05/12/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

A la veille de la séance de négociations entre les syndicats de pharmaciens et l’Assurance maladie du jeudi 6 décembre probablement décisive pour la signature d’un nouvel avenant conventionnel concernant l’accompagnement des patients sous chimiothérapie orale, la Conférence nationale des URPS pharmaciens libéraux (CNUPL) publie les résultats d’une enquête permettant de mieux connaître et comprendre les besoins et attentes des patients atteints de cancers. Réalisée entre le 19 juin et le 10 novembre 2018 auprès d’un millier de patients cibles (ou de leur entourage), avec le soutien de l’Association soins coordonnées, cette enquête s’inscrit dans le cadre de l’initiative « Votre pharmacien se mobilise contre le cancer » lancée par les 12 URPS (Unions régionales des professionnels de santé) pharmaciens affiliées à la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France, toutes adhérentes à la CNUPL. Son objectif ? Recueillir la voix des patients sur les questions liées aux traitements anticancéreux oraux afin de construire un plan d’action qui permettra aux pharmaciens de se positionner en tant qu’acteurs mobilisés dans le développement actuel de l’oncologie et le parcours de soins des patients atteints d’un cancer.

« Le but, avec les nouvelles chimiothérapies orales, est d’accompagner ces patients à domicile dans leur vraie vie, ce virage ambulatoire de leur prise en charge nécessite un renforcement de la proximité, de la disponibilité et de l’expertise du pharmacien », explique François Martial, président de l’URPS pharmaciens Nouvelle Aquitaine.

La CNPUL ambitionne de faire du pharmacien libéral le référent des patients en sortie d’hôpital et d’être le lien de la coordination « ville-hôpital-ville ». Et les résultats de l’enquête devraient inciter les officinaux dans cette évolution, même si la file active de patients traités par de nouvelles molécules n’est que de 1 500 par an pour 22 000 officines. Parmi les répondants, plus de 80 % se sont rendus au sortir de l’hôpital directement en officine pour leur traitement et dans plus de 70 % des cas, les pharmaciens ont su répondre à leurs questions sur les posologies, effets secondaires, précautions d’emploi…

Plusieurs points noirs ont été relevés dans cette enquête : 60 % des personnes interrogées rapportent que l’hôpital ne respecte pas le libre choix du patient de son professionnel de santé et près de 85 % déclarent qu’il n’avait pas préalablement transféré leur prescription à leur pharmacien avant leur sortie. En outre, ils ne sont que 17 % et 38 % à faire état, respectivement, de la mise en place d’une coordination ville-hôpital et d’une coordination entre les professionnels de santé de ville au sujet de leur prise en soins. Des chiffres qui pourraient être nettement améliorés avec l’utilisation de messageries de sécurité de santé.






François Pouzaud

Les dernières réactions

  • 05/12/2018 à 20:35
    LAP
    alerter
    Libre choix libre choix???? l'hôpital ne connait pas!!! c'est tellement étonnant
  • 06/12/2018 à 07:29
    rab74
    alerter
    nous suivons en permanence 6 à 8 cancéreux et JAMAIS, je dis bien JAMAIS, nous n'avons réussi à obtenir le protocole de thérapie du patient, ne fut ce que pour éviter d'éventuelles interactions avec des traitements intercurrents.3 fois sur 4 nous avons les ordonnances en même temps que le malade, de préférence le vendredi soir ou le samedi après-midi, et 2 fois sur 4, on est prévenu avec une ou deux semaines de retard quand il est placé en HAD. Ce n'est pas nous qui devons progresser (nos protocoles et formations sont en place et régulièrement mis à jour), mais le couple médecin/patient qui est trop "bordellique" pour nous utiliser correctement! quelques exceptions toutefois avec des grands centres comme Leon Berard, qui savent employer le SISRA et le téléphone à bon escient, pour le plus grand confort de leurs patients...combien de fois a-t-on vu des malades avec des fauteuils ou des lits inadaptés, des oxygenothérapies sans humidificateur livrés par ces grosses boites qui démarchent encore les hôpitaux au lit des malades?
  • 06/12/2018 à 07:40
    riop
    alerter
    Les pharmaciens SONT mobilisés. Mais les hôpitaux refusent le lien. Quant au patient il est, et on peut le comprendre, envahi par sa maladie.
    Le protocole de soins? Il est souvent signé le jour de la première chimiothérapie. Et le malade ne comprend pas ce que sa signature induit.
    Bienvenue à l'hôpital
  • 06/12/2018 à 10:46
    cf
    alerter
    utilisation de messageries de sécurité de santé.
    Elles ne sont pas fonctionnelles
  • 06/12/2018 à 10:51
    cf
    alerter
    "utilisation de messageries de sécurité de santé".
    Elles ne sont pas utilisées ou ne sont pas fonctionnelles..
    Tous les avenants conventionnels ( donc BMP et autres)qui sont basés sur le fait d'utiliser ces messageries pour échanges et résultats , ainsi que la vaccination antigrippale (qui d'après l Ordre doit être finaliser en prévenant le médecin par messagerie sécurisée) sont en fait hors la loi..
  • 07/12/2018 à 15:20
    tnttnt
    alerter
    @cf : si les messageries sécurisées fonctionnent très bien. Tu as Santé Secure mis à disposition par la CPAM et qui est gratuite.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

Allez-vous attribuer une prime de fin d’année (ou une augmentation) à vos collaborateurs ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK