31/01/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
assurance maladie, bilans de médication, pharmaciens, convention pharmaceutique DR

Invité des 10e Rencontres de l’USPO, le 31 janvier, le directeur général de l’Assurance maladie, Nicolas Revel, a défendu la nouvelle convention pharmaceutique dont il est signataire et mise en place pour trois ans à partir du 1er janvier 2018. Selon lui, cette nouvelle convention a des effets plus protecteurs sur la rémunération des pharmaciens que la réforme précédente qui a fait perdre au réseau 175 millions d’euros en 2017 et 635 millions d’euros sur 3 ans. « Il n’y a plus de perte quand on projette le nouveau modèle », affirme-t-il, tout en affichant ses ambitions à faire vivre ce texte dans l’avenir. 

Dans l’immédiat, la priorité est de lancer au plus vite les bilans de médication dont la mise en route est « techniquement assez serrée », selon ses propres termes. Concernant l’actualisation de l’espace pro du site ameli.fr rendue nécessaire pour la saisie des bilans, il a assuré que « tout devrait rapidement rentrer dans l’ordre. » Cependant, ce retard à l’allumage risque d’être préjudiciable à l’atteinte des objectifs fixés dans la convention (310 000 bilans à réaliser la première année), des objectifs jugés « ambitieux mais pas déraisonnables » par Nicolas Revel.

Autre nouvelle source de rémunération sur lequel les pharmaciens devront patienter : le dossier médical partagé (DMP). Ils toucheront 1 euro pour chaque ouverture de dossier. Actuellement en test auprès de 9 caisses primaires, « le DMP sera déployé sur la France entière et son lancement généralisé juste après l’été », a indiqué le directeur général de l’Assurance maladie. Un calendrier de travail a été établi avec les éditeurs de logiciels officinaux, en vue de créer des DMP et permettre aux officinaux de consulter l’ensemble des informations de ce dossier. « Nous avons eu un retour positif de la CNIL », précise-t-il.

Enfin, près d’un an ne sera pas de trop pour préparer la création de nouveaux honoraires liés à l’acte de dispensation et s’assurer qu’ils fonctionnent.

 






François Pouzaud

Les dernières réactions

  • 01/02/2018 à 06:32
    MAURICE
    alerter
    Bien sur la CPAM à la fois juge et partie, est contente, de sa politique du bas prix qui mène tout le monde à la ruine.
    Leclerc a coté de la CPAM joue petit bras.
    Le système de santé est exangue, la CPAM s'en réjouit.
  • 01/02/2018 à 12:18
    BREZHONEG
    alerter
    Eh oui! car l'Offre, c'est l'ennemie,n'est ce pas.L'ideal,pour ces gens là,ca serait a la limite qu'il n' y ait plus rien a rembourser (service medical rendu insuffisant,excuse passe partout,hopitaux locaux, medicaments,etc ) et qu'on ne cotise plus que pour les payer a ne rien faire.Et ils seraient quand meme en deficit!

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Comprenez-vous que les pharmaciens de la grande distribution souhaitent que l’Ordre crée un collège des salariés de la distribution ?



Revue


Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK