17/08/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
aloe vera, anses, DGS, DGCCRF DR

La Direction générale de la santé et la DGCCRF ont émis début août des recommandations pour la consommation des feuilles fraîches d’aloe vera.

La partie externe de ces feuilles secrète en effet un latex riche en dérivés hydroxyanthracéniques à effet laxatif puissant. Ces dérivés sont également susceptibles d’endommager l’ADN et d’être cancérigènes.

Les autorités invitent à ne consommer que le gel situé au centre de la feuille, en éliminant la partie externe et le latex.

Par précaution, en attendant les résultats de l’évaluation des risques menée par l’Anses (agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), la consommation par les enfants, les femmes enceintes ou allaitantes et les personnes fragiles de feuilles fraîches d’aloe vera ou de gel n’est pas recommandée.






Les dernières réactions

  • 18/08/2018 à 06:27
    MAURICE
    alerter
    A mon Monoprix, je n'ai pas vu les contre indications indiquées.
    Nous attendons la réaction de la DGCCRF.
  • 18/08/2018 à 08:12
    Jean2340
    alerter
    C’est d’un ridicule! Toutes les administrations d’un pays qui s’attaquent aux professionnels de Santé dont les études longues ont été payées par ce même pays... Alors que les entreprises étrangères et la grande-distribution sont laissées tranquilles. Société masochiste et administration corrompue!
  • 18/08/2018 à 10:33
    cabernet
    alerter
    et bien il faudra dire cela à tous les magasins biocoop, stés de vente en ligne, pseudo labo phyto qui fleurissent à chaque coin de rue ou de la toile etc... les inspecteurs de l'ARS ont du boulot ! ah oui j'oubliais... c'est plus facile de s'attaquer au petit pharmacien du coin qui laisse un hextril hors de l'étagère medoc en libre accès.
  • 18/08/2018 à 13:59
    brucine
    alerter
    On n'a aucune raison dans ces conditions de s'attaquer au "petit pharmacien du coin" s'il a fréquenté les amphis plutôt que les bistros et se souvient, c'est toute de même assez basique, des propriétés laxatives de l'aloès et refuse en conséquence de référencer un perlimpinpin dont les conditions de production sont loin d'être avérées à défaut d'avoir à faire à un vrai labo, dont les indications thérapeutiques sont fantaisistes et dont en effet personne n'a jamais attesté la sécurité d'emploi.
  • 19/08/2018 à 16:46
    phil 34
    alerter
    Tout à fait d'accord 3toi brucine.Arretons de jouer les épiciers, revenons au coeur de notre métier et nous serons moins attaqués. Mais certains cons frères ne visent que l'enrichissement rapide,ils auraient du faire une école de commerce....les marchands dans le temple,ça ne date pas d'hier hélas

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Avez-vous subi des fraudes à la carte e-CPS ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK