant une épidémie l’évidence étant que cela céé une pression de sélection sur le virus .
    Au hasard les premiers variants sont apparus là où l’un des candidats vaccins a le plus testé GB,Afrique du sud et Brésil.
    Comme dise les enquêteurs en matière criminelle il n’y a pas de hasard que des coïncidences.
  • 14/07/2021 à 21:35
    drlouzou
    alerter
    La discrimination est un processus d’inégalité de traitement, lié au fait d'opérer une distinction concernant une personne ou un groupe de population en créant des frontières dites « discriminantes », c'est-à-dire produisant un rejet visant à l'exclusion sur des critères tels que l'origine sociale ou ethnique, la religion, le genre, la catégorie sociale ou professionnelle , l'état de santé …

    La discrimination est à l’origine de nombreuses théories entrainant la ségrégation : raciale, sociétale, religieuse …

    « Les Hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits.
    Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune. »

    Alors ce que dit la LOI:

    • Le Code Pénal français définit la discrimination comme « toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur lieu de résidence, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs mœurs, de leur orientation ou identité sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ». (Article 225-1).
    • Le Code du travail dispose que : « Aucune personne ne peut être écartée d'une procédure de recrutement ou de l'accès à un stage ou à une période de formation en entreprise, aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié ou faire l'objet d'une mesure discriminatoire, directe ou indirecte, notamment en matière de rémunération, de formation, de reclassement, d'affectation, de qualification, de classification, de promotion professionnelle, de mutation ou de renouvellement de contrat en raison de son origine, de son sexe, de ses mœurs, de son orientation sexuelle, de son âge , de sa situation de famille, de son appartenance ou de sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation ou une race, de ses opinions politiques, de ses activités syndicales ou mutualistes, de ses convictions religieuses, de son apparence physique, de son patronyme ou, sauf inaptitude constatée par le médecin du travail dans le cadre du titre IV du livre II du présent code, en raison de son état de santé ou de son handicap ».
    • Le fait d'exposer directement autrui à un risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente par la violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement est puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende. (Article 223-1)

    Je pense que tout est dit: tant que la crise sanitaire persiste, les personnes refusant de se vacciner, devront être exclut de leur lieu de travail pour motif de l'article 223-1 du Code Pénal. Sauf si le refus de vaccination est reconnu comme "faute professionnelle".

    Bref, mes amis je suis vacciné depuis plus de 6 mois, je suis toujours en vie, j'ai vacciné plus de 500 personnes, ils sont toujours en vies et m'ont tous dit: "Merci".





  • 14/07/2021 à 21:46
    92pharmacien77
    alerter
    C’est moi ou la FSPF dit le contraire de l’article ?
    Qui a raison du coup ?

    http://www.fspf.fr/fspf-services/breves/vaccination-obligatoire-contre-covid-19-pass-sanitaire-pas-obligation-pharmacie
  • 14/07/2021 à 22:15
    Phil34
    alerter
    Vaccin obligatoire et pour tous contre la grippe, contre la fièvre jaune, contre le papilloma, la méningite…. Bref tout ce que l’on peut s’injecter ! Open bar à la pharma !!!!
    Trêve de plaisanterie… pourquoi vacciner les ados ???? Puisque le vaccin n’évite pas la contamination et donc la contagion ( comme beaucoup de vaccins d’ailleurs…). Je sais vous allez me dire que bla-bla-bla l’immunité collective…. Mais si on réfléchit juste une seconde à la balance bénéfice/risque, c’est quoi le bilan de l’équation finale ?
  • 14/07/2021 à 23:13
    Pcc1
    alerter
    A drouzou
    C’est bien ,quelle fierté ,vous en auriez fait
    5 000 ou 50 000 que cela ne changerait rien au fait qu’une autre règle de base est que les effectifs ne remplacent pas la durée .
    Pas d’études de génotoxicité ni de biodistribution .
    Je me répète mais ça a bien changé les études de pharmacie.
  • 14/07/2021 à 23:22
    Pcc1
    alerter
    Et pour les enfants ??? Qui aurait pu imaginer un jour voir administrer massivement un produit complètement nouveau sous AMM conditionnelle à des enfants ????quel salopard peut décider cela ?
  • 14/07/2021 à 23:23
    Mercredi
    alerter
    "...is sont toujours en vies et m'ont tous dit: "Merci"."

    C'est drôlement gentil de vous dire merci alors que vous leur avez injecté un vaccin qui ne les empêchent pas d'être contaminés ou contagieux, et qui les contraint à continuer à porter un masque.

    Pour ma part, vaccination obligatoire puisque je travaille dans un CC. Je dirais merci quand je mourrai de vieillesse dans mon lit.

    En attendant, bon courage à tous, on en a bien besoin! Et prenez soin de vous!
  • 14/07/2021 à 23:41
    roller33
    alerter
    Heu, je propose à tout le monde de se calmer en attendant :

    1- de connaitre le contenu précis du projet de loi ( dépôt le 19/07 )

    2 - de savoir si tout cela passe les filtres que sont le conseil d'état et le conseil constitutionnel

    3 - de savoir si la loi est définitivement adoptée en ayant été éventuellement amendée lors de la navette parlementaire

    4 - la parution du décret d'application de la loi
    ceci étant estimé pour le 1er août, cela justifie la date butoir du 15 septembre pour la validation du pass vaccinal des "soignants", soit 45 jours pour se mettre en conformité, sachant que tout accroc dans le processus législatif pourra de fait repousser voire annuler cette date butoir.

    wait and see...

  • 15/07/2021 à 00:13
    roller33
    alerter
    Trop drôle cette phrase :

    Publié le 13/07/2021 par FSPF
    "Les pharmacies d’officine ne devraient donc pas être concernées par cette mesure : patients comme salariés n’auront donc pas à présenter de pass sanitaire valide pour accéder aux officines."

    Ce serait un comble de devoir présenter un pass sanitaire ( vacciné, négatif ou rétabli ) afin de pouvoir se faire vacciner ou tester ( TAG ou TROD sérologique )

    Je crois que tout le monde commence à perdre la boule...
  • 15/07/2021 à 06:07
    Sidonie
    alerter
    Ne pas être vacciné lorsque l'on est professionnel de santé face à un public par définition fragile, est une faute professionnelle.

    Et désormais en tant que patient je vais exiger le Pass de ma pharmacienne, de mon infirmière de mon médecin.

    Et les jeunes vont s'échanger non pas leur 06, mais leur Pass.
  • 15/07/2021 à 07:22
    drlouzou
    alerter
    Tout ceci me chauffe mes neurones , donc je me retire du débat … Bonne journée à toutes et à tous …
  • 15/07/2021 à 07:25
    Pcc1
    alerter
    De telles décisions ,uniques à pays comparables ,n’ont pas été prises sans l’aval des autorités du droit que sont le CE et le CC.Voir la mascarade de la CNIL la semaine dernière .
    Seuls pays au monde à le faire l’Arabie saoudite le Turkménistan et 2 ou 3 autres ...Stan .
    Rappels pour Sidonie la mortalité est de 0,16%,
    Il y a des traitements ,eh oui ,avec des molecules connues depuis des dizaines d’années au moins leurs effets secondaires .
    Voir les déclarations du ministre de la Santé auprès du Conseil d’Etat .
    En GB sur les hospitalisations récentes plus de la moitié sont des vaccinés , sur un bâtiment de leur marine royale plusieurs cas alors que tout l’équipage est vacciné ....
    Dernier RAPPEL ce produit est sous AMM CONDITIONNELLE ,on ne connaît pas sa composition à part l’ARNm ou les adenovirus .
    La mode est à savoir si une tomate est bio , sans pesticide sans ceci ou cela , si le poulet a bien couru dans la cour de la ferme et là sans question il faut se faire injecter un produit expérimental .
    A part pour les populations désormais bien identifiées , âge , co morbidité , pour un vaccin ou assimilé la notion de bénéfice risque vole en éclat dans la mesure où ce produit est injecté à une population saine .
    Enfin tous les médicaments ont des contre indications , parfois même plus que d’indications et la produit unique au monde aucune contre indication ,circulez y a rien à voir !
    Se poser des questions est interdit ?
  • 15/07/2021 à 07:35
    LoloK
    alerter
    Voilà ce que je vais afficher sur mon rideau de pharmacie samedi après midi

    -À ma patientèle fidèle et aimante,
    Cet après-midi j’ai décidé de baisser le rideau non pas pour aller manifester (j’ai trop peur des débordements et la violence n’a jamais servie une quelconque cause), mais pour m’assoir chez moi face à la Seine et essayer de retrouver un peu de sérénité et d’espoir face au monde privé de liberté et tyrannique que l’on tente de nous imposer à nous et nos enfants.
    Bien à vous,
    Laurence.

    Si je pouvais ne pas être là seule.
    Merci de relayer
  • 15/07/2021 à 08:33
    Lucie 89
    alerter
    Si la fspf dit que nous sommes pas obliger c'est que nous sommes pas obliger
    De plus , pourquoi beaucoup de personnes se retrouvent avec la zone d'injection magnétique, un aimant dessus ça tient, une rondelle en métal ça tient ?? Un vaccin nous a jamais rendu magnétique que je sache. Qui a t'il dedans, une puce électronique, des nano particule, en tout cas rien de naturel cela est bien sûr !!! Faite le test sur vous vous verrez bien , j'ai même fait le test sur mes collègues idem .

    Et de plus comme dirait une généticienne ce n'est pas un vaccin car il ne répond pas à la définition d'un vaccin, c'est une thérapie génique expérimentale , comme les OGM!!!.
    A bon entendeur
  • 15/07/2021 à 08:34
    Authentic 59
    alerter
    A lolok attention si tu n es pas seule met ton masque
  • 15/07/2021 à 10:22
    BREZHONEG
    alerter
    C'est bizarre,quand ça a commencé,en Mars 2020,( discours d'E .Philippe le week end du Pharmagora annulé ), on a démarré la lutte en annonçant que la future vaccination,quand les vaccins seraient prets, allait etre LA solution.Puis, les vaccins etant en service aux USA depuis novembbre sans problemes, on a mis en route prioritairement, pour les prof.de santé, en Janvier.Et c'est seulement maintenant qu' on detecte 30% de non- au -vaccin ?La comparaison entre listes des inscrits a leurs Ordres et liste des factures de la vacc. envoyées a la Secu aurait permis d'alerter. plus tot. Enfin,apres 1 milliard de vaccinés sur 8 mois il y aura toujours des gens qui " n'auront pas confiance" et qui pensent que le telephone donne le cancer.
  • 15/07/2021 à 11:33
    roller33
    alerter
    Pour rappel, au départ de la vaccination, les professionnels de santé n'étaient pas jugés prioritaires ( sauf ceux travaillant dans les EHPAD sous réserve qu'ils aient plus de 50 ans ou qu'ils présentent un risque de forme grave de COVID ).

    Franceinfo/Radio France
    Publié le 09/01/2021 10:45

    "Il fallait commencer" la campagne de vaccination "par les soignants parce que c'est quand même eux qui sont au front, ce sont eux qui meurent aussi du Covid", a réagi le professeur Éric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, samedi 9 janvier sur franceinfo.

    C'est "un profond mépris vis-à-vis du corps médical et paramédical et des soignants dans leur généralité de ne pas leur proposer la vaccination. C'est comme d'envoyer des pompiers au feu, sans combinaison ignifugée", a ajouté Éric Caumes.

    Le Pr Caumes avait déjà poussé un coup de gueule dans l'émission 24 h Pujadas sur LCI, au lendemain de la vaccination de Mauricette le 27/12/20, suite à quoi ( en raison du tonnerre médiatique ) la vaccination des professionnels de santé hors EHPAD a pu être possible à partir du 4 janvier 2021 mais seulement pour les plus de 50 ans ou si on présentait des comorbidités à risque de COVID grave.

    Pour info, dans les pays européens voisins, les professionnels de santé ont tout de suite été jugés prioritaires, et ceci sans distinction d'âge ( ce qui explique certainement leur adhésion et leur très fort taux de vaccination actuel ) alors qu'en France cela n'a été le cas que le 6 février.

    Tout ceci traduit effectivement le peu de considération donné dans ce pays aux professionnels de santé, ainsi il ne faut pas s'étonner de la réaction de certains face à des revirements constants de la part des autorités sanitaires.

    PS : j'ai finalisé mon schéma vaccinal complet avec le vaccin Pfizer/BioNTech depuis fin février 2021 alors que j'ai moins de 50 ans et aucune comorbidité . en effet, j'avais demandé à figurer sur une liste d'attente et j'ai pu bénéficier d'une injection suite au désistement d'une personne ayant été contaminée par le virus.

    Le calendrier officiel sur servicepublicfr :

    Le déploiement de la vaccination se fait progressivement avec une priorité donnée depuis le 27 décembre 2020 aux publics les plus vulnérables au virus et les plus susceptibles de développer des formes graves de la maladie. Il s'agit :

    - des personnes âgées en établissements : établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), unités de soins de longue durée (USLD), résidences autonomie, résidences services seniors ;
    - des personnels qui travaillent dans ces établissements lorsqu'ils sont à risque de développer une forme grave du Covid-19 ;

    - des professionnels des secteurs de la santé (y compris libéraux) et du médico-social, des pompiers et des aides à domicile âgés de 50 ans et plus et/ou présentant des comorbidités depuis le 4 janvier 2021 ;
  • 15/07/2021 à 15:07
    croiverte
    alerter
    Bien d'accord avec vous drlouzou, il suffit d'aller faire du bénévolat dans une morgue pour voir ce que la Covid entraine chez les personnes fragiles, il ne faut pas raisonner égoïstement mais à l'échelle mondiale, se faire vacciner c'est aussi pour protéger ces personnes fragiles, quelquefois trop fragiles pour être vaccinées; qui se rappelle de la polio ou de la variole ? merci Pasteur.
  • 15/07/2021 à 15:41
    drlouzou
    alerter
    Merci « Croiverte »
  • 15/07/2021 à 16:06
    Pcc1
    alerter
    Il suffit d’aller dans un service de cancéro avant la morgue pour voir les dégâts du tabac ....la à vie c’est pas bisounours land la vie c’est mortel .
  • 15/07/2021 à 18:11
    drlouzou
    alerter
    Michel Audiard disait : « Je ne parle plus aux c… , ça risquerait de les rendre intelligents »
  • 15/07/2021 à 19:48
    Pcc1
    alerter
    La bien pensance a parlé facile d’être dans ce camp là!
  • 15/07/2021 à 19:54
    Pcc1
    alerter
    L’insulte quand on a pas d’arguments c’est très mainstream
  • 15/07/2021 à 21:32
    Youc57
    alerter
    C'est marrant il y en a parce qu'ils sont vacciné, il s'approprie le droit de choisir qui est soignant ou pas. Le plus fou, c'est que si on demande à un vacciné de nous expliquer le mécanisme d'action il saurait même pas l'expliquer.... C'est désobligeant. Soignant en carton va...
  • 15/07/2021 à 23:59
    drlouzou
    alerter
    Si, les défenseurs des vaccinations savent objectivement de quoi ils parlent :
    Un vaccin à ARN, ou vaccin à ARN messager, est un type de vaccin activant le système immunitaire adaptatif au moyen d'ARN messagers dont la séquence nucléotidique code une protéine identique ou semblable à un antigène d'agent pathogène ou à un antigène tumoral (en). Cette protéine est produite directement dans les cellules cibles par traduction de l'ARN messager contenu dans le vaccin, et est reconnue par le système immunitaire de l'organisme, qui réagit en produisant des anticorps dirigés contre l'agent pathogène ou le cancer qu'on cherche à neutraliser. L'ARN messager peut être nu, c'est-à-dire délivré directement en solution, ou bien encapsulé (en) dans des nanoparticules lipidiques ; des virus à ARN sont également étudiés comme vecteurs possibles de vaccins à ARN.
    Ce type de vaccins présente certains avantages sur les vaccins à ADN du point de vue de la fabrication, du mode d'administration aux patients et de la sécurité d'utilisation , et a pu montrer des effets prometteurs lors d'essais cliniques sur l'homme. Les vaccins à ARN pourraient également présenter un intérêt contre certains cancers. Plusieurs laboratoires pharmaceutiques tels que CureVac et Moderna développent de tels vaccins, dont plusieurs depuis début 2020 contre la COVID-19. Le vaccin Tozinaméran, développé par BioNTech et Pfizer, a reçu le 2 décembre 2020 au Royaume-Uni la première autorisation pour l'utilisation grand public d'un vaccin à ARN de la part d'un organisme national de régulation des médicaments5.
    Par rapport aux vaccins à ADN, l'intérêt des vaccins à ARN est qu'ils sont traduits dans le cytosol des cellules, ce qui les dispense de devoir pénétrer dans les noyaux cellulaires et écarte le risque de voir leur matériel génétique être incorporé au génome de l'hôte1,a. Il est en outre possible d'optimiser le cadre de lecture ouvert (ORF) et les régions non traduites (UTR) des ARN messagers, par exemple en augmentant leur taux de GC6 ou en sélectionnant des régions non traduites connues pour favoriser la traduction7. Un cadre de lecture ouvert supplémentaire peut également être ajouté pour fournir un mécanisme de réplication amplifiant la traduction en antigène, ce qui donne un ARN auto-amplificateur qui réduit la quantité initiale d'ARN nécessaire pour obtenir l'effet désiré.
    Le principal risque des vaccins à ARN est celui du déclenchement d'une réponse immunitaire excessive par activation du système immunitaire inné. La réponse immunitaire innée est activée par liaison de l'ARN aux récepteurs de type Toll, comme la protéine TLR7 (en), à la protéine RIG-I (en) et la protéine kinase R (en). On atténue ce risque en concevant des ARN messagers ayant des séquences semblables à celles produites par les cellules de mammifères et en introduisant, dans l'ARN messager, des nucléosides modifiés, comme la pseudouridine14, la 5-méthylcytidine14, ou des nucléosides 2’-O-méthylés comme la 2’-O-méthyladénosine, ce qui a pour effet de limiter la réponse immunitaire contre cet ARN étranger, et donc de retarder sa dégradation, d'où un meilleur taux de traduction en antigène. On peut également optimiser les codons et utiliser certaines régions non traduites , ce qui ralentit également la dégradation de l'ARN. Par ailleurs, la présence de traces d'ARN bicaténaire contaminant les préparations d'ARNs produits in vitro peuvent déclencher une interférence par ARN, ce qui peut conduire à la dégradation prématurée de l'ARN vaccinal et réduire sa durée d'action, imposant une purification en plusieurs étapes. L'ARN bicaténaire indésirable peut être éliminé par traitement à la RNAse III ou à moindre frais par adsorption sur la cellulose.
    Certains vaccins à ARN peuvent également produire une forte réponse immunitaire avec des interférons de type I, associés à l'inflammation ainsi qu'à des manifestations auto-immunes, ce qui fait des personnes sujettes aux maladies auto-immunes des sujets potentiellement à risque pour ces vaccins.
    Par ailleurs, l'ARN extracellulaire est connu pour être un facteur favorisant la coagulation sanguine21 et augmentant la perméabilité de l'endothélium. L'accroissement de la perméabilité endothéliale peut entraîner un œdème et stimuler la coagulation sanguine ce qui entraîne un risque de formation de thrombus, d'où des risques d'infarctus (notamment d'infarctus cérébral), de thrombose ou encore d'embolie pulmonaire. L'ARN qui se retrouve dans le sang est toutefois détruit très rapidement par des RNases et il n'est pas internalisé efficacement dans les cellules.
    En septembre 2020, le CRIIGEN (association anti-OGM fondée par Corinne Lepage et Jean-Marie Pelt) fait état, dans un rapport signé par le président de son conseil scientifique Christian Vélot, de risques plus élevés d'immunotoxicité, de génotoxicité par mutagénèse et d'apparition de nouveaux virus par recombinaison génétique causés par de tels vaccins. Ces risques, constatés lors d'études précédentes, sont néanmoins apparus sur des personnes vulnérables. Des tests randomisés sur des échantillons représentatifs de la population n'ont pas été réalisés, ne permettant pas de juger l'importance de ces risques. Le rapport préconise en conclusion de suivre en la matière un principe de précaution incompatible tant avec l'urgence qu'avec les articles 2 et 3 du règlement européen 2020/1043. La production d'antigène dans le cytosol de la cellule conduit, après clivage par des protéases, à présenter les épitopes de l'antigène au complexe majeur d'histocompatibilité de classe I, qui active l'immunité cellulaire, et au complexe majeur d'histocompatibilité de classe II, qui active l'immunité humorale.
    Un ARN messager peut être traduit en un nombre de protéines d'autant plus élevé que cet ARNm est stable. La demi-vie biologique d'un ARNm peut varier de quelques minutes, par exemple pour des protéines régulatrices, à quelques heures. Elle peut être allongée par la présence d'une coiffe à l'extrémité 5’, de régions non traduites 5'-UTR et 3'-UTR, et d'une queue Poly(A) qui retardent l'action des ribonucléases et augmentent donc la quantité d'antigène produite.
    Une extension limitée de la demi-vie biologique, et donc de la quantité d'antigène produite, peut être obtenue à l'aide d'ARN auto-amplificateurs qui stimulent leur propre expression génétique. Ceci doit permettre de réduire la quantité d'ARN utilisée pour la vaccination sans réduire l'effet vaccinal, 50 ng d'ARN ayant été décrits comme suffisants pour produire une vaccination effective.
    Les ARN auto-amplificateurs étant sensiblement plus grands que les ARN messagers, le mécanisme d'absorption cellulaire de tels ARN peut être différent1. Des adjuvants peuvent améliorer la réponse immunitaire40, et ces vaccins sont plus efficaces lorsqu'ils sont formulés avec l'adjuvant MF59 dans une nanoémulsion cationique ayant un diamètre de gouttelettes inférieur à 100 nm.
    L'intérêt pour le mode d'administration in vivo croît progressivement depuis la découverte de l'expression in vivo d'ARN messagers transcrits in vitro après administration directe au patient41. Ces techniques présentent plusieurs avantages par rapport à l'administration ex vivo, principalement en évitant la collecte coûteuse des cellules dendritiques des patients et en imitant une infection par un agent infectieux. Il reste cependant plusieurs obstacles à franchir avant de pouvoir faire de cette approche un mode d'administration efficace et sûr. Il faut commencer par limiter la dégradation de l'ARN vaccinal par les ribonucléases destinées à protéger les cellules des acides nucléiques étrangers. Il faut ensuite permettre à l'ARN vaccinal de diffuser dans les cellules afin qu'il ne soit pas éliminé par les processus cellulaires avant d'avoir pu être traduit en antigène.
    L'absorption d'ARNm est connue depuis 2007 et l'utilisation d'ARN comme vaccin a été découverte dans les années 1990 sous forme d'ARNm auto-amplificateur. Il est apparu que les différentes voies d'injection (sous-cutanée, intraveineuse, intramusculaire, , etc.) se traduisent par des niveaux d'absorption d'ARNm différents, ce qui fait du mode d'injection un choix déterminant de l'administration du vaccin. On a pu montrer que l'injection dans les ganglions lymphatiques conduisent à la réponse aux lymphocytes T la plus élevée43. L'administration des ARNm auto-amplificateurs peut cependant différer sensiblement de cette approche car ce sont en pratique des molécules bien plus grosses1.
    L'encapsulation de l'ARN messager dans des nanoparticules lipidiques est intéressante à plusieurs titres. Tout d'abord, la couche lipidique protège l'ARN de la dégradation, ce qui accroît la quantité d'antigène produit. De plus, sa composition permet de cibler des cellules précises de l'organisme à l'aide de ligands. La mise au point de tels vaccins est cependant difficile, avec une absence de corrélation entre l'absorption cellulaire d'ARNm observée in vitro et celle observée in vivo. Les nanoparticules peuvent être administrées et véhiculées dans l'organisme par différentes voies, comme la perfusion intraveineuse ou par le système lymphatique.
    Plusieurs vaccins à ARN potentiels pour protéger du SARS-CoV-2 et de la COVID-19 sont étudiés depuis le début de l'année 2020.
    • mRNA-1273 de Moderna — Le 16 mars 2020, le laboratoire américain Moderna lance un essai clinique pour son vaccin mRNA-1273, en collaboration avec le Vaccine Research Center (VRC) du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID), institut des National Institutes of Health (NIH). Ce vaccin contient l'ARN messager de la protéine S avec laquelle les coronavirus se lient aux cellules épithéliales. L'ARN messager est intégré à des nanoparticules lipidiques (cholestérol, distéaroyl-phosphatidylcholine (DSPC) et DMG-PEG 2000), qui sont administrées par injection intramusculaire.
    Les cellules qui absorbent cet ARN messager produisent la protéine S du SARS-CoV-2. Celle-ci est reconnue comme corps étranger par le système immunitaire, qui stimule la formation d'anticorps protecteurs. Il n'y a pas eu d'essais précliniques sur des animaux. La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis table sur l'absence de problème de sécurité dans les tests de vaccins précliniques utilisant la même base que ceux élaborés contre le SARS-CoV et le MERS-CoV. Un essai clinique de phase 2 se déroule au printemps 2020 sur un grand nombre de sujets., la phase 3 avec des doses comprises entre 25 et 100 µg devant débuter en juillet selon le laboratoire50.
    En novembre 2020, le médecin en chef de Moderna, Tal Zaks, déclare que « le public ne devrait pas "sur-interpréter" les résultats des essais de vaccins et supposer que la vie pourrait revenir à la normale après la vaccination ».
    Les résultats des essais montrent que le vaccin peut empêcher une personne de tomber malade ou « gravement malade » du Covid-19, mais ne montrent pas que le vaccin empêche la transmission du virus.

    Plusieurs vaccins sont déjà développés et mis sur le marché (AMM)

    BNT162 de BioNTech — Le 22 avril 2020, l'Institut Paul Ehrlich (en) (PEI) approuve le premier essai clinique d'Allemagne pour un vaccin à ARN, le BNT162 de BioNTech52. Les types d'ARNm retenus sont l'ARNm contenant l'uridine (uRNA), l'ARNm à nucléosides modifiés (modRNA) et l'ARNm auto-amplificateur (saRNA) avec une forte immunogénicité. Les nanoparticules lipidiques (LNP) sont utilisées comme réactifs de transfection de l'ARNm. Ces nanoparticules lipidiques sont stables après l'injection et peuvent pénétrer dans les cellules avec l'ARNm53. Cet ARNm génère une forte réponse en anticorps et une forte réponse en lymphocytes T (CD8, CD4). L'essai clinique de phase 1 de BioNTech a débuté le 29 avril 2020.
    Pfizer et BioNtech partagent les résultats finaux de leur vaccin contre le coronavirus, BNT162b2, dans un communiqué de presse paru le 18 novembre 2020. Selon la société pharmaceutique, BNT162b2 a démontré une efficacité supérieure à 90 % pour prévenir la Covid-19, sept jours après une seconde injection. Le communiqué de presse, qui n'est pas accompagné d'une publication scientifique des résultats, indique que la protection est atteinte 28 jours après la première immunisation et nécessite un seul rappel".
    • CVnCoV de CureVac — CureVac a reçu le 17 juin 2020 l'accord de l'Institut Paul Ehrlich (en) (PEI) et de l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) de Belgique pour l'essai clinique de phase 1 de son programme de vaccination pour la prévention du COVID-19. Le vaccin potentiel donne une réponse immunitaire équilibrée et conduit à la production de lymphocytes T reconnaissant les protéines S du SARS-CoV-2. L'essai clinique de phase 1 comprenait 168 volontaires sains âgés de 18 à 60 ans et couvrait une gamme de doses de 2 à 12 µg.
    En novembre 2020, le laboratoire a dévoilé les données provisoires de la première partie, montrant que son traitement « était généralement bien toléré pour toutes les doses testées » et induisait une forte réponse immunitaire. La biotech allemande a annoncé le 14 décembre 2020 avoir recruté le premier participant à l'essai clinique de phase 2b/3. Dernière étape avant une future demande d'autorisation d'utilisation conditionnelle, cette étude ne réunira pas moins de 35.000 participants, et sera menée principalement en Europe et en Amérique latine. Le dosage retenu pour cette dernière étude est de 12 microgrammes58. Une caractéristique du vaccin CureVac est qu’il utilise un ARN messager naturel, non modifié, pour déclencher une réponse immunitaire. Selon le patron de Curevac : Franz-Werner Haas, son produit nécessiterait également un dosage bien plus faible de seulement 12 microgrammes, contre 30 microgrammes pour BioNTech et 100 pour Moderna, permettant d’être fabriqué en masse plus rapidement.
    Par ailleurs, l'Imperial College London a lancé en juin 2020 l'essai d'une formulation d'ARN auto-amplificateur (saRNA) à nanoparticules lipidiques (LNP) nommé LNP-nCoVsaRNA. Cette étude a reçu le soutien notamment du Medical Research Council et du National Institute for Health Research (en), tandis que le vaccin est produit pour la phase 1 par une société autrichienne61.
    D'autres vaccins à ARN sont à l'essai clinique contre des cancers62,63,4, contre la grippe64 et contre la rage3 (CV7201).
    • Vaccin antigrippal — La recherche sur les vaccins antigrippaux à ARNm est soutenue dans l'Union européenne (UE) par des organismes tels que CORDIS, service d'information sur la recherche et le développement de l'UE65, et par le projet UniVax66, avec onze institutions de sept pays de l'UE67. Ces vaccins visent à la fois à bloquer la réplication virale dans les cellules infectées et à préparer le système immunitaire aux futurs variants du virus de la grippe64.
    • Vaccin antirabique — Ces vaccins utilisent de l'ARNm codant le principal antigène du virus de la rage, la glycoprotéine d'enveloppe dite protéine G. Des essais précliniques avec cet ARNm RABV encapsulé dans des nanoparticules lipidiques montrent que les souris et les primates non humains ont une meilleure réponse vaccinale. Ces résultats font actuellement l'objet d'un suivi dans des essais cliniques sur l'homme3.
    • Vaccin anticancéreux — Le développement de tels vaccins n'en est qu'au début des essais cliniques. À partir d'un plasmide de production en ADN, l'ARNm est transcrit à l'aide d'ARN polymérases recombinantes avant d'être séparé, par un processus de purification en plusieurs étapes, de l'ADN, des produits de transcription trop longs, trop courts ou incorrects, ainsi que des nucléotides résiduels. Le potentiel de ces traitements exploratoires contre les cancers humains actuellement incurables reste à démontrer. Selon Steve Pascolo (chercheur à l'hôpital universitaire de Zurich) le 16 avril 2021, ils « donnent des résultats excellents, combinés à d'autres traitements »68. L'entreprise Transgene pense pouvoir mettre cette technologie à disposition à partir de 2026.
    En juin 2021, la société BioNTech a engagé les essais cliniques de phase II (première injection chez un patient) d'un vaccin à ARNm dirigé contre le mélanome70. Ce traitement en cours de développement est destiné à être administré en combinaison avec le cemiplimab à des patients présentant des mélanomes de stade 3 ou 4.
    • Vaccin contre le Zika — en phase d'essais.
    • Vaccin contre influenza porcine - depuis 2018
    Bref, en résumé, si risque il y a avec les vaccins , il « pourrait » être de 5 à 10 cas mortels pour 10 millions de vaccinations. En contrepartie, le risque de mortalité du SRAS-COV-2 est de 150.000 pour 10 millions de contaminations ; l’ensemble des études sont statistiquement significative (p<0,01)
    Les vaccins sont des médicaments préventifs , le code de la Santé publique (article L.5111-1) définisant ainsi le médicament : « toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l’égard des maladies humaines ou animales, ainsi que toute substance ou composition pouvant être utilisée chez l’homme ou chez l’animal ou pouvant leur être administrée, en vue d’établir un diagnostic médical ou de restaurer, corriger ou modifier leurs fonctions physiologiques en exerçant une action pharmacologique, immunologique ou métabolique. »
    Tous les « anciens »vaccins reposent sur ce principe, qu’il s’agisse de vaccins atténués (contenant un agent pathogène vivant dont la virulence a été a amoindrie), de vaccins inactivés (à base d’agents pathogènes entiers tués), de vaccins « sous-unitaires » (basés sur l’emploi de fragments d’agents pathogènes purifiés) ou de vaccins issus du génie génétique (le fragment d’agent infectieux utilisé est produit par des cellules cultivées en laboratoire, et non plus à partir de microbes purifiés).
    Le fait d’administrer un ARNm a pour but d’utiliser la machinerie cellulaire, de faire produire dans la cellule les protéines S immunogènes. En aucun cas cette ARNm extérieur n’a assimilable dans le génome cellulaire. Cette thérapie développée par le Professeur Katalin Kariko, future prix Nobel, à démontrer son efficacité par de très nombreux travaux reconnus, n’est pas une thérapie de type OGM.
    Bonne lecture à toutes et à tous.


  • 16/07/2021 à 00:25
    Youc57
    alerter
    Si je vous copie colle un texte en mandarin pour la majorité des vaccinés se serait identique...
    En vrai je crois bien que le niveau d'intelligence de certains est plus bas qu'espérer, il n'y a pas que le niveau d'anticorps qu'il faut vérifier.. Dommage que le taux neuronale n'est pas vérifiable....
    Aller que ce j'arrête, vous risquez de pleurer chez Papa Manu...
  • 16/07/2021 à 06:38
    Pcc1
    alerter
    Vous avez au moins le record du commentaire . En parlant de la grippe justement , aux US un certain Fauci , cela vous dit quelquechose,très actif encore plus qu’un virus dans le domaine vaccinal non pas par altruisme mais pour les milliards à la clé à déjà tenter d’imposer une vaccination grippale à ARNm refusé car considèré comme trop dangereux sinon comme une arme biologique .
    Ce même personnage est à l’initiative des gains de fonction , la grippe cela ne fait pas assez peur , prenons un autre virus banal qui existe depuis toujours ,celui des rhumes ,oui mais un rhume cela ne fait pas peur non plus, améliorons le !
    On lui adjoint une protéine , la protéine S ,très toxique et le tour est joué .
    Aux US le débat est virulent à ce sujet , mais les médias dominants chez nous le taise .
    On nous ressasse que l’Arnm est connu et utilisé depuis plus de 20 ans ,ou, quand ,comment ?Et si c’est l’avenir depuis 20 ans pour les cancers pourquoi il n’y a pas eu d’AMM conditionnelle pour les cancers dont la mortalité est bien supérieure à celle de 0,16% du Covid 19 .
    Quant à citer Christian Velot du CRIIGEN pour adouber votre commentaire il doit avoir un clone car on a pas dû voir les mêmes déclarations . Écouter son interview de plus d’1 h sur le sujet est un modèle de clarté et d’explication claire loyale et appropriée qui devrait passer à 20h afin que chacun se fasse une opinion .
    Lisez aussi votre confrère de l’Hopital de Cholet , également juriste spécialiste des AMM , cela vous changera que de recopier les publi reportage, dignes d’un magazine féminin , que sont les communiqués des labos ,
    Cordialement,
  • 16/07/2021 à 07:51
    drlouzou
    alerter
    J’arrête définitivement de communiquer , car il n’y a pas de communication ni d’échange possible …j’ai l’impression de perdre mon temps .
  • 16/07/2021 à 08:37
    Pcc1
    alerter
    Quand on confond communication sinon propagande et information pas étonnant qu’il y ait des interrogations voir des résistances
  • 16/07/2021 à 10:04
    drlouzou
    alerter
    Principe de la boule à neige
    Prenez un maximum d’information :
    Mettez en premier les informations positives, calmes, sereines, mais malheursement transparentes et ne faisant que peu de bruits.
    Puis ajoutez les informations négatives, préoccupantes, tapageuses, floconneuses et faisant beaucoup de bruits.
    Si vous ne faites rien, les flocons tombent comme la boue au fond de la mer.
    Remuez avec agitations et frénésies la boule à neige : vous connaissez et devinez la suite, vous ne verrez rapidement plus rien, car la boue aura pris toute la place, et vous ne verrez plus qu’elle …
    Laissez reposer, et si personne ne vient frénétiquement agiter le bocal, la boue se redépose au fond, et vous serrez plus serein.
  • 16/07/2021 à 11:08
    PCC1
    alerter
    Qui décide des informations positives ou négatives?
  • 16/07/2021 à 11:24
    Youc57
    alerter
    C'est bizarre mais les personne provaccination ne font jamais de l'argumentaire par eux même mais poste toujours des études faite par le labo, qui cherche à vendre son vaccin comme tout business.
    Et en plus elles pensent tellement avoir compris quelque chose qu'elle insiste dans leur connerie et peut gober toujours plus de connerie...
    Bien triste époque.
    En plus elles ont l'impression d'être incluse pour la première fois dans un groupe ou une " société" à telle point qu'elles sont prêtes à tout accepter pour ne pas en être exclu... Pathétique vie de perdant...
  • 16/07/2021 à 13:13
    Pistache60
    alerter
    Alors du coup
    Vaccination ou pas pour preparateurs et pharmaciens ????
    Une réponse est souhaitée
    sans entraîner de réactions virulentes
    merci
  • 16/07/2021 à 13:34
    roller33
    alerter
    @Pistache60

    A priori, le PROJET de LOI concernerait les personnels cités dans la liste ci-dessous.

    Par contre, rien n'est encore acté tant qu'on reste au stade des propositions et que le processus législatif complet n'est pas terminé : consultation du conseil d'état, navette parlementaire avec amendements ( = modifications ) probables, consultation du conseil constitutionnel.

    La loi définitive ne s'appliquera qu'après parution du décret, estimée au plus tôt aux alentours du 1er août.

    RIEN N'EST DONC OBLIGATOIRE TANT QUE LA LOI N'EST PAS ADOPTEE ET QU'IL N'Y A PAS EU PUBLICATION DU DECRET CORRESPONDANT ( si c'est le cas, il a été prévu un délai de 45 jours soit jusqu'au 15/09/21 pour que celui qui est concerné puisse se mettre en conformité avec la loi )

    Concernant la vaccination obligatoire, elle DEVRAIT concerner tous les personnels soignants et non soignants (personnels administratifs, infirmiers, aides-soignants, médecins, bénévoles…) exerçant leur activité dans :

    - les établissements de santé publics, privés d’intérêt collectif et privés (hôpitaux, cliniques…) ;
    - les centres de santé ;
    - les maisons de santé ;
    - les centres et les équipes mobiles de soins aux personnes en situation de précarité ou d’exclusion gérés par des organismes à but non lucratif ;
    - les centres médicaux et les équipes de soins mobiles du service de santé des armées ;
    - les services de santé scolaire ;
    - les services de santé au travail ;
    - certains établissements et services médico-sociaux (établissements ou services d’enseignement dédiés aux mineurs ou jeunes adultes handicapés, établissements ou services d’aide par le travail, établissements ou services qui accueillent des personnes âgées ou qui leur apportent une assistance à domicile, établissements et services qui accueillent des personnes handicapées…) ;
    - les logements foyers qui accueillent des personnes âgées ou handicapées.
    - Les élèves et étudiants exerçant avec tous ces professionnels devraient également être concernés.

    Sont aussi visés par l’obligation vaccinale :

    - les sapeurs-pompiers et les marins-pompiers des services d’incendie et de secours, les pilotes et les personnels navigants de la sécurité civile assurant la prise en charge de victimes, les militaires des unités investies à titre permanent de missions de sécurité civile ;
    - les aides à domicile accompagnant des personnes fragiles âgées (bénéficiaires de l'allocation personnalisée d'autonomie, l’APA) ou handicapées (bénéficiaires de la prestation de compensation du handicap, la PCH) ;
    - LES PROFESSIONNELS DE SANTE LIBERAUX ;
    - les personnes exerçant une activité de transport sanitaire ou de transport pris en charge sur prescription médicale, comme les ambulanciers.
  • 16/07/2021 à 13:53
    roller33
    alerter
    @Pistache60

    pour information, si le projet de loi n'était pas modifié, il ne s'appliquerait pas aux salariés de l'officine qui de fait n'exercent pas leur métier de façon libérale ( ils sont salariés ).

    Pour cela, il faudrait que le texte soit rédigé ainsi :
    - les professionnels de santé libéraux ainsi que leurs salariés
    ou bien
    - les professionnels exerçant leur fonction dans le secteur libéral de la santé
  • 16/07/2021 à 14:01
    Youc57
    alerter
    Au pire qu'il me licencie, n'oubliez pas que vos patrons et l'état ont besoin de vous donc une fois la connerie passé ils s'en rendront compte et votre téléphone sonnera, se sera le moment de renégocier des augmentations. Soyez plus malin qu'eux. Le système de santé etant sous tension si on est solidaire, ils tiendront maximum 1 semaine....
  • 16/07/2021 à 19:03
    drlouzou
    alerter
    Effectivement a question simple , à condition de la publication des décrets d’application , réponse simple : il va falloir que tous les professionnels de Santé soient vacciné
  • 16/07/2021 à 20:38
    Pharmaco
    alerter
    Quel désastre que notre pays. Le vaccin n'a pas encore fait preuve d'efficacité,que l'on veut nous l'imposer!!!
    Nous sommes suffisamment bien placés pour savoir que toute molécule est un "poison". Alors ensuite, chacun fait comme il veut en son âme et conscience mais accuser les non-vaccinés, les traiter comme des délinquants, honte à la France, honte aux professionnels de santé!!!
    On nous inflige le port du masque, la vaccination....mais jusqu'ou va t on aller? Les partisans croient acquérir leur si chère liberté...
    Elle nous est petit à petit retirée....
    Chacun devrait pourtant se mémorer nos tristes pages d'histoire...

    Et enfin, de quoi ont peur les vaccinés, puisqu'ils sont désormais SURPROTEGES!!!


  • 16/07/2021 à 21:00
    drlouzou
    alerter
    La vaccination n’est peut-être pas la solution miraculeuse , mais c’est actuellement (avec les mesures barrière) la plus cohérente , sauf à ne vouloir rien faire , laisser Darwin assurer une naturel sélection naturelle . Attention les théories Eugéniste des années 1930 ne sont jamais très éloignées de cette position … Cordialement
  • 16/07/2021 à 21:00
    drlouzou
    alerter
    La vaccination n’est peut-être pas la solution miraculeuse , mais c’est actuellement (avec les mesures barrière) la plus cohérente , sauf à ne vouloir rien faire , laisser Darwin assurer une naturel sélection naturelle . Attention les théories Eugéniste des années 1930 ne sont jamais très éloignées de cette position … Cordialement
  • 16/07/2021 à 21:00
    drlouzou
    alerter
    La vaccination n’est peut-être pas la solution miraculeuse , mais c’est actuellement (avec les mesures barrière) la plus cohérente , sauf à ne vouloir rien faire , laisser Darwin assurer une naturel sélection naturelle . Attention les théories Eugéniste des années 1930 ne sont jamais très éloignées de cette position … Cordialement
  • 16/07/2021 à 21:14
    PCC1
    alerter
    Répéter 3 fois des conneries n’en font pas une vérité et enfin il arrive , tard mais il arrive le fameux point Godwin avec le classique Réductio as Hitlerum pour disqualifier les arguments de son adversaire ,Staline ne faisait pas mieux .
  • 16/07/2021 à 21:48
    drlouzou
    alerter
    Ça sent la démocratie
  • 16/07/2021 à 22:03
    drlouzou
    alerter
    Ni L’un , ni l’autre ont été désignés ?
  • 17/07/2021 à 06:30
    Sidonie
    alerter
    Arrêtez de vaticiner et vaccinez-vous.
  • 17/07/2021 à 06:37
    PCC1
    alerter
    Au contraire ,en assimilant mes propos aux thèses eugénistes des années 30 , mais vous ne vous en rendez même pas compte tellement vous êtes imprégnés sinon empoisonné par les médias dominants .
    Si il y a un comportement Darwinien ici c’est celui du virus qui s’adapte en permanence pour survivre,dans la vraie vie c’est plus dur quand on est pas aidé par des petites mains d’un labo .
    Et justement pour les plus vulnérables il existe un produit injectable qui les protège des formes graves , mais désigner ces plus vulnérables les discriminent donc on ne veut pas s’occuper d’eux exclusivement , donc on crée d’autres discriminés ,demain des parias bientôt des criminels .
  • 17/07/2021 à 06:41
    PCC1
    alerter
    Que de certitudes et de propos péremptoires !
  • 17/07/2021 à 08:32
    drlouzou
    alerter
    Merci Sidonie , voilà une belle conclusion …
  • 17/07/2021 à 09:43
    hs
    alerter
    N'oublions pas les traitements efficaces contre la covid : hydroxychloroquine, ivermectine, clofoctol, azithromycine, doxycline , corticoides, associés à l'utilisation de l'oxymétrie,et j'en oublie surement d'autres .Ils ont été exclus d'un revers de manche par la médecine faite par les politiques et nous auraient permis, si on avait voulu les utiliser précocément , tous ces débats inutiles sur la vaccination
  • 17/07/2021 à 16:18
    drlouzou
    alerter
    Ivermectine prônée par les Indiens a prouvée sont inefficacité et une mutation qui nous
  • 17/07/2021 à 16:19
    drlouzou
    alerter
    Nous est revenue sous forme de variant Delta . Merci
  • 17/07/2021 à 18:39
    drlouzou
    alerter
    Et pourtant elle tourne disait Galilée
  • 18/07/2021 à 09:02
    Potager
    alerter
    J'aimais mon métier, ca sera vraiment dommage que ça devienne obligatoire et que je quittes mon boulot. 10ans de fidélité et aucune absence. Mais service partiront dans les établissements où on sera libres de choisir.
  • 18/07/2021 à 10:33
    Authentic 59
    alerter
    Il y a quelques temps nous luttons pour avoir des masques , du gel ,nous étions parfois insultés de ne pas en vendre . Puis sont venus les réflexions pour les masques mis a disposition : c est cher !" mais c est insupportable! on ne peut pas respirer ni travailler avec un masque ! ,c est fabriqué en Chine !, on respire des produits toxiques ! Pour les gels : " ca décape! Faut pas demander ce qu il ya dedans ! Puis au tour des vaccins : vous n en avez pas encore ? Le gouvernement est nul ! les autres pays en ont! ,je dois partir en vacances comment je fais? Et voilà cela ne se termine jamais ......Alors cessez de de vous poser mille questions,et de revendiquer à chaque fois , dites vous qu il ya des pays ou les tests sont payants ,d autres ou il fait faire 20 km a pieds pour avoir accès aux soins ,donc ARRETEZ DE VOUS NOMBRILISER , garder une certaine pudeur. Vaccinez vous ou pas on s en fout
  • 18/07/2021 à 10:39
    Authentic 59
    alerter
    Que pensent les pays ou l ont meure faute de vaccin, Brésil Argentine , Inde etc ils n' ont pas le temps de discuter de leur liberté eux.....
  • 18/07/2021 à 14:31
    drlouzou
    alerter

    https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/les-outrances-desolantes-des-234402
  • 18/07/2021 à 21:12
    drlouzou
    alerter
    Les outrances désolantes des antivax, enfants gâtés de la planète
    par Sylvain Rakotoarison

    Dans son allocution télévisée du 12 juillet 2021, le Président Emmanuel Macron a pris des décisions difficiles pour tenter de résister à la quatrième vague épidémique en France. L’enjeu est clair : voulons-nous éviter à tout prix un nouveau confinement en septembre ? Le variant delta se propage tellement vite que tout doit être mis en œuvre pour éviter un nouveau massacre. Cela ne fait aucun doute que ces mesures qui consistent principalement à étendre l’obligation du passe sanitaire à des activités habituelles de la vie quotidienne va impacter durement les personnes qui, pour des raisons personnelles diverses, n’ont pas eu le temps ou l’occasion de se faire vacciner contre le covid-19, et en particulier, dans l’organisation de leurs vacances d’été.

    La réponse donnée par les Français au Président Emmanuel Macron a été très claire et très rassurante. Dans les quarante-huit heures qui ont suivi son allocution, plus de 3 millions de Français ont pris rendez-vous pour une première dose. La journée du 13 juillet 2021 a été la plus dense en vaccinations depuis le début de la campagne. C’était l’objectif avoué du gouvernement : encourager les Français à se faire vacciner, vacciner, vacciner. Matin midi et soir.

    Pour pouvoir résister à la quatrième vague, il faudrait une immunité collective par la vaccination qui nécessiterait que la population soit vaccinée à plus de 90%. Nous sommes à peine à 55%. Il n’y a pas de temps à perdre car pour être protégé par la vaccination, il faut attendre deux semaines après la seconde dose qui doit se faire au moins trois semaines après la première dose. On est déjà à la fin de l’été. C’est donc urgent, c’est maintenant qu’il faut se faire vacciner.

    Cette réaction populaire est rassurante. Oui, en prenant des mesures très contraignantes, les Français un peu négligents ont dû réagir rapidement. Personne ne leur reprochera leur nonchalance ou leur lenteur alors que le gouvernement avait commencé de manière très timide la campagne de vaccination. Mais aujourd’hui, il y a une urgence nationale si nous ne voulons pas être engloutis par la nouvelle vague épidémique. Ils ont compris l’enjeu, c’est un peu du même ressort que l’installation des radars automatiques, il y en aura toujours qui seront "contre" et qui chercheront à dépasser la vitesse limite, au prix parfois de vies humaines, mais la grande majorité des automobilistes est raisonnable et respecte les limitations, pour éviter les amendes, mais pas seulement, parce qu’elle a compris que c’était raisonnable.

    La quatrième vague est là. Elle est arrivée au Royaume-Uni, au Portugal, en Espagne, elle est maintenant en France et en Belgique, et elle va arriver en Italie et en Allemagne. Tout est très clair dans les indicateurs. En France, elle arrive beaucoup plus brutalement encore que l’on ne l’aurait imaginé il y a seulement une semaine. En sept jours, le nombre de nouvelles contaminations a augmenté de 81% ! Il y a eu 8 875 nouveaux cas au 14 juillet 2021. Il y a quinze jours, c’était moins de 2 000 ! Nous dépasserons les 20 000 probablement avant le début du mois d’août.

    Face à cette situation préoccupante, il y a des extrémistes qui nient la réalité épidémique, qui font comme s’il n’y avait aucune menace, qui ne savent pas lire les statistiques, ni françaises, ni étrangères. Par exemple, en Grande-Bretagne, qui a une meilleure couverture vaccinale que la France (en gros 70% au lieu de 55%), la situation est très grave : les Britanniques en sont à 35 000 nouveaux cas par jour en moyenne sur les sept derniers jours. Et ce qui pouvait arriver est arrivé : le nombre de décès est remonté brutalement à la hausse, +42% en une semaine. Cette dernière semaine, on mourait une fois et demi plus en Grande-Bretagne (229 décès) qu’en France (154). Il n’y a aucune raison que dans quelques semaines, la France ne suive pas l’évolution britannique. C’est déjà le cas au Portugal (+87% de décès en une semaine).

    Il n’y a pas à tergiverser, il n’y a que deux moyens à l’heure actuelle pour enrayer cette remontée épidémique : ou reconfiner, et tout le monde sait ce qu’il en coûte, ou vacciner massivement la population. Nous avons la chance d’avoir une parade contre cette saloperie de virus, c’est le vaccin. C’est impératif de l’utiliser collectivement, un vaccin ne protège pas individuellement mais principalement collectivement, c’est le principe des épidémies qui ne sont que des phénomènes collectifs.

    Emmanuel Macron a donc eu raison d’inciter très fortement les Français à se faire vacciner immédiatement. Il a eu aussi raison de rendre obligatoire la vaccination des personnels soignants alors qu’ils étaient prioritaires et qu’après six mois, beaucoup trop d’entre eux ne sont pas encore vaccinés, alors qu’ils travaillent auprès des personnes les plus fragiles. Lorsque le sens des responsabilités ne s’acquiert pas individuellement, c’est le rôle de l’État, régulateur, et protecteur de la santé et de la sécurité des Français, d’inciter voire de contraindre si nécessaire.

    Cette démarche a été heureusement très largement approuvée par les Français qui ne sont pas des sots et comprennent très bien la situation préoccupante dans laquelle ils se trouvent. La preuve par les sondages, ce ne sont que des indicateurs, mais ils sont rassurants. Ainsi, Odoxa Backbone consulting pour "Le Figaro" a évalué à 61% des sondés qui approuvent l’extension du passe sanitaire. C’est intéressant à noter, c’est plus que la proportion de personnes ayant reçu au moins une dose, cela signifie que certains sondés ont approuvé alors que cela va impacter durement leur propre vie quotidienne.

    De toute façon, l’opération présidentielle est réussie si l’on en juge par le nombre de rendez-vous vaccinaux pris ces derniers jours. Une loi doit être votée pour adapter la législation aux propositions présidentielles. C’est un vrai casse-tête juridique et il n’en ressortira peut-être qu’une souris : qu’importe, l’essentiel, c’était que les Français non vaccinés aillent en urgence se faire vacciner. À mon sens, je ne vois pas l’anticonstitutionnalité d’une loi contraignante sur le passe sanitaire dès lors qu’elle a pour objectif de protéger la santé des Français (le gouvernement ne l’aurait pas fait qu’on aurait pu le lui reprocher et même déposer plainte pour non-assistance de personnes en danger).

    Il faut aussi se rappeler que l’utilisation du passe sanitaire est temporaire : lorsque toute la population sera vaccinée, il ne sera plus utile et le retour à la situation antérieure se fera. C’est pourquoi tous ceux qui crient au loup, à la dictature, à la perte des libertés feraient mieux de visiter les services de réanimation qui soignent encore des malades du covid-19 et qui risquent d’être submergés dans un mois par un afflux massif de nouveaux malades.

    En revanche, le gouvernement ni personne d’ailleurs n’ont l’objectif de faire vacciner des réfractaires militants au vaccin. C’est comme demander aux chauffards de respecter le code de la route. On aura beau renforcer tout le dispositif réglementaire, législatif voire pénal, les chauffards resteront des chauffards, et les militants antivaccin, qu’on appelle les "antivax", resteront réfractaires aux vaccins. Ils sont peu nombreux mais ils braillent fort, surtout dans les réseaux sociaux.



    Ils ont fait des appels à manifester ce 14 juillet 2021 partout en France et la moindre des observations, c’est qu’ils ne sont pas franchement nombreux. Là encore, c’est rassurant. Pour comparer, c’est environ 17 000 sur toute la France pendant que 3 millions de Français ont pris rendez-vous pour se faire vacciner. Il n’y a pas vraiment photo !

    Autre comparaison plus préoccupante : le nombre de nouveaux cas dans la même journée correspond à la moitié du nombre de manifestants. Cela donne à réfléchir. Malheureusement, on sait que parmi ces 8 875 nouveaux cas, une petite proportion sera hospitalisée dans quelques jours ou semaines, et même décédera. La seule chance, c’est que la proportion de décès diminue proportionnellement au taux de couverture vaccinale.

    Les antivax sont donc rares, mais ils sont suffisamment bruyants pour les entendre dire n’importe quoi, des outrances absolument scandaleuses. La plus voyante (Annexe 1 : Principe de la Boule à Neige) qui ne date pas du 12 juillet (le symbole était déjà présent en décembre 2020), l’étoile jaune pour non-vaccinés. Cette analogie est absolument scandaleuse et abjecte, tend à réduire la portée de la Shoah, et l’on peut rappeler que les Juifs sous l’Occupation n’auraient jamais reçu ni soins ni vaccins en cas de pandémie comme celle que nous subissons aujourd’hui. C’est donc tout le contraire de la situation actuelle où les personnees non-vaccinées sont appelées à se faire vacciner au plus vite pour être protégées, protéger leur famille et protéger les autres, et cela, de manière totalement gratuite.

    De la même manière, l’analogie avec l’apartheid est d’une stupidité totale. Lors de l’apartheid en Afrique du Sud, les personnes de peau noire n’avaient pas accès aux soins et n’auraient donc, comme les Juifs, jamais eu accès au vaccin (et encore moins gratuitement) en cas de pandémie.



    Heureusement, la formule qui veut que ce qui est excessif est insignifiant est ici très réelle. Les antivax ne sont qu’un vieux fond de râleurs obsessionnels qui n’ont rien compris à la science, rien à la crise sanitaire qui nous meurtrit depuis dix-huit mois, rien compris non plus au peuple français qui, heureusement, ne les suit pas du tout et rejette finalement la défiance autoproclamée de ces supposées fortes têtes nihilistes qui ont la trouille d’une piqûre.

    Il y en a aussi qui parlent de "coup d’État sanitaire", comme s’ils savaient ce qu’était un vrai coup d’État. Un coup d’État, ce n’est pas, à ma connaissance, quand un ministre chargé d’organiser les élections, consulte même les partis d’opposition pour se mettre d’accord sur la date de la future élection présidentielle dont le vote est sincère, libre et secret… En général, il n’y a ni opposition, ni élection sincère, quand il y a un coup d’État.

    Mais le plus scandaleux, ce n’est même pas les comparaisons foireuses avec la Shoah et l’apartheid, qui restent graves mais n’ont d’incidence que sur le débat public. Il y a un sujet bien plus grave qui a un réel impact sur des populations, avec des décès à la clef : la plupart des pays pauvres n’ont pas accès à la vaccination, et s’ils ont misé sur les traitements curatifs foireux comme l’hydroxychloroquine, c’est justement à cause des complotistes de pays riches qui peuvent, eux, se faire vacciner.

    Or, un certain nombre de pays sont dans des situations catastrophiques, comme la Tunisie, dont le taux de couverture vaccinale n’est que de 12,9% au 13 juillet 2021 (5% avec deux doses), tandis que l’épidémie y fait des ravages : 1 100 décès ont été enregistré les sept derniers jours en Tunisie, une progression de 43%. En Indonésie, c’est aussi l’enfer. Le pays n’a que 14,2% de sa population vaccinée et a eu cette semaine 6 302 décès, bien plus qu’en Inde, avec une progression de 43% également.

    Emmanuel Macron a donc eu raison de dire qu’il est urgent d’aider massivement les pays pauvres, en particulier les pays africains et certains pays asiatiques. Je trouve néanmoins nettement insuffisants les objectifs de la France et de l’Europe. Ce n’est même pas une question de charité, c’est une action d’intérêt général : tant que l’épidémie subsistera dans un pays du monde, la France ne sera jamais à l’abri d’une nouvelle vague, d’un nouveau variant avec le risque (toujours évité aujourd’hui) que les vaccins actuels ne protégeront pas des futurs variants.

    Pendant que ces pays meurent de ne pas pouvoir vacciner leur population, il y a des irresponsables antivax, de véritables enfants gâtés de la planète, qui crachent sur la seule solution connue à ce jour pour combattre efficacement cette pandémie, et qui brûlent des équipements urbains au lieu d’être responsables et un peu plus adultes. Ils font la démonstration qu’à l’évidence, la raison n’est pas de leur côté. Mais cela, je le savais déjà. Il faudrait que certaines personnalités politiques, notamment qui prétendent à la magistrature suprême, s’en rendent compte également avant de proférer n’importe quoi pour récupérer quelques rares voix. De toute façon, ces gens-là, individualistes forcenés, avec cette aigreur sociale-là, cela fait longtemps qu’ils ne votent plus…

    Annexe 1 : Principe de la boule à neige

    Prenez une belle sphère médiatique, toute prête à être remplie d’informations.

    Prenez un maximum d’informations : mettez-y en premier les informations positives, calmes, sereines, mais malheureusement transparentes et ne faisant que peu de bruits.

    Puis ajoutez les informations négatives, préoccupantes, tapageuses, floconneuses et faisant beaucoup de bruits.
    Si vous ne faites rien, les flocons tombent comme la boue au fond de la mer.

    Remuez avec agitations et frénésies la boule à neige : vous connaissez et devinez la suite, vous ne verrez rapidement plus rien, car la boue aura pris toute la place, et vous ne verrez plus qu’elle …

    Laissez reposer, et si personne ne vient frénétiquement agiter le bocal, la boue se redépose au fond, et vous serrez plus serein.
    Dans 6 mois, lorsqu’un maximum de nos concitoyens seront vaccinés, et que les chiffres seront statistiquement significatifs, les « boulaneigeux » et « boulaneigeuses » se seront tuent, tout sera plus calme…. Jusqu’à la prochaine agitations du bocal.

    Cordialement.

  • 18/07/2021 à 22:29
    H2O
    alerter
    Je ne suis pas contre la vaccination ( je suis moi même vacciné) mais contre l’obligation vaccinale surtout concernant nos enfants.
    Et Je ne pense pas que ce soit l’incitation du président qui ait été si efficace mais plutôt ses sanctions en découlant ... soit tu te vaccines soit tu n’as plus de travail sans passer par la case chômage ... sympatoch son incitation... mais c’est vrai plutôt efficace ! Par contre je doute que ça tienne dans le temps ...
    Bravo ! Belle allocution démocratique !
  • 18/07/2021 à 23:11
    roller33
    alerter
    @H2O, petits rappels sur le droit du travail en l'état actuel des choses

    Accueil pole-emploi.fr :

    Si vous êtes licencié(e) par votre employeur pour motif personnel, même si vous êtes à l’origine de la faute menant à votre licenciement, vous avez le droit, sous certaines conditions ( avoir travaillé un minimum d'heures dans les 2 ans précédant le licenciement ), de bénéficier de l’allocation chômage.

    Le licenciement d’un salarié par son employeur pour une raison personnelle (par exemple faute, insuffisance professionnelle, etc.) correspond à une perte involontaire d’emploi* dans la réglementation de l’assurance chômage.

    Cette situation ouvre droit à l’indemnisation, même si le salarié licencié est en tort, puisque c’est bien l’employeur qui est à l’origine de la rupture du contrat de travail, qu’elle qu’en soit la raison.

    Tous les salariés licenciés, même pour des fautes graves ou lourdes (violence ou vol dans le cadre du contrat de travail, par exemple) ont le droit de percevoir l’assurance chômage.

    Pour résumer, seule la démission ( sauf cas légitime par exemple pour cause de déménagement suite à mutation de conjoint ) n'ouvre pas de droit pour percevoir des allocations chômage.

    Supposons que la loi prévue pour l'obligation vaccinale considère que le fait de refuser de s'y soumettre soit à l'échelon le plus fort de sanction..
    La faute lourde est le dernier degré de fautes reconnu par le code du travail. Pour enclencher une procédure de licenciement pour faute lourde, il faut qu’il y ait de la part du salarié une volonté de nuire à l’entreprise comme dans le cadre de malversations financières par exemple.

    Dans ce cas, le salarié est écarté immédiatement de tout contact avec le travail. Il peut seulement prétendre à des indemnités de congés payés ( aucune indemnité de rupture selon l'ancienneté ) et il lui sera remis les documents indispensables à son inscription en tant que demandeur d’emploi.

    Ainsi, le licenciement pour faute lourde ne change en rien les droits au chômage. Effectivement tout comme dans le cadre d’une faute simple ou grave, le salarié est considéré comme involontairement privé de son emploi. Le droit au chômage pour faute lourde n’est pas remis en cause à condition que les étapes du licenciement, identiques à celles d’une faute grave, soient respectées et permettent ainsi l’inscription à Pole Emploi.





  • 18/07/2021 à 23:22
    roller33
    alerter
    oups, petite coquille :" quelle qu'en soit la raison ", c'est le copié-collé qui m'a été fatal...
  • 19/07/2021 à 07:25
    drlouzou
    alerter
    Les "ANTI-TOUT" et le théorie du complot
    ÉCRIT PAR JEAN PIERRE LAROCHE LE 30 JUILLET 2020.

    · "La vie intellectuelle est à la réalité ce que la géométrie est à l'architecture. Il est d'une stupide folie de vouloir appliquer à sa vie sa méthode de penser, comme il serait anti-scientifique de croire qu'il existe des lignes droites." Jules Renard

    · "Dans les époques troublées, quand la croyance dans les dieux s'effondre, la théorie du complot s'étoffe." Bernard Beckett

    · "Moi, je dis qu'il existe une société secrète avec des ramifications dans le monde entier, qui complote pour répandre la rumeur qu'il existe un complot universel." Umberto Eco

    ANTI-définition : Préfixe, du grec anti, en face de, contre, entrant dans la composition de nombreux mots pour exprimer l'idée d'opposition, d'hostilité, de défense contre

    Après les Anti-HISTOIRES, les Antinoirs, les Anti BLANCS, les Anti JAUNES, les Anti METIS, les Antivaccins, voici les Anti-MASQUES. Certainement ce n'est pas la dernière de la folie actuelle qui règne dans ce bas monde.

    Une INSUPPORTABLE raison supplémentaire de "s'énerver".

    Sur les réseaux sociaux, des milliers d'internautes, aux profils très différents, dénoncent l'obligation du port du masque contre le coronavirus. Ils s'identifient comme une “communauté de résistants” qui souhaite ”éveiller les ignorants” et “arrêter cette mascarade”. Sur les réseaux sociaux, des Français hostiles au port du masque pour lutter contre la propagation du coronavirus se réunissent dans des groupes et multiplient les messages et vidéos pour tenter de convaincre de l’absurdité, voire de l’inefficacité de cette protection. Le mouvement est apparu aux États-Unis, où des manifestations contre l’obligation du port du masque ont été organisées ces dernières semaines, notamment en Floride, l’un des États les plus touchés par l’épidémie de coronavirus. Il s’est ensuite répandu dans le monde ,en Europe, comme au Royaume-Uni avec le mouvement “Keep Britain Free”. Bolsonaro inspirent les anti masques par exemple comme Trump avant qu'il ne change d'avis sur la nécessité du port du masque.

    Voilà pour les faits. Des faits absurdes qui colportent des contrevérités, ils font appels à la liberté de pensée et d'être, ils sont bien sûr antivaccins, ils pensent que la Covid-19 ce n'est rien etc.…mais que c'est un vaste complot. Une fois de plus la théorie du complot fait des dégâts, théorie dangereuse surtout pour les esprits faibles qui sont prêts à adhérer à ce type de déviance. Pour info: Le nouveau médecin COVID préféré de Trump n, Dr Stella Immanuel croit en l'ADN extraterrestre, le sperme de démon , aux reptiliens et à l'hydroxychloroquine, tout cela peut entrainer des dérives sectaires thérapeutiques ou être à l'origine d'un complot des "ANTI" quelqu'ils soient.

    Rappelons les 8 faits marquants de la théorie du complot :

    - Personne n'a jamais marché sur la lune (16% des français adhèrent à cette affirmation)
    - Les attentats ont été planifiés par d'autres que des terroristes islamistes (19% des français adhèrent soit 1 sur 5)
    - Le SIDA est virus crée en laboratoire (32% des Français sont persuadés que le virus a été «testé sur la population africaine avant de se répandre à travers le monde» et plus de la moitié des Français (55%) estiment que «le ministère de la santé est de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins», selon l’IFOP.

    - La terre est plate (9% des Français y croient)
    - JFK assassiné par la CIA (19% des Américains y croient)
    - Lady D aurait été assassinée sur ordre de la famille royale
    - le monde est gouverné par des Reptiliens
    - Michael Jackson et Adolf Hitler ne sont pas morts

    6 théories du complot à la COVID-19 les plus « populaires »

    Le virus aurait été créé en laboratoire, en Chine, dans le but d’être volontairement introduit dans la population, afin « d’éliminer » une partie de la population mondiale.
    Avec la création d’un vaccin, le milliardaire américain Bill Gates souhaiterait véritablement tuer 15% de la population mondiale, puis implanter des puces électroniques aux autres personnes. Le vaccin de Bill Gates contiendrait un certain « poison » qui viserait précisément à anéantir l’Afrique.
    La technologie 5G (futur réseau de téléphonie sans fil plus rapide et plus efficace) serait directement liée à la COVID-19, car une multitude de tours pour le 5G ont été construites autour de Wuhan, la ville chinoise où est initialement apparu le coronavirus. Le virus existerait donc pour dissimuler les effets nocifs sur la santé de la technologie 5G.
    Dans le même ordre d’idées, le virus « communiquerait » d’une personne à l’autre par l’entremise d’ondes radio 5G, supprimant ainsi leur système immunitaire.
    Se rincer régulièrement le nez avec une solution saline serait un bon moyen de protection contre une infection grave liée à la COVID-19.
    Les statistiques sur les décès liés à la COVID-19 seraient « trafiquées » par les autorités et les gouvernements des pays, à travers le monde. Pourquoi? Pour faire peur et exercer un certain contrôle sur la population, car, véritablement, le coronavirus ne serait qu’une simple grippe.

    Selon Pierre-André Taguieff, le raisonnement conspirationniste donne lieu à un débat inutile car la théorie du complot ne se prête pas à la réfutation : « l'imaginaire du complot est insatiable, et la thèse du complot, irréfutable : les preuves naïvement avancées qu'un complot n'existe pas se transforment en autant de preuves qu'il existe». Pour Gérald Bronner, les conspirationnistes « singent la pensée méthodique, mais sont imperméables à la contradiction »

    Les adhérents de la théorie du complot ne peuvent rien prouver mais les adeptes relient des faits 'vrais" qui n'ont rien à voir entre eux pour en faire une nouvelle vérité à laquelle ils croient dur comme fer. Il suffit qu'une personnalité médiatique adhère à n'importe quelle fausse vérité pour qu'elle se multiplie. L'attitude par exemple de Didier Raoult (imperméable à toute contradiction) favorise la théorie du complot. Il faut que tous les intervenants scientifiques s'en tiennent à des messages clairs, simples et surtout de VERITE, afin d'éviter toute dérive.

    Extrait texte de L’évidence du complot : un défi à l’argumentation. Douter de tout pour ne plus douter du tout The Evidence of Conspiracy: a Challenge to Argumentation. Doubting everything, so as not to doubt at all Loïc Nicolas https://doi.org/10.4000/aad.1833
    "Dans le prolongement des travaux menés en collaboration avec Emmanuelle Danblon (Danblon & Nicolas 2010, 2012), cet article se propose d’analyser certains mécanismes langagiers et argumentatifs saillants à l’œuvre dans ce qu’on appelle, par habitude, les « théories du complot ». Grands récits ou historiettes, ces « théories » traduisent (et bien souvent trahissent) une certaine tournure de l’esprit qui, tout en affichant son objectivité absolue, s’attache à mettre en cohérence des événements épars prélevés çà et là dans la réalité observable. Elles intègrent ces événements à l’intérieur d’une trame narrative déterministe (mais non assumée comme telle) capable de leur donner du sens et de l’épaisseur ; capable, en somme, de les faire parler. Très concrètement : ces théories recueillent et assemblent des événements élevés au statut de faits (Dominicy 2010), dans le but d’apporter la preuve que ces faits sont nécessairement liés entre eux, parce qu’ils résultent d’une cause unique, c’est-à-dire d’un complot dont ils témoignent, et au sein duquel les participants agissent conformément à une nature profonde qui les détermine. Ce travail de « mise en fiction », qui s’opère tous azimuts, livre alors un « tout » cohérent, massif et sécurisant, capable de relier ensemble le passé, le présent et le futur sans discontinuité. Mais la « fiction » produite, n’est fiction que de l’extérieur – pour tous ceux qui refusent d’adhérer à cette vision du monde. À l’intérieur de la théorie, il n’y a (par définition) ni conteurs, ni fabulistes, ni interprètes, seulement des hommes et des femmes de bonne volonté. Des spectateurs qui regardent simplement ce qui est avec lucidité et sans complaisance. Pour eux, tout est déjà-là. Il n’y a qu’à ouvrir les yeux et à prêter l’oreille."

    Ne laissons pas les "ANTI" réallumer la pandémie !

    Les combattre leur donne de la vigueur, les faire taire difficile, les ignorer une solution : de la RIGUEUR, pas de FAUX ESPOIRS, que du VRAI dans tous les médias afin d'éviter toute interprétation fallacieuse et toute dérive notamment thérapeutique.

    Tant que les « antitout » vivent dans leurs califats de la bêtise et de l’ignorance, rien ni personne n’auraient à dire.

    Le pire dans l’histoire, c’est que cette secte anti-démocratique, étanche à la discision insère dans nos sociétés des contre-vérités affligeantes : « c’est la faute aux noirs, aux femmes, aux juifs … » , chaque citoyens avec un minimum de culture connait la suite …


  • 19/07/2021 à 10:23
    Youc57
    alerter
    Et sinon votre pensée est aussi copier coller ou vous savez rediger une reponse par vous même. Parce que les provaccinations, mise à part les copier coller de Pfizer et de certains média, il n'y a rien. Aucune réflexion, aucun esprit critique, uniquement des textes avalés et recracher...

    Elle est loin la France des lumières....
  • 19/07/2021 à 13:13
    drlouzou
    alerter
    Notre ami Youc57 n’est qu’un super « Boulaneigeux » . Votre manque de culture scientifique est affligent , comme votre culture général . Mais attention , je vais être accuser de votre fameux point Godwin ?
  • 21/07/2021 à 22:02
    drlouzou
    alerter
    À quoi bon se faire vacciner, puisque cela ne suffit pas toujours à repousser le virus ? L’argument est régulièrement mis en avant par les opposants à la vaccination. C’est vrai : être vacciné contre le Covid n’est pas une garantie absolue contre la maladie. Mais il en va de même pour tous les vaccins. « Aucun vaccin ne protège à 100 % », rappelle ainsi la Haute Autorité de santé (HAS).

    Le niveau de protection conférée par ceux utilisés contre le Covid est cependant très élevé. Selon une synthèse publiée en juin 2021 par l’autorité, deux doses de Pfizer ou de Moderna réduisent de 90 % le nombre de cas symptomatiques. « Une telle efficacité est une chance, souligne Morgane Bomstel, directrice de recherche au CNRS. En comparaison, le vaccin contre la variole est efficace à 72 %. Pourtant, il a permis d’éradiquer la maladie grâce à une politique de vaccination mondiale active. »
  • 21/07/2021 à 23:30
    Youc57
    alerter
    Culture scientifique et général m'appartenant à moi, en tant qu'homme qui réfléchi et pense pour lui même et par lui même.
    Contrairement à vous Mr ou Mme, mes pensées ne sont pas copier coller de notices ou sondage qui comme dirait le noble Mr Coluche, ne servent qu'à vous indiquez ce que vous devez penser.

    Éteignez votre télé, élevez votre niveau de cérébralité, et montrer que vous êtes un "Super génie", car pour le moment mise à part le clic droit, clic gauche, vous ne nous avez rien prouvé...
  • 21/07/2021 à 23:55
    Youc57
    alerter
    Je peux d'ailleurs déjà vous annoncer que les chiffres des contaminations vont augmenter, premier pic maintenant et deuxième fin août, puis à partir du 15 septembre et encore par la suite en fonction des mesures. Certains diront la faute aux personnes non vaccinées, et les plus éclairés comprendront que du fait de la mise en place du passdelahonte, il y aura plus de personnes testées et donc plus de détection de cas... Mais bon les esprits drlouzou diront que BFM ou Cnews a dit que...
    Apprenez à penser par vous même, et ne laisser pas les autres penser à votre place (dixit le Dalaï Lama)...
  • 22/07/2021 à 12:07
    drlouzou
    alerter
    Je vois que vous êtes rodé aux discours antivax, néanmoins, sauf à prétendre que la terre est plate, la vaccination antivariolique a permis d'éradiquer définitivement la Variole, mais je présume que vous allez dire le contraire.
    Ces informations sont vérifiées et certifiées.
    Bon, on a compris, vous ne voulez pas vous vaccinez ….
    Alors ne vous vaccinez, mourrez du coronavirus si cela vous chante, n’empêchez pas les personnes responsables de se vacciner, n’allez pas bruler les centres de vaccinations, et surtout arrêtez de nous souler avec vos théories du complot ….
    Bonnes vacances, et reposez votre boule à neige, cela va faire du bien à tout le monde …
    Un pharmacien vacciner et toujours en vie …

  • 22/07/2021 à 12:58
    Youc57
    alerter
    C'est marrant, vous parlez pour moi.
    Un "légume" c'est vivant aussi.. Qu'est ce qu'une vie physique sans cérébralité ?

    Pour vous répondre une dernière fois :
    - la terre est ronde et et légèrement aplatie sur ses pôles
    - le vaccin contre la variole, je partage votre avis.
    - je respecte les avis et convictions de tout le monde quelles soient politiques, scientifiques, religieuses etc...
    - je n'ai pas énormément de chance de mourir du coronavirus, dommage pour vous à priori.
    - je ne suis pas complotiste, j'analyse simplement les données et informations que je peux entendre et/ou lire.
    - je n'empêche personne de se faire vacciner, ni ne saccage quoi que se soit. Je redirige chaque jours des dizaines de personne se rendant en officine pour une vaccination vers des centres pour une prise en charge plus rapide.

    Pour votre information, mon avis est même que je serait pret à assumer mes soins en cas d'infection par le virus, en contre parti qu'on nous laisse tranquille et livre de choisir si oui ou non, nous voulons nous faire vacciner.

    Un préparateur en pharmacie, orthopédiste-orthésiste et vivant physiologiquement et cérébralement..

    En tout cas bonne continuation à vous
  • 22/07/2021 à 13:58
    drlouzou
    alerter
    Bonne chance dans votre « califat » des certitudes . Personne ne souhaite que vous contractiez cette « saloperie » , et sûrement les pharmaciens enseignants la pharmacologie clinique . Bonne vacances et « sortez couvert » ..
  • 22/07/2021 à 14:03
    drlouzou
    alerter
    Pardon , je voulais dire : sûrement pas que vous contractiez cette « saloperie » . Je suis pharmacien depuis assez longtemps pour respecter le travail des préparateurs . Sans votre présence pas de pharmacie . Néanmoins rester humble et accessible à la contradiction .
  • 23/07/2021 à 19:18
    PCC1
    alerter
    Il n’y a pas de modérateur sur ce site pour laisser un scientifique imbu de ses certitudes qu’il assène de façon péremptoire laisser insulter ses contradicteurs en les considérant comme un califat , qualitatif lourd de sous entendus et qui insulte aussi la mémoire de toutes les victimes de ces dernières années .
  • 23/07/2021 à 19:37
    drlouzou
    alerter
    Argumentum ad personam
  • 29/07/2021 à 14:06
    perplexe75
    alerter
    bonjour alors suite a cette loi rentrant en vigueur le 9 aout l obligation vaccinales applique t elle aux preparateurs et apprentis en officine de ville sachant que la FSPF n en parle plus sur son site...
  • 29/07/2021 à 14:49
    roller33
    alerter
    @perplexe75

    Pour le moment la loi n'est pas applicable puisqu'elle est actuellement étudiée par le Conseil Constitutionnel ( sa décision sera rendue le 5 août ), lequel peut exiger qu'elle soit modifiée sur n'importe quel point qu'il juge problématique ( en l'espèce tout ce qui concerne les sanctions en cas de refus : suspension du contrat rémunérée ou non, durée, licenciement exclu ou non... ).

    Dans ce cas, la loi doit être réécrite par le gouvernement et refaire la navette parlementaire ( Assemblée nationale puis Sénat avec nouveaux amendements possibles ), ce qui aurait pour conséquence de repousser la date de parution du décret d'application et donc la mise en œuvre dans les entreprises...

    C'est pour cela que le gouvernement a donné une date théorique aux alentours du 10 août...

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Certains de vos patients ont-ils fait des malaises à l'officine après injection d'un vaccin contre le Covid-19 ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK