25/06/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Lemarquis, pharmacien, blouse, caducée David Bécus

 

A l’occasion de la Commission paritaire nationale du 8 mars 2018, la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) a demandé le paiement aux pharmaciens des entretiens pharmaceutiques réalisés en 2017 qui n’ont pu être saisis sur « amelipro » en janvier 2018 en raison du dysfonctionnement de la plate-forme, explique le syndicat dans une circulaire envoyée à ses adhérents le 25 juin 2018. 

La FSPF rappelle que le téléservice d’« amelipro » permettant la saisie des entretiens asthme, AVK et AOD avait été rendu inaccessible du 2 janvier au 21 février 2018 en raison de l’adaptation technique de cet outil aux dispositions de l’avenant n° 11.  

La CNAM a diffusé un formulaire à remplir et à transmettre au service du contrôle médical de la caisse primaire de rattachement de l’officine, quel que soit le régime du patient concerné. La caisse se chargera elle-même de transmettre ensuite les informations aux régimes spéciaux. 
Une fois le formulaire réceptionné, les caisses procéderont au paiement des accompagnements et à la notification de la régularisation à la pharmacie. 

Cette procédure concerne uniquement les pharmaciens qui ont réalisé toutes les étapes de l’accompagnement sur l’année 2017 mais qui n’ont pas procédé à la déclaration de l’ensemble de ces étapes sur « amelipro » avant le 2 janvier 2018.






Les dernières réactions

  • 25/06/2018 à 20:57
    Michel retraité 08
    alerter
    Franchement y en a marre de ces articles où l’on excuse quasiment l’assurance maladie de ne pas payer en temps voulu les pharmaciens. Cette même AM qui lit certainement le Moniteur et doit être morte de rire en lisant cette prose... on est vraiment maso dans cette profession en continuant à s’abonner et moi cela fait ... 45 ans! Plus Sérieusement, toutes ces nouvelles missions rémunérées ou non , il faut les VENDRE aux médecins plutôt que de faire des grandes soirées de «  formation » sur le sujet qui font vivre des organismesprêchant à prix d’or à des convaincus ! Et c’est là que les URPS pourraient démontrer leur utilité en réunissant les médecins et les pharmaciens sur ces mêmes thèmes ... mais non, des fois que le président des médecins vole la vedette à celui des pharmaciens !!! URPS : rendez l’argent !
  • 26/06/2018 à 07:37
    rab74
    alerter
    c'est plus compliqué que ça: les médecins ne sont pas intéressés: du, soirées, journées communes interprofessionnelles: on voit des infirmiers, des kinés, mais très très peu de médecins....eux ont évité le dpc avec justification obligatoire, et ça se ressent dans leurs prescriptions; betadine sur des abrasions, prescription de produits disparus depuis 3 ou 4 ans, poso d'antibio fantaisiste, dose flash de doxy pour les piqures de tiques etc etc....d'où peut- être notre intervention(pas toujours bien acceptée)dans les bilans de médication. urps, payez ceux qui évoluent et le prouvent, et demandez des comptes aux autres!

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

Allez-vous attribuer une prime de fin d’année (ou une augmentation) à vos collaborateurs ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK