13/03/2020 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Anne-Charlotte Navarro

L’article L. 4121-1 du Code du travail met à la charge de l’employeur l’obligation d’assurer la sécurité et de protéger la santé physique et mentale des travailleurs. A ce titre, il doit prendre toute mesure nécessaire pour éviter la survenance d’un dommage à la santé du salarié. Si le salarié subi un dommage, l’employeur peut être tenu responsable et chargé d’indemniser le salarié. Le même texte du Code du travail liste trois types de mesures qui doivent être prises par l’employeur. En premier lieu, l’employeur doit a minima s’assurer que le document unique d’évaluation des risques, obligatoire dans les officines, ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Les dernières réactions

  • 14/03/2020 à 07:38
    rab74
    alerter
    faudrait pouvoir envoyer les malades en camp de redressement, pour qu'ils apprennent à tousser dans leur manche et pas sur nous, à ne pas s'embrasser sous le panneau "gestes barrière", à suivre et respecter le marquage au sol de distances inter personnelles. faudrait aussi que les FFP2 arrivent un peu plus vite, car, mis à part la désinfection des tiroirs à monnaie et des comptoirs, on est quelque peu démunis. Même les malades à qui le médecin a fourni un masque ne le portent pas! cette épidémie est une épidémie de la connerie humaine, où les quarantaines ne sont ni respectées, ni suivies par les autorités, où une partie des soignants ne semble pas avoir reçu le mail les avertissant qu'ils disposent de masques, où la chasse au gel hydroalcoolique vire à Koh Lantah....beurk !
  • 14/03/2020 à 10:52
    Maya
    alerter
    Bonjour, est ce que l'Ordre des pharmaciens peut donner des directives claires et sans équivoque donc à caractère obligatoire aux titulaires d'officines pour:
    distance comptoir/patient?
    distance entre les patients au comptoir?
    distance dans la file d'attente?
    limitation du nombre de patients dans l'officine?
    En ce moment, on a l'impression que tout va bien, on hésite à mettre un masque, à dire aux patients de reculer , ...
    Pouvez-vous nous donner des conseils pour appliquer au mieux ces distances?
    Lorsque le conseil de l'ordre donne des masques aux pharmaciens , pouvons-nous augmenter notre quota en fonction du nombre de préparateurs et employés de l'officine???
    En pratiquant la méthode du double masque, il faudrait multiplier par deux leur nombre???
    Bref, nous avons besoin de consignes claires?
    Bien confraternellement

  • 14/03/2020 à 11:49
    roller33
    alerter
    J'ai regardé jeudi la webconférence de l' ordre et sur certains points je l'ai trouvée consternante. Olivier Véran, passé en coup de vent, s'est touché à plusieurs reprises le nez et la bouche et le micro qu'il a utilisé a circulé ensuite de main en main pendant une heure si bien que Gilles Bonnefond qui s'est lui aussi touché à plusieurs reprises le nez et la bouche a certainement profité des germes du ministre. Au départ de Mr Véran, la présidente Wolf lui a fait remarquer qu' au dessus d'eux se trouvait le "sérum" de Galien ! PIRE, Mr Parésys Barbier de la section D a été interrogé sur le droit de retrait pour le personnel des officines : il a répondu que cela ne s'appliquait pas en évoquant la convention collective. Or le droit de retrait est possible pour tout salarié s'il estime un danger grave et imminent pour sa santé par absence de mise en oeuvre de mesures de protection par son employeur ( par exemple impossibilité de se laver les mains par absence de point d'eau fonctionnel ou de savon ou de GHA, obligation des se rendre à l'intérieur du domicile du patient contaminé sans protection adéquate....). Enfin, Mme Wolf a évoqué la possibilité de se dépanner en personnel entre officines en cas de pénurie et là personne n'a bronché sans se soucier du cas où ce personnel prêté aurait un accident du travail, ferait une erreur de délivrance ou serait agressé dans une officine dont il n'est pas salarié ! Visiblement, pour nos instances ordinales et les représentants syndicaux, le droit du travail est lui aussi évolutif en période d'épidémie de coronavirus....
  • 14/03/2020 à 19:00
    Fleur
    alerter
    Je pense qu'il faudrait faire comme en Italie : file d'attente dehors, et seuls les patients servis à l'intérieur, à une certaine distance du comptoir. J'ai eu trois personnes jeudi avec une prescription de Tamiflu, collés au comptoir, qui m'affirmaient avoir une bonne grippe ! Oui, peut-être, ou pas.
    Je rejoins l'avis de Maya.
  • 15/03/2020 à 11:19
    charlie 67
    alerter
    consternant. il faut porter des masques, mais on n'en a pas. il faut accepter le droit - légitime- de retrait , et l'arrêt de maladie pour la garde des enfants, mais il faut que nous soyions sur la brèche.

    tous les magasins, restos etc vont fermer, mais nous on doit rester ouverts : pour servir quoi? à qui? à quel prix?

    il faut faire des tas de déclarations aux impôts, aux caisses etc, mais si on n'a plus de personnel , et qu'on tombe nous mêmes malades, avec quel temps et quels moyens on va pouvoir le faire?

    à coté de ça il faut quand même aller voter comme si de rien n'était

    on demande tout et son contraire à tous les professionnels, bref, on est en plein en automne 1939. ça fait peur

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Avec le Covid-19, allez-vous accorder une prime à vos collaborateurs ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK