12/11/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Baromètre Santé 360° : des pharmaciens disponibles mais « corporatistes »

Le Baromètre Santé 360° réalisé par Odoxa pour Orange, NEHS (ex-groupe MNH), Asip Santé, la Chaire de Santé de Sciences Po, Le Figaro Santé et France Inter, porte cette fois-ci sur les professions libérales de santé et leur perception par les Français et les Européens. Les résultats présentés ce 12 novembre sont riches d’enseignement.
Femme, homme, médecin, infirmier, pharmacien , loupe, microscope Geralt/Pixabay

Premier constat : 91 % des Français ont une bonne image des professionnels de santé libéraux en général. Par profession, les infirmiers arrivent en tête avec 95 % des suffrages, suivis des médecins généralistes avec 91 %. Les pharmaciens se situent au 6e rang sur 8 avec 89 % d’opinions favorables. Au niveau européen, ils se placent au 5e rang (88 %). En revanche, seulement 70 % des autres professionnels de santé ont une bonne opinion des pharmaciens. 

Interrogés sur des caractéristiques précises, les Français estiment que, globalement, les médecins, les infirmiers et les pharmaciens sont compétents, sympathiques et courageux. Concernant les pharmaciens, 87 % trouvent qu’ils sont compétents (92 % pour les infirmiers et 86 % pour les médecins), 82 % qu’ils sont à l’écoute de leurs patients (81 % pour les médecins) et 81 % qu’ils sont disponibles alors qu’ils ne sont que 52 % à le penser pour les médecins. 

L’image des pharmaciens se gâte un peu lorsque les questions abordent le corporatisme et la motivation : 76 % des sondés jugent qu’ils sont corporatistes contre 70 % pour les médecins. Les officinaux apparaissent aussi comme des professionnels conservateurs pour 72 % des répondants (66 % pour les médecins). Enfin, 65 % des Français considèrent que les pharmaciens sont avant tout motivés par l’argent. Malgré tout, 39 % pensent que la profession n’est pas assez reconnue.

Autre élément intéressant : les relations entre les professionnels de santé. Si 86 % des sondés estiment que les pharmaciens ont de bonnes relations avec les autres professions, ils ne sont que 70 % des pharmaciens à le penser. Quant aux relations avec les pouvoirs publics, 46 % des officinaux jugent qu’elles sont bonnes. Un score bas mais le meilleur pour l’ensemble des professions ! Par exemple, seuls 16 % des infirmiers portent le même regard. Par rapport à leur ordre professionnel, 75 % des professionnels de santé estiment qu’il ne les représente pas de façon satisfaisante (67 % pour les pharmaciens).

Le baromètre aborde aussi les réformes du système de santé. En ce qui concerne les mesures coercitives pour l’installation des médecins en zones sous-denses, 62 % des Français sont favorables au déconventionnement des médecins qui s'installeraient dans des secteurs déjà surmédicalisés et 50 % à une affectation autoritaire pendant les 10 premières années d’exercice. Par ailleurs, 86 % des Français approuvent la suppression du numerus clausus. Et 53 % sont favorables à la vaccination par les pharmaciens sans prescription médicale.

Dernier point traité par le sondage : l’usage du numérique par les professionnels de santé. 74 % des Français pensent que le développement du digital en santé améliorera la coopération et les relations interprofessionnelles entre les personnels soignants (contre 77 % en mars 2018). Mais 42 % ne savent pas si leurs professionnels de santé échangent des données sensibles les concernant. Et s’ils le savent (43 %), la moitié d’entre eux ne connaît pas l’outil employé et 17 % sont certains qu’ils le font avec leur boîte mail ou leur téléphone non sécurisés (32 % avec une messagerie sécurisée). Des chiffres qui recoupent ceux des professionnels de santé : 66 % des professionnels de santé disent qu’ils n’utilisent pas de messagerie sécurisée.






Magali Clausener

Les dernières réactions

  • 12/11/2018 à 16:44
    drlouzou
    alerter
    Étude intéressante . Permis les nombreux points , je retiendrai 2 éléments : le premier 67% des pharmaciens ont un regard critique sur leur ordre professionnel , le deuxième est que le corporatisme mine les professions de santé . Une dernière réflexion plus générale est que le corporatisme est une forme d’exclusion de ségrégationnisme , comme peu l’être le racisme .... Devant ces constats est-il surprenant que les professions de santé ont du mal à avancer et communiquer . Très cordialement
  • 12/11/2018 à 21:24
    pharmaco2b
    alerter
    2 francais sur 3 pensent que les pharmaciens sont motives par le dieu argent!!!mon dieu,si ils savaient!!!
  • 14/11/2018 à 16:28
    BREZHONEG
    alerter
    Alors que 3 francais sur 4 le sont, c'est plutot pas mal! Dailleurs,depuis A.Gide,on sait que l'acte gratuit n'existe pas.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Souhaitez-vous vacciner la population contre le Covid-19 dès le début de la campagne ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK