13/12/2017 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Matthieu Vandendriessche

« Je ne regrette pas cette décision, car il n’y a plus eu de décès depuis.» La ministre de la Santé est revenue sur les conditions qui ont entouré l’été dernier sa décision de lister les médicaments dérivés de la codéine. Agnès Buzyn était interpellée le 12 décembre à l’Assemblée nationale par le député Paul Christophe (UDI, Agir et Indépendants) sur un éventuel retrait de l’arrêté de listage de ces médicaments.  Evidemment, la ministre avait voulu pour contrer les risques liés à l’utilisation à des fins récréatives de ces produits par des jeunes, dans le cas de purple drank. Plus précisément, sa ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Les dernières réactions

  • 13/12/2017 à 17:20
    BREZHONEG
    alerter
    Ca serait plutot,autrement dit, un effet "grandes surfaces" alors?Avec ce souhait "de rendre plus homogene la qualité de la dispensation" , il y a 2 solutions pour y arriver : renforcer le reseau en officines plutot moyennes, en fermant celles qui achetent le neo codion par 3000 boites/mois, ou bien fermer 10 400 pharmacies en ne conservant que celles qui vendent 3 000 boites codeinées par mois.Dans les 2 cas, on aura harmonisation,n'est ce pas. Secu, Ars,et CdC sont plutot pour cette evolution, ainsi qu'on le voit dans leurs actes et leurs ecrits.
  • 13/12/2017 à 20:00
    Elvis
    alerter
    Fermer la première proposition
  • 13/12/2017 à 21:38
    Jarod
    alerter
    et sinon Vitale obligatoire (avec DP)
    ça aurait réglé le problème aussi ! les jeunes qui faisaient le tour des pharmacies on les repérait ! le coup du "je veux du néocodion/euphon c'est pour ma mère" c'était pitoyable !
  • 14/12/2017 à 15:21
    MAURICE
    alerter
    « la difficulté à avoir, dans les grandes villes, ce temps de conseil pharmaceutique que l’officine offre plus facilement dans des territoires où l’on connaît mieux sa patientèle ».
    réponse faire disparaître 10000 pharmacies, et concentrer sur les dernières qui restent,
    Toujours l'incohérence le vieux monde politique est toujours vivant.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

Trouveriez-vous un intérêt à ce que votre groupement/enseigne soit racheté par un grossiste ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK