11/04/2020 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Matthieu Vandendriessche

La consommation hospitalière d’hydroxychloroquine a été multipliée par 90 en France au cours de la dernière semaine de mars 2020 par rapport à la consommation hebdomadaire en temps normal. Dans le traitement du Covid-19, cette molécule n’est pas systématiquement associée à l’azithromycine, la consommation hospitalière de cette dernière ayant été multipliée par 30 sur la même période. Pour les curares, elle l’a été par 100. Ces médicaments sont utilisés pour leur indication majeure, le syndrome de détresse respiratoire aigu, complication du Covid-19. Ces chiffres émanent du document « Le point sur les tensions d’approvisionnement en médicaments liées à la pandémie de coronavirus », ...



Cette page est réservée aux membres du site Le Moniteur des pharmacies.fr

Vous avez un compte ?



Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas de compte ?
Inscrivez-vous, c’est gratuit !


Se créer un compte

Les dernières réactions

  • 11/04/2020 à 09:51
    drlouzou
    alerter
    La consommation du chocolat est actuellement multiplié par 100.000 , c’est que ça fonctionne ?
  • 11/04/2020 à 10:20

    alerter
    Et on continue à gâcher l’hydroxy en l’utilisant n’importe comment ! Ce crime majeur contre l’humanité seras révélé au grand jour !
  • 11/04/2020 à 10:29
    Czentovich
    alerter
    Tu as raison! Tous ces gens qui bossent en réanimation sont des gros nuls (réa/infimiers/internes...) ils feraient mieux de lire Paris match ou Facebook au lieu de se fier à des études...
  • 11/04/2020 à 20:39
    drlouzou
    alerter
    Merci à Czentovich, D'après une étude sérieuse de la NASA, 100% des extraterrestres refusent de venir sur terre par peur d'être contaminés par le virus de la CONNERIE
  • 11/04/2020 à 21:08
    drlouzou
    alerter
    Un sondage Ifop pour le consortium Coconel (Coronavirus et confinement, qui étudie l’épidémie) réalisé fin mars 2020 montre ainsi que plus d’un quart des Français interrogés (26%) ne voudraient pas se faire vacciner contre le coronavirus si un vaccin existait.
    Je tombe de ma chaise...
  • 12/04/2020 à 01:02
    Dios Mine
    alerter
    Nous sommes passés de l'empirisme à des méthodes structurées car nous sommes justement passés par des échecs, dont nous avons appris. L'histoire de la médecine est jonchée de dizaines de ces échecs. Ce que propose le professeur Raoult, c'est le degré zéro de la recherche scientifique. C'est de la vieille médecine suranée, simpliste, et du faux bon sens, dans laquelle l’expertise est seule suffisante : "Ils n'ont rien retenu selon moi des échecs du passé". L'expérience est importante mais non suffisante : il nous faut des données. Ce sont les données qui sont irréfutables, pas l'expertise qui pourrait d'ailleurs être questionnée. L'agument d'autorité basé sur le productivisme d'articles est de la poudre aux yeux. Les indices de bibliométrie ne font pas la qualité d'un chercheur. Pour revenir à la question du sens d'un traitement, l'important n'est pas uniquement de faire disparaitre un virus dans le nez, il faut également que le malade aille mieux. Le meilleur exemple avec l'hydroxychloroquine c'est le chikungunya : l'hydroxychloroquine inhibait le virus, in vitro, de manière tout a fait efficace. Mais chez l'homme, elle aggravait l'état du patient. Donc il n'y a pas d'autre moyen de s'en rendre compte que de réaliser des essais dans les règles de l'art, avec un groupe contrôle, idéalement avec placebo. C’est tout à fait possible en urgence. Et parfaitement éthique. Dans son dernier "préprint" mis en ligne sur son site de l’IHU, et qui a mon sens ne passera jamais l’étape d’un reviewing, il ne règle aucun problème et ne montre rien. Car il n’y a pas de groupe contrôle. Il peut continuer avec 100 000 patients, l’étude sera toujours aussi mauvaise méthodologiquement. Les règles, c'est comme le code de la route. Cela parait contraignant. Mais c’est fait pour permettre au plus grand nombre de conducteurs, ou de patients, d'arriver à bon port. C'est d'autant plus important en période de crise.
  • 12/04/2020 à 08:59

    alerter
    Le professeur Raoult, et son équipe, étudient l'hydrochloroquine, depuis des années. Raoult ne pars pas de zéro, dans ihu, cette molécule est très connue, l'idée de l'utiliser n'est pas un fait du hasard, tout comme son association avec l'azithromycine. Il n'y a pas de conflit d'intérêts pour cette équipe
  • 12/04/2020 à 14:56
    Claude 45
    alerter
    J'ai donné de l'homeopathie aux malades du covid 19 et vous savez quoi ? 99 % ont été sauvés. ...
  • 12/04/2020 à 15:03
    Nicolas 34
    alerter
    Hahnemann et Raoult sont dans un bateau ! Hahnemann tombent dans l'eau ( remarquez qu'il adore ça...) qu'est-ce qui reste ? Pas grand-chose....

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Souhaitez-vous vacciner la population contre le Covid-19 dès le début de la campagne ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK