Brexit : risques de tension d’approvisionnement pour les médicaments - 25/03/2019 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
25/03/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Brexit : risques de tension d’approvisionnement pour les médicaments

Sortie de secours Pixabay

Dans un communiqué en date du 22 mars 2019, l’EMA (Agence européenne du médicament) estime que « malgré l'approche proactive adoptée par le réseau européen de réglementation des médicaments, le risque de problèmes d'approvisionnement liés à certains médicaments reste élevé si le Royaume-Uni quitte l'UE sans un accord de retrait ». Pour autant, le Conseil de l’EMA « a noté que le nombre de médicaments menacés de pénurie continuait à diminuer car de plus en plus de sociétés prenaient les mesures nécessaires pour que leurs médicaments puissent rester sur le marché ». De fait, des travaux sont toujours en cours avec les autorités nationales compétentes pour vérifier la disponibilité et identifier des alternatives au niveau national. En décembre 2018, 31 médicaments dont 12 vétérinaires, ayant une AMM centralisée, étaient considérés à risque de tension d’approvisionnement.

L’EMA rappelle qu’en février 2019, la Commission a publié d’éventuelles dérogations aux règles applicables aux essais par lots, qui pourraient également réduire le nombre de produits actuellement considérés comme critiques et menacés de pénurie d’approvisionnement. L'Agence examine actuellement les demandes d'exemptions. Enfin, l’EMA va publier prochainement un document de questions-réponses destiné aux patients, aux professionnels de la santé et au grand public sur les travaux préparatoires menés par les autorités de l’UE pour prévenir les pénuries de médicaments liées au Brexit.
Dans le même communiqué, l’EMA, qui a déménagé à Amsterdam (Pays-Bas) depuis le 1er mars, souligne qu’elle est « opérationnelle » depuis le 11 mars. Et de préciser : « étant donné que l'Agence aura besoin de plusieurs mois pour reconstituer ses effectifs, l'EMA continuera à fonctionner dans des conditions de continuité des activités jusqu'à la fin 2019 au moins, afin de préserver les activités essentielles liées à l'évaluation et à la supervision des médicaments ». Cette situation pourrait avoir une incidence sur la mise en œuvre de textes législatifs importants, tels que la législation sur les dispositifs médicaux, la législation vétérinaire et le règlement général sur la protection des données. 



Magali Clausener

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Prévoyez-vous de fermer votre officine le 30 mai prochain en signe de protestation ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !