26/01/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Lactalis, vache, lait, céréales, infantiles Rino

À la demande de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a mené sur l’ensemble du territoire national, depuis le vendredi 12 janvier 2018, un nouveau plan de contrôles du retrait et rappel effectif de produits de nutrition infantile (laits infantiles, céréales) et de produits de nutrition spécialisée fabriquées par Lactalis sur son site de Craon (Mayenne), indique un communiqué du ministère de l’Economie et des Finances publié le 26 janvier 2018.

3 600 nouveaux contrôles ont ainsi été réalisés ces quinze derniers jours. Dans la grande majorité des sites contrôlés (3578 soit 99,4 %), les produits couverts par ces opérations de retrait et de rappel n’étaient pas présents. Mais il y a encore des dysfonctionnements en officine. Résultats détaillés.

•    Pharmacies : 1600 contrôles, 1587 conformes, 13 proposaient encore à la vente entre 1 et 28 boîtes. Les agents de la DGCCRF ont demandé le retrait immédiat des rayons d’une centaine de produits sur l’ensemble de ces établissements. 

•    Grandes et moyennes surfaces : 1300 contrôles, 1298 conformes, 2 proposaient encore à la vente en tout 16 produits qui auraient dû être retirés du marché. Une solution de blocage en caisse était toutefois en place.

•    Cliniques ou hôpitaux : 94 contrôles, 93 conformes, 1 avec une unique boîte, entamée, de Maltodextridine (produit de nutrition spécialisé) était à la disposition des patients.

•    Crèches : 330 contrôles, 330 conformes.

•    Autres types d’établissements (détaillants notamment) : 291 contrôles, 285 conformes.

•    Vente en ligne : les recherches sur internet des produits couverts par la mesure de retrait/rappel ont conduit à l’identification de 61 sites qui les commercialisaient mais, après vérifications, aucun ne permettait aux consommateurs de réaliser des achats de marchandises.

Le 16 janvier dernier, Bruno Le Maire a mandaté le conseil national de la consommation (CNC) pour qu’il fasse, pour la fin du mois d’avril, des propositions d’actions permettant de renforcer l’efficacité des procédures de retrait/rappel et de faciliter l’information rapide, complète et transparente des consommateurs sur ces opérations. Il a par ailleurs demandé que soient harmonisées et renforcées les sanctions encourues en cas de commercialisation de produits retirés ou rappelés afin de les rendre plus efficaces, plus systématiques et donc plus dissuasives.

Les agents de la DGCCRF demeureront vigilants, au cours des prochaines semaines, à ce que les produits rappelés ne soient plus commercialisés, précise le communiqué du ministère. Une vigilance particulière sera observée dans les établissements pour lesquels le taux de non-conformité demeure le plus important.

Quant aux suites données, elles dépendront des causes et des conditions dans lesquelles ces manquements ont été commis. « En tout état de cause, le fait de poursuivre la vente de produits concernés par une opération de retrait/rappel est susceptible de constituer une tromperie aggravée, qui est un délit pénal. Des procès-verbaux ont été établis et seront transmis à la justice », indique le cabinet de Bruno Le Maire.






Les dernières réactions

  • 26/01/2018 à 19:40
    Z
    alerter
    Bravo pour la sécurité en pharmacie.
  • 27/01/2018 à 00:06
    ph trop vieille!
    alerter
    C est une honte pour les pharmaciens !!! La caisse et c est tout!!! j espere que le conseil de l ordre va réagir!!!!!!!!
  • 27/01/2018 à 07:34
    MAURICE
    alerter
    J'aimerais bien connaître la nature de ces "pharmacies", et les raisons invoquées.
    Qu'il y ait eu cafouillage de la part de Lactalis au départ soit, mais qu'il y en ait encore est inqualifiable.
    Je pense qu'au niveau médicament, ces "pharmaciens" sont aussi défaillants.
    C'est consternant.
  • 27/01/2018 à 08:06
    Coco
    alerter
    Pour les pharmaciens: là franchement les gars vous deconnez.... vous vivez dans une grotte sans tele ni journaux ou quoi ? Putain mais VIREZ TOUS LES PRODUITS LACTALIS!!!!! sur la liste ou pas..... moi j ai tout renvoyé en exigeant le remboursement... plus d emmerdes comme ça...
  • 27/01/2018 à 08:36
    bdbou
    alerter
    Je suis pharmacien et très révolté! C’est quand les sanctions contre ces pseudo pharmaciens! Scandaleux...
  • 27/01/2018 à 08:44
    brucine
    alerter
    Parce que, comme chacun sait, la décision de référencer ou non un produit dépend de la vox populi dans les media ou réseaux sociaux?

    N'y-a-t-il pas eu un (des) rappels officiels, certes un peu longs et complexes (mais ce n'est pas la première fois, je me souviens d'une liste de rappels de génériques longue comme un jour sans pain)?

    Doit-on déréférencer tous les produits dont les fabricants sont, à tort ou à raison, considérés comme non éthiques (donnez-moi l'exemple d'un pharmacien ayant déréférencé Servier-Biogaran, au comportement bien plus coupable en l'espèce avec Médiator que Laclalis, et bien que j'en connais qui l'ont fait de Teva pour des raisons politico-religieuses, mais c'est une autre question)?

    A quoi sert "d'exiger" le remboursement de produits qui, de toute façon, sera assuré via la procédure habituelle de rappel via grossiste?

  • 27/01/2018 à 09:02
    PIPO74
    alerter
    Donc avez un pourcentage de dysfonctionnement de 0,81% la pharmacie est de loin en tête puisque la GMS n'est qu'à 0,15%.

    Quel fiasco par la faute d'un très petit pourcentage des 23000 pharmacies !!!

    Nous devons exiger, et non espérer, de l'Ordre des sanctions exemplaires car c'est infiniment plus grave que les fautes sanctionnées au quotidien.
  • 27/01/2018 à 09:19
    Margt
    alerter
    Grave tous ces dysfonctionnements ....

    Pas besoin de Pharmacien car pas mieux qu'en GMS...

    Il est temps de se remettre en question....
  • 27/01/2018 à 09:38
    MF49
    alerter
    A ce niveau d’incompétence ce n'est pas un dysfonctionnement c'est une faute professionnelle grave
  • 27/01/2018 à 13:25
    Jarod
    alerter
    une sanction de la part de l'Ordre c'est trop leur demander ?
  • 31/01/2018 à 13:51
    lilie75
    alerter
    La réaction de l'Ordre des pharmaciens ne s'est pas fait attendre. Sa présidente Carine Wolf-Thal a déclaré environ une heure après l'annonce de ces chiffres : « L’Ordre engagera des poursuites disciplinaires à l'encontre des pharmaciens contrevenants et s'associera également à toute action contentieuse menée par les autorités étatiques. Pour autant, je tiens à réaffirmer l’efficacité et le sérieux de la chaîne pharmaceutique. De plus, à ma demande, la majorité des éditeurs de logiciels d’aide à la dispensation ont déjà mis en place une solution de blocage lors de la délivrance des produits incriminés. Si la faute est avérée, elle est uniquement imputable à des manquements individuels inacceptables. Je déplore encore une fois ce constat et assure de mon entière mobilisation pour mener les actions qui s'imposent. »
  • 31/01/2018 à 21:35
    fed62
    alerter
    44 pour 2500 + 13 pour 1600
    soit 57 pour 4100 = environ 306 sur 22 000 phies ???... ;-)
  • 01/02/2018 à 09:26
    cf
    alerter
    Cela prouve que le pharmacien est bien un commerçant, avant tout....ce qui devrait contenter l'Ordre au vue de leurs dernières déclarations.... Et la publicité voulue par Mme Wolf pour les pharmacies atteint ici son paroxysme...
  • 01/02/2018 à 09:30
    Margt
    alerter
    Il n'y en aurai qu'une qui oublierait ce retrait et bien c'est une de trop.

    En pharmacie tolérance ZERO.


    Soyons à la hauteur de notre diplôme de PHARMACIEN.
  • 01/02/2018 à 10:04
    croiverte
    alerter
    sanction disciplinaire exemplaire style interdiction d'exercer pour ces pharmaciens qui salissent notre diplôme
  • 06/03/2018 à 23:06
    chibros
    alerter
    Ce qui est honteux dans cette affaire c'est que des contrôleurs et contrôleuses, inspecteurs et inspectrices sont mobilisés à travers tout le territoire mais que le PDG de Lactalis ne daigne même pas répondre au gouvernement et surtout qu'aucune sanction ne soit appliquée à ce groupe alors qu'il est responsable de la diffusion de ses produits impropres à la consommation.
    Peur ou complicité?

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

Allez-vous attribuer une prime de fin d’année (ou une augmentation) à vos collaborateurs ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK