17/06/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Côte d’Ivoire : une campagne contre les médicaments de rue

Lutter contre la vente de médicaments dans la rue, tel est l’objectif du programme d’éducation lancé en Côte d’Ivoire par le ministère de la Santé et de l'Hygiène Publique ivoirien et le laboratoire UPSA.
Abidjan, marché, Côte d'ivoire, faux médicaments Myriem Lahidely

Du 14 juin au 31 juillet, un spot télévisé va être diffusé sur la RTI 1 afin d’inciter la population ivoirienne à s’adresser aux pharmaciens pour l’achat des médicaments. Il s’agit aussi et surtout de sensibiliser aux dangers des médicaments vendus dans la rue, notamment quant au risque de contrefaçons et de conditions de stockage non contrôlées en zone chaude et/ou humide. La diffusion du film est accompagnée d’une campagne d’affichage dans les lieux de prise en charge des patients (centres de soins, hôpitaux et pharmacies).

Le laboratoire UPSA intensifie également son engagement pour un circuit légal du médicament en Afrique de l’Ouest en améliorant la traçabilité des médicaments que le laboratoire commercialise. Grâce à une solution digitale développée par la start-up Meditect, UPSA pourra, pour commencer, suivre le circuit de distribution d’un médicament, de son site de production situé à Agen (Lot-et-Garonne), jusqu’au patient. 

Une phase pilote est lancée en Côte d’Ivoire en partenariat avec les pharmacies locales. Les pharmacies participantes authentifient leur stock, à l’aide de l’application gratuite Meditect Pro, en scannant chaque boîte. Les patients de ces pharmacies peuvent aussi vérifier l’authenticité du médicament acheté, en le scannant avec l’application gratuite Meditect Patient. Quant au laboratoire, il peut visualiser les données liées à la distribution de ses médicaments ainsi que les données de géolocalisation de chaque boîte vendue via le tableau de bord Meditect Lab. A terme, UPSA devrait étendre cette solution à l’ensemble de sa gamme de médicaments et à d’autres pays d’Afrique de l’Ouest.






Magali Clausener

Les dernières réactions

  • 18/06/2019 à 12:10
    Mohamedkaka
    alerter
    On peut lutté s'il aura un bon suivi des produits par les laboratoires fabriquants.ce qui fait mal se de voir un produit en officine est que le patient vous dites que sa coûte moins cher au marché.
    La question qu'on se pose qui leur fournir ses produits par exemple Efferalgan en officine et au marché (vendeur en rue).

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Envisagez-vous de réduire vos stocks de tubes de doses et granules d’homéopathie ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK