09/10/2020 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Magali Clausener

La campagne de vaccination contre la grippe débute le 13 octobre 2020 et doit s’achever le 31 janvier 2021, ces dates étant fixées sur la base des observations épidémiologiques des années précédentes. Cependant, elle peut être prolongée jusqu’à fin février, selon l’évolution de l’épidémie. Dans un courrier adressé aux pharmaciens, la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) rappelle que les officinaux doivent respecter ces dates, « l’Assurance maladie étant en droit de ne pas rémunérer les vaccinations réalisées hors période officielle de campagne de vaccination ».   Une campagne en deux temps Dans son point presse sur l’épidémie de Covid-19 du 8 octobre Olivier ...



Cette page est réservée aux membres du site Le Moniteur des pharmacies.fr

Vous avez un compte ?



Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas de compte ?
Inscrivez-vous, c’est gratuit !


Se créer un compte

Les dernières réactions

  • 09/10/2020 à 16:45

    alerter
    Et concrètement on dit quoi aux non prioritaires ?Je vous invite à revenir dans 2 mois quand il n’y aura plus de vaccins?
  • 09/10/2020 à 19:43
    Kriskool
    alerter
    Quand on voit que Certains ont déjà commencé à délivrer les vaccins « hors bon de prise en charge » donc aux patients non prioritaires, impatients d’écouler leur stock car délivrance invisible aux yeux de la secu..
    Qu’est devenue la belle mission de santé publique confiée aux pharmaciens au travers de la vaccination à l’officine ?
  • 09/10/2020 à 21:23
    Isagrainderiz
    alerter
    Il va falloir être persuasif.... les patients ne comprennent pas le mot « prioritaire «  pour les vaccins anti grippe! Ils sont prêts à tout pour en avoir... Que nos technocrates , qui prennent les décisions derrière leur bureau, viennent derrière les comptoirs, voir comment cela se passe dans la vraie vie.... Nous allons encore souffrir avec cette campagne anti grippe, passer pour des méchants, et agacer la population. Mais perso, je vais faire de mon mieux et ravaler les mots déplaisants que les insatisfaits me diront. On nous met devant, comme toujours....
  • 09/10/2020 à 23:50
    roller33
    alerter
    Il convient de se souvenir que soixante-quinze députés de la majorité ont lancé un appel à se faire vacciner « massivement » contre la grippe, ce qui constitue selon eux, un « acte citoyen » pour éviter de voir cette maladie s’ajouter à la pandémie de Covid-19 dans une « cohabitation épidémique ».

    Une tribune de Julien Borowczyk ( LREM, Loire), lui-même médecin, publiée dans Le Journal du Dimanche le 19 septembre, souligne qu’à « l’approche de l’hiver, le risque est grand de voir s’entrechoquer le Covid-19 avec la grippe, elle-même responsable de 10.000 morts environ chaque année ».

    Les signataires, ont assuré qu’ils se feront tous vacciner contre la grippe sans évoquer la moindre priorisation.

    Et comme d'habitude, on laisse les pharmaciens se dépatouiller avec des effets d'annonce.
    Hors de question de participer à cette pantalonnade car le ministre ne se hasardera pas, comme ce fut le cas avec les masques, à dire face caméra celui-ci à droit à son vaccin mais celui-là non.

    Donc, premier arrivé, premier servi..
  • 10/10/2020 à 17:40
    BREZHONEG
    alerter
    L'Assurance Maladie "peut refuser de payer les vaccinations hors campagne" !! Elle peut tout faire l'ASSUR..mAL. Elle a tous les droits,et la Justice (le TASS HELAS.) a deja rédigé avant l'audience le délibéré qui nous donne tort (avec la colaboration telephonique-pas de traces- des avocats de la CPAM concernée).
    ....
  • 11/10/2020 à 09:34

    alerter
    Chaque patient pense être prioritaire, donc pour moi ils le sont tous.
  • 11/10/2020 à 15:00
    Pseudo 20201107
    alerter
    Roller 33!!! Comment nous faire croire à un professionnel de la santé quand on écrit "le covid" ? En revanche bravo, la grippe est bien au féminin.
  • 11/10/2020 à 19:19
    roller33
    alerter
    @ Pseudi 20201107

    Bon, pour ne pas trop accabler Mr Borowczyk ( il n'a pas un nom facile ), on peut dire qu'attribuer le genre féminin au mot COVID est une coquetterie de l'académie française à laquelle, d'ailleurs, se refusent d'éminents spécialistes..

    En effet, disease peut indifféremment être traduit par le mal ou la maladie.
  • 12/10/2020 à 09:27
    BREZHONEG
    alerter
    ...et un tique et une tique nous piquent toujours la sensibilité grammaticale.
  • 14/10/2020 à 12:59
    papaver
    alerter
    Ce débat sur le sexe du covid me laisse sans voix... Ah ces braves académiciens !!!

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Avez vous encore en stock des masques de la dotation d’Etat ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK