Barnums de tests : faut-il ou non payer l'emplacement ? - 17/02/2022 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
17/02/2022 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Barnums de tests : faut-il ou non payer l'emplacement ?

Getty Images

La Pharmacie de Popincourt à Paris, dans le 11e arrondissement, a reçu en janvier 2022 son autorisation d’occupation de l’espace public (datée d’avril 2021) et le document mentionne le « tarif forfaitaire » de 19,21 € à régler au printemps 2022. « Le principe même de me faire payer pour une chose qu’on nous a pratiquement supplié de faire, c’est pousser le bouchon un peu loin », estime le titulaire, David Saada. Chez Dailypharma, on savait depuis le début que le droit de voirie aurait un coût : « 83 € pour l’année », précise Stéphane Delouya, le titulaire de cette officine du 13e arrondissement. « C’est un droit d’occupation du sol. C’est le seul moyen répressif qu’a la police municipale pour dégager les barnums illégaux […]. J’ai été surpris d’avoir à payer parce qu’on fournit un vrai effort, mais finalement j’ai trouvé cela normal vis-à-vis des bars par exemple… De plus, ce droit s’accompagne d’un devoir de la municipalité de rendre l’endroit propre et accessible. Cette contrepartie me semble saine ».

« Payer pour être sur l’espace public, en période de crise, je dis non ! »

Ailleurs, on ne sait toujours pas s’il y aura une note et de combien. Ainsi, Quentin Lemiere, cotitulaire de Ma Pharmacie de la Gare à Bordeaux (Gironde), s’est soucié d’obtenir une attestation de la mairie puis a délégué le reste à la société Medilev. « Je ne sais pas si la mairie va facturer quelque chose, ou si ce montant est inclus dans ce que je paie au prestataire », confie le pharmacien. « Avant de faire tout cela, j’ai appelé de nombreuses fois la mairie et l’Ordre, pour savoir si un barnum allait être installé en face de la gare Saint-Jean. Je n’ai obtenu que des réponses vagues et un centre a finalement été installé près d’une sortie peu fréquentée, alors que notre pharmacie est située du côté où tout le monde sort. Du coup, si on me fait payer pour être sur l’espace public, en période de crise, je dis non ! On n’a pas réalisé les tests par plaisir. Certes, ils apportent de la marge et de la trésorerie, mais aussi une charge mentale importante. J’ai sous-traité pour éviter des burn out ».

Ce sont les communes qui décident

À Nantes (Loire-Atlantique), Thomas Beliard, à la tête de Pharmacie des Enfants Nantais s’attend à recevoir une facture à la suite d’un appel l’en avertissant cet été. « Au départ c’était gratuit, puis on m’a expliqué que par équité vis-à-vis des cafetiers, il nous faudrait payer un montant qui serait évalué en fonction du nombre de m² par jour. J’avais calculé que cela me coûterait un peu moins de 1 000 € par mois. Aujourd’hui, je n’ai toujours rien reçu », explique le titulaire, qui a installé un chalet devant son officine pour laquelle il a reçu une autorisation pour 14 m². Thomas Beliard ne rechigne pas à payer la note. Toutefois, il compte logiquement démonter son installation si le service perd de sa rentabilité. Et au moment où les demandes de tests antigéniques s’effondrent, il est plus soucieux par la manière de gérer les fins de contrats de travail avec les étudiants, que par l’enjeu financier de la note de la mairie. « Quoi qu’il en soit, cela restera positif », conclut-il. Au contraire, d’autres savent qu’ils n’auront rien à débourser. « L’agglomération d’Orléans nous a prêté gracieusement un chalet du marché de Noël pendant un an », explique Jérôme Savouré, qui travaille auprès de son épouse la titulaire de la Pharmacie de Chécy (Loiret). Preuve que chaque commune agit à sa guise.



Fabienne Colin

Les dernières réactions

  • 17/02/2022 à 20:31
    B53
    alerter
    avec le fric qu ils ont encaissé … c est pitoyable de jouer les radins
  • 17/02/2022 à 21:41
    drlouzou
    alerter
    Bonsoir,

    Chers confrères et chères consœurs,

    Certes une taxe supplémentaires pourrait provoquer un juste courroux, s’il était injuste ou inadapté.

    Néanmoins, replaçons le débat dans une sereine mesure et une juste comptabilité.

    Avec 25,01€ le test, une moyenne de 20 tests par jour, pendant presque un semestre, avec une moyenne de 6 jours ouvrés par semaine, cela nous donne un total de 26 semaines que multiplie 6 jours, que multiplie 20 tests journaliers, que multiplient 25,01€, ce qui nous donne 78.031,20€ au minimum par pharmacie, voilà pour les chiffres.

    Un tarif forfaitaire de 19,01€ me semble fort acceptable, car il resterait 78.031,20€ soustrait de 19,01€, soit une maigre obole de 78.012,19€, ce qui une modeste et minime estimation, car certains frôle le « Jackpot » à 6 chiffres.

    Petit rappel, mais certains ont peut-être oubliés :

    « Je jure, en présence des maîtres de la faculté, des conseillers de l’ordre des pharmaciens et de mes condisciples :

    • D’honorer ceux qui m’ont instruit dans les préceptes de mon art et de leur témoigner ma reconnaissance en restant fidèle à leur enseignement ;
    • D’exercer, dans l’intérêt de la santé publique, ma profession avec conscience et de respecter non seulement la législation en vigueur, mais aussi les règles de l’honneur, de la probité et du désintéressement ;
    • De ne jamais oublier ma responsabilité et mes devoirs envers le malade et sa dignité humaine. En aucun cas, je ne consentirai à utiliser mes connaissances et mon état pour corrompre les mœurs et favoriser des actes criminels.
    • Que les hommes m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses. Que je sois couvert d’opprobre et méprisé de mes confrères si j’y manque. »

    Au paragraphes deux, sans aller jusqu’au « désintéressement » de 78.012,19€, tout en sachant que cette manne providentielle n’entrainera pas de pharmaciens adjoints complémentaires, je rappellerai le paragraphe quatre «Que les hommes m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses. Que je sois couvert d’opprobre et méprisé de mes confrères si j’y manque. »

    Voilà, tout est dit, bonne soirée à toutes et à tous.

    Nous attendons toutes et tous, avec vive impatience, la position du Conseil de l’Ordre ….
  • 17/02/2022 à 22:46
    ouf
    alerter
    19,21 euros !?? C’est juste pour établir le document ?
    Les marchands ils payent combien pour une matinée sur le marché Richard lenoir?
    Oui on ne les a pas supplié
  • 18/02/2022 à 09:23
    cpvxo
    alerter
    metier de radins!!!!!!
  • 18/02/2022 à 09:30
    ingwe
    alerter
    encore une mauvaise image de la profession : pharmacien radin et mesquin...
  • 18/02/2022 à 11:27
    OJF
    alerter
    Mon barnum m'a permis de rendre service et aussi de gagner de l'argent. Il a compensé la baisse du nombre de touristes. Je trouve normal de payer une contribution pour l'occupation du domaine public. La question ne se pose pas pour moi.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Pourrez-vous respecter la minute de silence en mémoire de votre consœur de Guyane le samedi 20 avril ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !