Consultation des médecins : 50 € ou rien ? - 05/01/2023 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
05/01/2023 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Consultation des médecins : 50 € ou rien ?

Getty Images/iStockphoto

Quelques centaines de médecins ont manifesté ce 5 janvier à Paris à l’appel du collectif « Médecins pour demain » mais aussi du Syndicat des médecins libéraux (SML), de la Fédération des médecins de France (FMF) et de l’Union française pour une médecine libre (UFMLS). Le collectif et ces syndicats avaient déjà appelé à reconduire la grève du 2 au 8 janvier. Leur principale revendication porte sur le tarif de la consultation qu’ils souhaitent voir doublé pour atteindre 50 €.

Une revendication qui n’est pas reprise par tous les syndicats. La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) souhaite une hiérarchisation des actes de consultations en 4 niveaux allant, selon leur complexité et leur fréquence, de 30, 60, 75 à 105 €. De fait, la CSMF comme MG France n’ont pas appelé à reconduire la grève.

Une rémunération mixte

Le ministre de la Santé et de la Prévention, François Braun, n’est pas opposé à une revalorisation du prix de la consultation, mais pas à hauteur de 50 €. Interviewé sur France 2 ce jeudi 5 janvier matin, il s’est dit prêt à augmenter le tarif « dès lors que les besoins de santé des Français sont remplis ». En contrepartie, il veut que « les 650 000 Français qui sont en maladie chronique aient un médecin traitant » et que les patients puissent avoir « un médecin la nuit et le week-end, comme en journée ». Le ministre a aussi rappelé que la négociation conventionnelle est en cours. Pour rappel, elle a débuté le 9 novembre 2022 et devrait aboutir à la signature d’une nouvelle convention le 28 février 2023.

De son côté, France Assos Santé, qui représente les patients et usagers du système de santé, estime, dans un communiqué en date du 4 janvier, que « l’augmentation des rémunérations à l’acte ou à la consultation réclamée par le collectif « Médecins pour demain » ne saurait améliorer l’offre de soins et notamment inciter à l’installation dans les zones dites déserts sanitaires ».  Pour l’association, le système de santé a besoin « d’une restructuration résolument réformatrice de l’offre de proximité ». Elle propose de nouvelles modalités de financement des soins : « d’une part, il s’agit de rémunérer les médecins restant attachés à une activité libérale sur une base mixte associant capitation [paiement au médecin d’une somme définie en fonction du nombre de patients qu’il prend en charge] et paiement à l’acte en juste proportion, et d’autre part de favoriser l’exercice salarié d’une médecine de ville rémunérée à son juste prix ». Une proposition qui risque de ne pas satisfaire les médecins libéraux même si France Assos Santé « mise sur l’esprit d’ouverture, de responsabilité et de solidarité des médecins engagés pour un service public de santé de premier recours […] ».



Magali Clausener

Les dernières réactions

  • 05/01/2023 à 17:05

    alerter
    rien!!!!
  • 06/01/2023 à 13:53
    Nicolas 34
    alerter
    On sait tous que la plupart des médecins généralistes travaillent en moyenne 10 h par jour sur 4 jours soit 40 h par semaine pour 7000 euros net de charge par mois sans garde de nuit et de week end , sans prêt à rembouser , en faisant de moins en moins de soins d'urgence ( sutures, pansements, desinfection plaie ...) et en ne manageant personne...( embauche , debauche, planning...) .
    Je trouve leurs plaintes et revendications disproportionnées par rapport à la réalité.
  • 06/01/2023 à 15:58
    BREZHONEG
    alerter
    50 euros pour aller dans les deserts, c'est deja un debut.En effet,si on attend qu'un medecin en couple dont la moitié ne retrouvera pas le travail qu'elle (ou il) avait en agglomération, se decide à demenager quand meme pour un desert ,,on peut attendre longtemps. Si la consultation y reste à 25e,et avec peu d'habitants à desservir, le revenu fiscal familial chutera de 50%. ou plus. Ceci explique qu'entre Dinard et Saint Brieuc,par exemple,plusieurs communes depuis 10 ans affichent sans succes des banderolles de recherche de medecins..

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Prévoyez-vous de fermer votre officine le 30 mai prochain en signe de protestation ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !