14/06/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

François Pouzaud

L’Association française des malades de la thyroïde (AFMT) révèle, ce jeudi 14 juin, les résultats d’une analyse qu’elle avait commandée à un laboratoire étranger sur la nouvelle formule de Levothyrox. Ceux-ci mettent en lumière des éléments accablants : un sous-dosage de la nouvelle formule en principe actif, avec pour effet d’entraîner des « réveils de cancers endormis » chez des patients présentant des antécédents de cette maladie, ainsi que la présence d’une autre molécule – le dextrothyroxine – qui ne figure pas, selon l’association, dans la liste des composants. Une molécule non commercialisée en France, mise à l’index aux Etats-Unis ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Les dernières réactions

  • 15/06/2018 à 07:35
    MAURICE
    alerter
    Mais comment croire de telles âneries, comment croire qu'un laboratoire se permettrait, et pour qu'elles raisons, de telles erreurs professionnelles.
    Mais il est vrai que la théorie du complot peut seule expliquer l'effet Nocebo.
  • 15/06/2018 à 08:16
    dandus13
    alerter
    En étant compréhensif, il est possible que quelques patients aient eu à rééquilibrer leur traitement, voire à "changer de molécule". Mais quand des familles entières ne supportent pas ,TOUS,la "nouvelle formule", je dis bravo les médias !
  • 15/06/2018 à 17:46
    BREZHONEG
    alerter
    Quelles pourraient etre,etant presentes dans l'alimentation ou un autre traitement, les molecules capables de transformer la L-T4 en D-Th.?
  • 16/06/2018 à 07:38
    rab74
    alerter
    il semblerait que le laboratoire ait signalé un pic supplémentaire en cpg, sans pour autant l'identifier formellement. Son assimilation à de la Dthyroxine est une supputation des commanditaires, qui demanderait pour le moins à être vérifiée au moins par Rmn (résonnance magnétique)avant d'être diffusée dans les médias. Encore une fois ce n'est pas l'analyse qui pêche (le pic supplémentaire peut être dû à une mauvaise manip ou un artéfact de la colonne de chromatographie), mais l'usage qui en est fait. Quand convaincra-t-on la présidente de l'Afmt de tourner sa langue dans sa bouche avant de parler (fort mal d'ailleurs elle utilise beaucoup de mots à contre sens)?Elle fait plus de mal aux gens qu'elle est censée défendre que le laboratoire Merck, en les faisant passer pour des débiles ou des mythos, ce qu'ils ne sont pas.
  • 16/06/2018 à 21:25
    domi4417
    alerter
    rira bien qui rira le dernier messieurs !

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

Allez-vous attribuer une prime de fin d’année (ou une augmentation) à vos collaborateurs ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK