Bilan partagé de médication : faut-il croire à ce dispositif ? - 11/03/2024 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
11/03/2024 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Bilan partagé de médication : faut-il croire à ce dispositif ?

Le bilan partagé de médication (BPM) n'a, jusqu'à présent, pas suscité l’engouement des pharmaciens. L’Association pour le bon usage du médicament a réuni, à l’occasion du salon PharmagoraPlus qui s'est tenu à Paris les 9 et 10 mars 2024, les représentants de la profession pour envisager les leviers de développement de ce dispositif.
Getty Images

« Nous nous sommes trompés en élaborant le bilan partagé de médication sur un plan académique et pharmacologique. On a oublié de s’intéresser aux patients. Il s’agit en réalité de mettre par écrit ce qu’on fait déjà au comptoir ». C’est en ces termes que Pierre-Olivier Variot, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) a fait une sorte de mea culpa sur le dispositif lancé en 2018. Il est vrai que la lourdeur de ces entretiens destinés aux personnes de 65 ans et plus polymédiquées, en 4 étapes et au cahier des charges très dense, a pu rebuter les pharmaciens. Ainsi, selon le président du syndicat, moins de 1000 pharmacies étaient engagées dans le dispositif en 2022. Les chiffres de prise en charge de l’Assurance malacie indiquent toutefois une augmentation de 55 % du nombre de bilans réalisés en 2023. « L’Assurance maladie veut investir sur les bilans partagés de médication », précise Pierre-Olivier Variot, « et le ministère veut pousser ce service dans les Ehpad ».

Une revalorisation de la rémunération des BPM pour un nouvel élan

Autre frein à l’engagement des pharmaciens, le paiement des pharmacies un an après l’inclusion des patients dans le dispositif. Aussi, l’USPO et la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) ont négocié avec la Caisse nationale de l'Assurance maladie un nouveau calendrier de paiement : 25 % lors de la première phase, 25 % lors de la deuxième et 50 % à l’issue du bilan. Une revalorisation des montants perçus par les pharmaciens de 5 euros la première année et de 10 euros la seconde a également été « actée ». La FSPF, par la voix de Yorick Berger, responsable des relations avec la chaîne du médicament, milite pour la rémunération de la déprescription et de l’intervention du pharmacien dans un contexte de sobriété médicamenteuse.

Développer « l’aller-vers » et l’interprofessionnalité

Le recrutement des patients pose également problème, affirme Pascal Louis, président de l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) de Bourgogne-France-Comté et du Collectif nationale des groupements de pharmaciens d’officine (CNGPO) : « Ce qu’on ne sait pas faire, c’est proposer à un patient quelque chose qu’il n’a pas envie de partager avec nous. Il y a un d’apprentissage à faire du côté du pharmacien. On n’est pas très bon sur le  « push» et pourtant c’est le pharmacien qui doit aller au-devant des patients pour les convaincre ». Autre grain de sable dans l’engrenage, le peu d’adhésion des médecins à cette mission octroyée aux pharmaciens. Pour Yorick Berger, « On ne fait pas d’interpro car il n’y a pas d’attente des médecins. Mais, il ne faut pas se tromper, on ne doit pas faire un bilan de clinicien.​​ Il s’agit plutôt d’apporter aux prescripteurs des éléments qu’ils ignorent, telles que des informations sur le comportement et les spécificités de la vie des patients ». Constat similaire du côté de l’USPO. « Quand le médecin comprendra que le pharmacien n’est pas là pour dire qu’il a mal prescrit mais plutôt pour alerter sur un problème précis, ça se passera mieux ! », poursuit Pierre-Olivier Variot. Pour apporter des preuves de l’efficacité d’une collaboration entre pharmacien et médecin, un outil, Abimed, a été développé, pour le moment à l’état de projet de recherche. Il offre un espace d’échange entre les différents intervenants qui gravitent autour du patient au cours d’un bilan partagé de médication. La plateforme recrute des pharmaciens expérimentateurs pour tester la pertinence de la démarche.



Alexandra Blanc

Les dernières réactions

  • 11/03/2024 à 18:02
    smartiz19
    alerter
    Encore un truc pour favoriser les grandes pharmacies ... Qui ont du temps ! Moi petite, donc pas le temps, sauf si on m'offre une secrétaire médicale comme aux médecins.

    Ou bien, c'est un truc de plus pour nous faire taire mais c'est insuffisant, car les marges, à cause des pertes par manque/pénurie de médicaments et de génériques notamment s'effritent durablement.

    Et puis être payé à retardement avec de moins en moins de fonctionnaires à la CPAM, il faudrait surveiller en permanence qu'on est bel et bien payé pour ce qu'on a fait ... Encore des papiers et du temps perdu.

    Faisons nous entendre !
  • 11/03/2024 à 18:05
    smartiz19
    alerter
    Comme dit la chanson : On n'est pas des chiens ! On nous aime un peu moins !
  • 17/03/2024 à 10:13
    Mouton Noir
    alerter
    Aux vus de l'incompétence massive des pharmaciens: Même pas surpris !

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Pourrez-vous respecter la minute de silence en mémoire de votre consœur de Guyane le samedi 20 avril ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !