01/10/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
PHARMACIEN PATIENT, MÉDICAMENT Rino

Après l’appel solennel lancé par les présidents de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) et l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) de vite démarrer les bilans partagés de médication, c’est au tour de toute la profession de mobiliser les troupes dans un communiqué daté du 1er octobre, co-signé par la section A de l’Ordre des pharmaciens, les syndicats, les groupements, l’Association de pharmacie rurale (APR) et l’Association nationale des étudiants en pharmacie de France (ANEPF). 
Il ne reste plus que 3 mois pour atteindre les objectifs fixés dans la convention avec l’Assurance maladie : 20 bilans par an et par officine. Le communiqué précise que « les pharmacies seront rémunérées en avril 2019, y compris celles qui débuteraient les bilans au second semestre 2018 et les finaliseraient en 2019 ».
Présentés comme « un élément de croissance à prendre en compte », les bilans de médication représentent, selon l’Association nationale des étudiants en pharmacie de France, un virage à ne pas louper compte tenu des enjeux (diminution des coûts liés à la réduction des accidents iatrogènes et du mésusage, amélioration de l’observance par une meilleure compréhension par le patient de ses traitements, bilan des médications utiles et inutiles pour lui…). 
« Après l’échec ou le semi-échec des entretiens Asthme et AVK, le pharmacien a démontré avec la vaccination qu’il était un acteur de santé efficient. Il faut l’être également avec les bilans de médication sinon la profession aura du mal à convaincre l’assurance-maladie à lui confier d’autres nouvelles missions », explique Guillaume Racle, vice-président de l’ANEPF, en charge des perspectives professionnelles.






François Pouzaud

Les dernières réactions

  • 02/10/2018 à 06:38
    MAURICE
    alerter
    On dit et on redit, qu'il n'y a plus de temps disponible dans les pharmacies, pour faire ces actions chronophages, payées une misère, hors délais légaux.
  • 02/10/2018 à 09:31
    lucien
    alerter
    Après l'échec des entretiens, il faut en tirer les leçons ! Nous n'avons pas le temps en pharmacie de nous occuper de cela, ce n'est plus possible, chaque minute compte aujourd'hui !
  • 02/10/2018 à 09:34
    cf
    alerter
    Et l 'année prochaine, les syndicats crieront victoire car diront que la marge a moins baissé que prévu, en incluant dans l'usine à gaz de nos nouveaux honoraires, les bilans de médication..sans préciser que c'est du travail en plus...
    Rien n'est prêt pour ces bilans, et se fier seulement aux documents ramenés par les patients( qui n'existent souvent pas) et aux seules propres conclusions des patients sur leurs pathologies est un véritable scandale..Les messageries ne sont pas sécurisées et le DMP non fonctionnel...Quand aux capacités du pharmacien à se substituer aux différents spécialistes pour modifier des traitements, c'est aussi très risqué..Le véritable but de la sécu est de fliquer les médecins et les patients..Très peu pour moi..
  • 02/10/2018 à 09:47
    cf
    alerter
    Cela va permettre aux très grosses pharmacies et groupements de se faire de la PUB sur les services rendus par leurs nombreux assistants obligatoires ( à cause du CA de la para!!)..Les soldes médicamenteuses ne suffisent plus à réduire le réseau, la guerre des services est lancée..
    Tout se tient : entretiens, bilans de médication,et liberté de communication...On passera rapidement à une échelle de plus dans les disparitions d'officine..

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Envisagez-vous de mettre tout ou partie de votre équipe en chômage partiel ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK