07/03/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
poings, gants, cuir, ring, bleu Pixabay

Selon la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, auditionnée par la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, au sujet de la dispensation protocolisée, « il faut encore un peu de travail » … et encore beaucoup de débats animés. Comme le 7 mars sur RTL lors d’un échange entre Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France (FMF), et le député Thomas Mesnier (LREM), rapporteur du projet de loi Santé et auteur de cette proposition, lequel match a été arbitré par le journaliste de la Matinale Yves Calvi.
« Le pharmacien d’officine est une sécurité sanitaire et en 45 ans d’exercice, j’ai toujours remercié les pharmaciens quand ils m’appelaient en cas de doute sur une ordonnance, mais là, on veut leur faire changer de métier », développe d’entrée de jeu le président de la FMF, furieux contre cet amendement. « Une angine ou une cystite devient simple à traiter une fois qu’elle a été examinée, avec cette proposition, on est en train de dégrader les conditions de prise en charge des Français », ajoute-t-il. 
Le ton monte encore d’un cran quand il parle du mépris que ressent sa profession : « Les gens s’imaginent que l’on fait de la bobologie à longueur de journée et que ce que l’on fait peut être également fait par l’infirmière ou le pharmacien. »
Pour Jean-Paul Hamon, « il faut régler le problème de la désertification médicale, en ayant plus de médecins, et non pas en soulageant le médecin d’actes simples ». Un discours que Thomas Mesnier a du mal à entendre en termes de pragmatisme : « On a supprimé le numerus clausus mais il faut dix ans pour former un médecin, aujourd’hui, il y a plus de médecins qui partent à la retraite que d’étudiants en médecine qui sortent des facultés, dans l’intervalle, qu’est-ce qu’on fait ? ». En dix minutes d’échanges vifs, ce député a tenté de convaincre qu’une dispensation protocolisée, avec formation ad hoc et communication entre professionnels de santé, ne met pas en danger la qualité des soins et que « l’exercice isolé du médecin, c’est fini ! »

Reconnaissant que l’avenir appartient aux équipes pluriprofessionnelles, Jean-Paul Hamon en semble en faire aussi une affaire de gros sous. « Sur les soins non programmés, les urgences touchent une prime pour adresser un patient en médecine de ville, mais nous, nous ne touchons rien. On parle d’organisation des soins, mais il faut mettre un peu plus d’argent que ce qui est mis aujourd’hui. » En particulier pour les médecins. « Pour leur redonner envie de s’installer, afin de favoriser les stages en zone démographiquement faible ou en zone prioritaire », conclut-il.






François Pouzaud

Les dernières réactions

  • 08/03/2019 à 07:58
    Nick64
    alerter
    JPH n’aurait pas tort si nous étions dans un monde idéal et dans une France d’il y a 25 ans. Ce conservatisme n’a pas lieu d’être car le pharmacien est indéniablement le spécialiste du médicament alors que le médecin, qui n’a étudié ce dernier que très peu pendant ses études, est le spécialiste du diagnostic. Les pharmaciens devraient être autorisés à prescrire suite à un diagnostic de médecin car les pharmaciens sont les mieux placés pour choisir le traitement adéquat au diagnostic posé. Superman n’existe pas, faisons le meilleur usage des compétences de chacun.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Comprenez-vous que les pharmaciens de la grande distribution souhaitent que l’Ordre crée un collège des salariés de la distribution ?




Revue


Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK