Médecins et Assurance maladie : l'impasse - 28/02/2023 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
28/02/2023 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Médecins et Assurance maladie : l'impasse

Les négociations conventionnelles entre les médecins et l’Assurance maladie doivent aboutir aujourd'hui 28 février 2023. Mais les principaux syndicats refusent de signer.
Getty Images/iStockphoto

« Il n'y aura pas d'accord d'ici à mardi soir, c'est à peu près certain », a déclaré François Braun, ministre de la Santé et de la Prévention, sur France Inter, le 27 février 2023. De fait, dans la soirée du 26 février, MG France, « premier syndicat des généralistes, majoritaire, responsable et seul syndicat à pouvoir signer seul pour les médecins généralistes », a annoncé qu’il refusait de signer « un texte qui conditionne la simple mise à niveau du tarif de leur acte de base à des contraintes supplémentaires ». Ce 27 février, le Syndicat des médecins libéraux (SML) a également décidé de dire non aux propositions de l’Assurance maladie. L’Union française pour une médecine libre-Syndicat (UFML-S) a expliqué, le 24 février, qu’il ne peut signer « ce texte dangereux pour les médecins et donc dangereux pour les patients ». Le syndicat organise d’ailleurs « Les assises du déconventionnement » les 3 et 4 mars à Paris. La CSMF (Confédération des syndicats médicaux français) doit attendre le vote de ses instances départementales les 11 et 12 mars. Mais son président, Franck Devulder, a expliqué à l’APM (Agence de presse médicale) que « le compte n’y est pas ». Enfin, le syndicat des spécialistes, Avenir Spé – Le Bloc, a aussi fait savoir qu’il disait « non au projet conventionnel ».

Vers un règlement arbitral

Si la convention médicale n’est pas signée, un règlement arbitral doit être rédigé sous trois mois. Celui-ci aura valeur de convention et sera valable 5 ans avec une obligation de rouvrir une négociation entre les syndicats et l'Assurance maladie dans les 2 ans. C’est Annick Morel, inspectrice générale des affaires sociales (Igas) à la retraite, qui a été désignée pour rédiger ce règlement arbitral.

Pour MG France, « la santé des Français reste et restera au cœur des préoccupations des médecins généralistes qui feront, comme ils le font déjà aujourd'hui, le maximum et au-delà pour tenter de faire face à cette situation dramatique, qu'ils regrettent amèrement et dont la responsabilité est clairement désormais celle de l'Etat ». « On passe à côté d'une occasion d'améliorer la prise en charge de nos concitoyens et, en cela, je trouve que les syndicats de médecins ne sont pas responsables », a estimé pour sa part François Braun à la radio. Et d’ajouter : « L'Etat est du côté des Français. On a mis 1,5 milliard sur la table, c'est plus que ce qu'on n'a jamais fait dans une convention médicale. Ce que je demande aux médecins, c'est de faire aussi un pas vers les Français ».



Magali Clausener

Les dernières réactions

  • 28/02/2023 à 14:01
    BREZHONEG
    alerter
    1,5 MILLIARD,pour un budget assurance maladie de 260 milliards, ça fait 1,7%..Pas enorme,et pas donné-kado,, mais donné en echange d'un travail supplementaire dont la Secu et l'Etat ont besoin.qu'il soit fait.Et les ""solutions rustines""en utilisant les professions voisines,ça a ses limites..
  • 28/02/2023 à 14:07
    BREZHONEG
    alerter
    PS /le probleme ,c'est que tout le monde voit qu'il y a eu de l'inflation depuis 2017 et la revalorisation du C,mais la secu ,elle, ,n'en voit pas pour les medecins.....Par contre quand ses syndicats sont arrivés a la nego pour les salaires avec l'inflation, ils ont obtenu tout ce qu'ils voulaient,et rapidement !
  • 28/02/2023 à 16:17
    Nicolas 34
    alerter
    Les médecins généralistes et l'état devraient négocier une augmentation substantielle en échange d'une instauration d'un numerus clausus géographique tous comme pour les officines qui satisfairaient tout le monde :
    1 - les médecins seraient augmentes
    2 - les médecins pourraient revendre leur patientelle une fois à la retraite donc rémunération supplémentaire pour eux
    3 - l'état mettrait fin aux déserts médicaux
    4 - les pharmacies dans les déserts médicaux n'auraient pas à fermer
    5 - les patients n'auraient pas à faire des km pour trouver un MG ....
    6 - MEILLEURE COUVERTURE MÉDICALE pour tous ....
  • 28/02/2023 à 18:09
    BREZHONEG
    alerter
    Bien vu, Nicolas !
  • 28/02/2023 à 18:42
    erwann
    alerter
    etre ministre de la santé et oser rejeter la faute et l'irresponsabilité sur les médecins pour le bordel sans nom qu'est devenu la santé aujourd'hui, c'est être dans le déni ou le mensonge au choix. sans parler que c'est une insulte envers les professionnels de santé. Si la FSPF et/ou l'USPO pouvaient prendre exemple sur les syndicats de médecins svp... (mais en ayant une capacité de négociation ayant abouti à des "frais de gestion" pour les Dasri, je n'espère pas grand-chose)

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !