18/01/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Chadoutaud, Orsay, Pharmacie Zabou Carrière

Pour remédier à la fragilité du marché du générique et à une tendance d’évolution qui ne permettra pas de satisfaire les enjeux de santé publique du Plan santé 2022, le Gemme (association des génériqueurs) repart au front en ce début d’année et y va de nouvelles propositions auprès du gouvernement pour permettre au marché de renouer avec une dynamique. « De nombreux freins subsistent et empêchent le développement optimal de ce marché », constate Stéphane Joly, président du Gemme, à l’occasion de la présentation de ses vœux. 

S’agissant des mesures de dynamisation à prendre, ses propositions visent toujours à résoudre l’équation posée par les médecins qui ne prescrivent pas assez dans le Répertoire des génériques. Pour les y inciter, le Gemme suggère la création d’un tarif de consultation majoré via un honoraire de prescription qui serait réglé a postériori une fois l’objectif de prescription dans le répertoire atteint. Il propose aussi de créer un honoraire spécifique sur objectif de prescription en DCI pour les spécialités complexes.

Concernant maintenant les dispositions de l’article 66 de la Loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) 2019 attendues pour 2020, Stéphane Joly rappelle qu’elles ne créent pas de valeur puisqu’elles visent la prescription « hors Répertoire », craignant même qu’elles annihilent les efforts réalisés jusqu’ici pour développer le générique. « Nous souhaitons travailler avec le gouvernement pour qu’elles soient mises en place progressivement, après une phase de tests destinés à mesurer leurs effets dans la vraie vie », explique-t-il. 
Le Gemme n’en démord pas avec une proposition pour accroître l’adhésion des patients au générique par l’instauration d’une franchise plus faible.

Des honoraires de substitution
A l’heure des nouveaux honoraires de dispensation du pharmacien, l’association plaide pour l’instauration d’un honoraire de substitution pour les spécialités complexes en parallèle de l’évolution de la rémunération.
Sur le marché des biosimiliaires, confronté lui aussi à des impératifs de croissance, Stéphane Joly propose la mise en place de mesures incitatives tant à l’hôpital qu’en ville. Pour les actes d’interchangeabilité réalisés en ambulatoire, tant au niveau de la prescription du médecin que de la dispensation par le pharmacien, un honoraire conventionnel pourrait être instauré et financé par une partie des économies générées par l’usage du médicament biosimilaire.






François Pouzaud

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.


MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK