11/10/2021 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Anne-Hélène Collin

La vaccination a réduit de plus de 90 % le risque de formes graves de Covid-19 (hospitalisations, décès au cours d’une hospitalisation) chez les plus de 50 ans, et ce jusqu’à 5 mois après la primovaccination complète. Et même lors du début de la période d’émergence du variant Delta en France. Le groupement d’intérêt scientifique Epi-Phare (ANSM et Cnam) a en effet comparé, d’après les données pseudonymisées de Vaccin Covid couplées avec les données en vie réelle du Système national des données de santé (SNDS), des personnes vaccinées et non vaccinées de mêmes âge, sexe, région administrative et type de ...



Cette page est réservée aux membres du site Le Moniteur des pharmacies.fr

Vous avez un compte ?



Mot de passe oublié ?

Vous n'avez pas de compte ?
Inscrivez-vous, c’est gratuit !


Se créer un compte

Les dernières réactions

  • 11/10/2021 à 22:08
    BREZHONEG
    alerter
    "La vaccination reduit les formes grave de 90%" Et comme ces formes graves ne representent que 3% des 500 cas pour 100 000,(ou 5 cas pour 1000personnes) ,on est donc à 3 % de 5 milliemmes de la population, dont 2 sur les 3% ressortent vivants de l'hopital;.Que celles et ceux qui ont un microscope verifient bien, mais je crois que c'est terminé;non?.Ca doit etre pour ça qu'on cherche à nous fourguer les invendus; sans limiter les commandes dsormais . Parce que du coté des pays qui en auraient besoin , y'a pas de sous !
  • 12/10/2021 à 05:16
    Bonjour
    alerter
    "90% d'efficacité"
    soit un risque divisé par 9
    soit un RR moins vendeur
    0,09% chez non vax
    0,01% chez les vax

    Le risque zéro à deux décimales près
    (et des biais...)
  • 12/10/2021 à 07:14
    idiotduvillage
    alerter
    7,2 millions de personnes âgées de plus de 75 ans vaccinés, belle performance quand on sait que la population des plus de 75 ans était de 6,3 millions de personnes en 2020
  • 12/10/2021 à 11:23
    galenus
    alerter
    Seulement 50 % selon les médecins qui sont aux chevets des patients...
  • 12/10/2021 à 11:34
    idiotduvillage
    alerter
    Mon propos était de dire qu'il est impossible de publier une étude portant sur la vaccination de 7,2 millions de personnes âgées de plus de 70 ans puisque la population totale des plus de 70 ans est de 6,3 millions de personnes en 2020
  • 12/10/2021 à 12:38
    PCC1
    alerter
    Ils ont compté les fausses cartes vitales encore en circulation d'où le décalage...
  • 12/10/2021 à 15:07
    roller33
    alerter
    Pour information et selon les dernières données disponibles de démographie en France

    Insee :

    Population par sexe et groupe d'âges en 2021 : effectifs


    Groupe d'âges Femmes Hommes Ensemble


    70-74 ans 1 977 748 1 702 561 3 680 309
    75 ans ou plus 3 906 839 2 502 729 6 409 568

    10 089 877
  • 12/10/2021 à 15:11
    roller33
    alerter
    Groupe d'âges - Femmes - Hommes - Ensemble


    70-74 ans 1 977 748 1 702 561 3 680 309


    75 ans ou plus 3 906 839 2 502 729 6 409 568



    total : 10 089 877
  • 13/10/2021 à 08:21
    Bonjour
    alerter
    Pour info, la cohorte "75 et plus" était de 6,1 millions de personnes.

    1,1 million ont été appariés 2 fois non-vaccinés puis vaccinés (cf. méthodologie)
    =
    Biais MAJEUR chronologique qui cache la baisse d'efficacité vaccinale (le premier vacciné apparié à un non-vacciné est exclu de l'étude quand le non-vacciné est à son tour vacciné).

    Mais qu'importe les (nombreux) biais, au diable la relecture par les pairs... puisque l'étude ne visait pas à répondre à une question de santé publique mais à adouber un homme politique.





  • 13/10/2021 à 10:09
    Czentovich
    alerter
    @Bonjour

    Réduction de 90% des formes graves = risque divisé par 10

  • 13/10/2021 à 11:07
    Bonjour
    alerter
    "Cela signifie que les personnes vaccinées (>50 ans) ont NEUF fois moins de risque d'être hospitalisées ou de décéder du Covid-19 que les personnes non vaccinées", explique à l'AFP l'épidémiologiste Mahmoud Zureik, directeur d'Epi-Phare.

    Mais on peut arrondir à DIX si vous préférez Czentovich, le risque zéro n'est plus à une décimale près :
    0,09 % non vax
    0,009 % vax
  • 14/10/2021 à 18:30
    drlouzou
    alerter
    Donc, la vaccination a réduit réellement de plus de 90 % le risque de formes graves de Covid-19 (hospitalisations, décès au cours d’une hospitalisation) chez les plus de 50 ans, et ce jusqu’à 5 mois après la primovaccination complète . CQFD
  • 15/10/2021 à 19:11
    Bonjour
    alerter
    Nope drloosezoo : pas 5 mois mais "un suivi total médian de 49 jours"

    (cf. résultats p.10 et biais chronologique énoncé plus haut)
  • 15/10/2021 à 20:43
    drlouzou
    alerter
    EFFICACITÉ DES VACCINS COVID-19 : UN RISQUE DE FORMES GRAVES DIVISÉ PAR 9 SELON 2 ÉTUDES

    Deux études récentes du groupement d'intérêt scientifique GIS EPI-PHARE démontrent une efficacité des vaccins contre la COVID-19 supérieure à 90 % contre les formes graves de cette infection (hospitalisation ou décès) chez les personnes de plus de 50 ans en France.
    L'efficacité des vaccins COMIRNATY, SPIKEVAX et VAXZEVRIA sur les formes graves de COVID-19 persiste au moins 5 mois après une vaccination complète (illustration).
    L'efficacité des vaccins COMIRNATY, SPIKEVAX et VAXZEVRIA sur les formes graves de COVID-19 persiste au moins 5 mois après une vaccination complète (illustration).


    Résumé :
    Le groupement d'intérêt scientifique GIS EPI-PHARE (ANSM-Cnam) publie 2 nouveaux rapports analysant les données d'efficacité en vie réelle des vaccins COVID-19 (COMIRNATY, SPIKEVAX, VAXZEVRIA) au sein de la population française.

    Par rapport au précédent rapport publié en mai 2021, les données portent :
    sur un suivi plus long, jusqu'en juillet 2021 au lieu de février,
    sur une population élargie aux personnes de 50 ans et plus,
    sur 3 vaccins au lieu d'un seul (les vaccins VAXZEVRIA et SPIKEVAX en plus du vaccin COMIRNATY).
    Ces nouvelles études montrent une efficacité vaccinale supérieure à 90 % en prévention des formes graves de COVID-19 (hospitalisation et décès) chez les plus de 50 ans (50-74 ans, et plus de 75 ans).

    Elles suggèrent également que cette efficacité persiste :
    jusqu'à au moins 5 mois après un schéma vaccinal complet,
    au début de la période de circulation du variant Delta en France (juin à juillet 2021).

    Deux nouvelles études de pharmaco-épidémiologie ont été réalisées par le groupement d'intérêt scientifique GIS EPI-PHARE (ANSM-Cnam) pour évaluer l'efficacité des vaccins contre la COVID-19 sur les risques de formes graves au sein de la population française.

    Ces études ont été réalisées à partir des données du système d'information VACCIN COVID et du Système National des Données de Santé (SNDS) recueillies jusqu'au 20 juillet 2021, soit un suivi de 5 mois supplémentaires par rapport au précédent rapport (cf. notre article du 26 mai 2021).

    Par rapport à ce précédent rapport qui ne portait que sur les personnes de 75 ans et plus, les données analysées dans ces 2 nouveaux rapports portent sur une population élargie :
    aux personnes âgées de 50 à 74 ans : comparaison d'un groupe de sujets vaccinés (entre le 1er février 2021 et le 30 avril 2021) versus un groupe non vacciné, soit 15,4 millions de personnes (7,7 millions dans chaque groupe) ;
    aux personnes âgées de 75 ans et plus : comparaison d'un groupe de sujets vaccinés (entre le 27 décembre 2020 et le 30 avril 2021) versus un groupe non vacciné, soit 7,2 millions de personnes (3,6 millions dans chaque groupe).

    Enfin, trois vaccins sur les 4 autorisés en France ont été étudiés (contre un seul dans le précédent rapport, le vaccin COMIRNATY) :
    vaccin COMIRNATY de Pfizer, utilisé majoritairement (chez 53 % des 50 - 74 ans et 85,3 % chez les plus de 75 ans)
    vaccin SPIKEVAX de Moderna (7 % des 50-74 ans et 8,7 % des plus de 75 ans),
    vaccin VAXZEVRIA d'AstraZeneca (39 % des 50-74 ans et 6,1 % des plus de 75 ans).

    Analyse des données d'efficacité par tranche d'âge
    Efficacité vaccinale chez les 50-74 ans
    Pour réaliser une comparaison entre groupes de population, chaque sujet vacciné de 50-74 ans a été apparié chronologiquement (du 1er février au 30 avril 2021) à la date de vaccination à un sujet non vacciné de mêmes âge (même année de naissance), sexe et région administrative.

    Dans cette population, les sujets vaccinés avaient :
    une prévalence plus élevée de maladies chroniques relativement aux sujets non vaccinés (hypertension, dyslipidémie, diabète, maladie coronaire),
    tendance à être issus de milieux socioéconomiques moins défavorisés,
    moins d'antécédent connu d'infection au coronavirus.

    En termes d'efficacité sur les formes graves, les auteurs observent pour l'ensemble des vaccins :
    une réduction du risque d'hospitalisation pour COVID-19 de 92 % (IC 95% = 91% à 94%) dans le groupe des sujets vaccinés,
    une réduction du risque de décès lors d'une hospitalisation pour COVID-19 de 86% (78% à 91%) à partir du 14e jour après un schéma vaccinal complet.

    Les données vaccin par vaccin montrent une réduction du risque de forme grave de COVID-19 comparable, supérieure à 90 % :
    93 % avec COMIRNATY,
    92 % avec SPIKEVAX,
    94 % avec VAXZEVRIA.

    Enfin, l'analyse des données montrent également :
    un maintien dans le temps de l'efficacité vaccinale sur le risque de formes graves, avec persistance de la réduction du risque d'hospitalisation atteignant 96 % et 97% respectivement après un délai de 3-4 mois et 4-5 mois ;
    un maintien de l'efficacité vaccinale de 92 % (89 % à 95 %) sur la période comprise entre le 20 juin et le 20 juillet 2021, correspondant au début de la période de circulation du variant Delta.

    Les auteurs soulignent que "la réduction du risque des formes graves de COVID-19 observée dans cette étude peut être sous-estimée car elle ne tient pas compte de la protection des non vaccinés par les vaccinés (immunité collective) ni de l'immunité naturelle acquise par l'infection qui diminue le risque de forme sévère chez les non-vaccinés".

    Efficacité vaccinale chez les 75 ans et plus
    Dans la population des 75 ans et plus, les auteurs ont apparié chronologiquement (du 27 décembre 2020 au 30 avril 2021) chaque sujet vacciné à un sujet non vacciné à la date de vaccination de mêmes âge (même année de naissance), sexe, région administrative et type de résidence (EHPAD et USLD avec/sans PUI [pharmacie à usage intérieur]).

    En comparaison au groupe "non vaccinés", le groupe "vaccinés" était un peu plus favorisé sur le plan socioéconomique et avait moins souvent d'antécédents d'infection au SARS-CoV-2 (1,9% vs 4,8%). Peu de différences en termes de comorbidités ont été notées.

    Pour l'ensemble des vaccins, les auteurs observent :
    une réduction du risque d'hospitalisation pour COVID-19 de 93 % [IC95 % : 92 % à 93 %], à partir du 14e jour après la seconde injection,
    une réduction du risque de décès pour COVID-19 de 93 % [IC95 % : 92 % à 94 %], à partir du 14e jour après la seconde injection,
    une persistance de cette efficacité, de l'ordre de 94 % [IC95 % : 84 % à 98 %], à au moins 5 mois de suivi,
    une persistance de cette efficacité malgré l'émergence du variant Delta (juin/juillet 2021).

    En synthèse : un risque de forme grave divisé par 9 chez les vaccinés de plus de 50 ans, et une efficacité maintenue à 5 mois
    Selon ces récents rapports français, on peut estimer que les personnes vaccinées de 50 ans et plus ont 9 fois moins de risque d'être hospitalisées ou de décéder de la COVID-19 en comparaison aux personnes non vaccinées.

    Outre le fait de confirmer les résultats préliminaires du précédent rapport EPI PHARE (cf. notre article du 26 mai 2021), ces nouveaux rapports permettent d'évaluer l'efficacité vaccinale sur les formes graves de COVID-19 :
    dans une population élargie, dès l'âge de 50 ans,
    avec un suivi plus long, à 5 mois après un schéma de vaccination complet,
    au début de la période d'émergence du variant Delta en France.
  • 15/10/2021 à 20:51
    Bonjour
    alerter
    Yep, un suivi total médian de 49 jours seulement qui s'arrête "au début de la période d'émergence du variant Delta en France."

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Délivrez-vous les vaccins anti-Covid-19 à ARNm sous forme de seringues individuelles préremplies aux médecins, infirmiers… ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK