12/03/2020 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

François Pouzaud

Coup de tonnerre dans la profession. Le ministère de la Santé a annoncé aux syndicats pharmaceutiques la préparation d’un projet de décret sur la réduction du délai d’application des mesures de baisse de prix des médicaments. Le décret est en préparation au Conseil d’Etat et sera prochainement soumis à consultation au conseil de la Caisse nationale d’Assurance maladie (Cnam). Ce texte qui s’inspire du rapport « charges et produits pour l’année 2020 » de l’Assurance maladie, reprend la proposition de baisser les délais habituels d’écoulement des stocks aux anciens prix de 50 jours à 30 jours pour les pharmaciens. Compte tenu du ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Les dernières réactions

  • 12/03/2020 à 15:47
    BREZHONEG
    alerter
    Eh oui !! toujours la recherche permanente du "à perimetre constant".C'est vraiment surprenant que les 2 syndicats n'aient pas encore compris que quand on croit avoir "bien négocié", ce sera rattrapé autrement.Puisque le but est de tuer 50% des officines, toute bouffée d'oxygene economique sera à annuler.Et ce n'est pas la combativité des pharmaciens qui est craindre,n'est ce pas...,
  • 12/03/2020 à 18:31
    Sidonie
    alerter
    Tout est bon pour ruiner les pharmaciens.
  • 12/03/2020 à 19:24
    JMM
    alerter
    28000 lits en soins intensifs en allemagne contre 5500 lits en France. Il va falloir investir massivement à l'hôpital et faire des économies sur la distribution du medicament.
  • 12/03/2020 à 19:53
    galenus
    alerter
    Encore baisés !
  • 12/03/2020 à 20:56
    Fab
    alerter
    Petite question : vous commandez pour combien de jours?
    Car en général c est 15 jours. Les medicaments que vous avez pour un seul patient sont en quantité limitée et en général ils reviennent dans le délais des 30 jours.
    Je pense que ça ne fera pas couler les pharmacies. Pas ça en tout cas.

    Peut être qu il aurait fallu négocier les délais pour les gros stocks comme le kardegic ou encore le doliprane. Mais je ne sais pas comment se sont passées les discutions, n étant pas présente.
    Il est possible que ce soit pris en compte en décallant l effectivité du décret ou de l avis. Ça arrive actuellement.
    C est rarement du jour pour le lendemain. Il y a des dates.

  • 13/03/2020 à 07:44
    rab74
    alerter
    en suivant votre raisonnement, fab, on ne stockera plus de boites d 3 mois, plus de boites vendues un mois sur 2, plus de stupéfiants...et tant pis pour le patient qui aura fait 10 bornes de nuit pour rien! sans compter les "manque fabricant" qui incitent, quand c'est disponible, à stocker un peu plus (creon, insulines, colchimax entre autres, ainsi que les oestrogènes en application locale, tous médicaments peu nécessaires comme chacun sait). de même pour les rifampicines, qu'on vend une fois par an mais toujours dans l'urgence! pourquoi le pharmacien devrait-il en être de sa poche pour assurer un service correct? c'est vrai, on stocke en moyenne sur 8 jours....comme le gel hydroalcoolique: performant!
  • 13/03/2020 à 07:47
    rab74
    alerter
    en pleine crise sanitaire à laquelle on veut nous faire participer pleinement, c'est un très bon signal! crevez vous, on vous piquera des sous et on vous colle la dgccrf aux fesses. magnifique!!!
  • 13/03/2020 à 09:49
    cf
    alerter
    Bonnefond devrait inventer un nouvel honoraire comme il en a l'habitude .. Je propose l'honoraire du pigeon ...
    Proposons plus sérieusement un délai de 3 mois au moins pour les conditionnements trimestriels que nous stockons et vendons déjà en perdant de l'argent vis à vis des mensuels....Mais peut être que Mr Bonnefond et Besset ne sont pas au courant..
  • 13/03/2020 à 11:54
    pat59
    alerter
    Et pendant ce temps notre "ministre" vient nous endormir et faire de la brosse à reluire lors de la conférence vidéo de l'Ordre en nous expliquant que nous n'étions pas parmi les professionnels de santé pour les masques mais qu'il n'y avait aucun problème pour les utiliser.
    Pour les prix les ventes à perte, qui existent déjà, vont augmentées alors que cela est illégal mais là la DGCCFR ne dit rien. Par contre les envoyer contrôler les prix des gels hydroalcooliques, que nous n'avons plus, là l'état sait se mobiliser…..quelle honte !!!!
  • 13/03/2020 à 11:54
    pat59
    alerter
    Et pendant ce temps notre "ministre" vient nous endormir et faire de la brosse à reluire lors de la conférence vidéo de l'Ordre en nous expliquant que nous n'étions pas parmi les professionnels de santé pour les masques mais qu'il n'y avait aucun problème pour les utiliser.
    Pour les prix les ventes à perte, qui existent déjà, vont augmentées alors que cela est illégal mais là la DGCCFR ne dit rien. Par contre les envoyer contrôler les prix des gels hydroalcooliques, que nous n'avons plus, là l'état sait se mobiliser…..quelle honte !!!!
  • 13/03/2020 à 14:58
    roller33
    alerter
    Je viens de regarder la webconférence et sur certains points je l'ai trouvée consternante. Olivier Véran, passé en coup de vent, s'est touché à plusieurs reprises le nez et la bouche et le micro qu'il a utilisé a circulé ensuite de main en main pendant une heure si bien que Gilles Bonnefond qui s'est lui aussi touché à plusieurs reprises le nez et la bouche a certainement profité des germes du ministre. Au départ de Mr Véran, la présidente Wolf lui a fait remarquer qu' au dessus d'eux se trouvait le "sérum" de Galien ! A 2 reprises en évoquant les confrères des territoires d'outre-mer, elle a dit les "outre" marins au lieu d'ultra-marins et elle a été suivie par Philippe Besset sur la même faute. Mr Parésys Barbier de la section D a été interrogé sur le droit de retrait pour le personnel des officines : il a répondu que cela ne s'appliquait pas en évoquant la convention collective. Or le droit de retrait est possible pour tout salarié s'il estime un danger grave et imminent pour sa santé par absence de mise en oeuvre de mesures de protection par son employeur ( par exemple impossibilité de se laver les mains par absence de point d'eau fonctionnel ou de savon ou de GHA, obligation des se rendre à l'intérieur du domicile du patient contaminé sans protection adéquate....). Enfin, Mme Wolf a évoqué la possibilité de se dépanner en personnel entre officines en cas de pénurie et là personne n'a bronché sans se soucier du cas où ce personnel prêté aurait un accident du travail, ferait une erreur de délivrance ou serait agressé dans une officine dont il n'est pas salarié ! Visiblement, pour nos instances ordinales et les représentants syndicaux, le droit du travail est lui aussi évolutif en période d'épidémie de coronavirus....
  • 13/03/2020 à 15:17
    BREZHONEG
    alerter
    Bien que le corona semble etre peu sensible à la chaleur, une tentative avec le bon vieux grog est peut etre jouable :sur un malade deja a 38° 5. en soirée : Boire le grog , et se coucher immediatement sous la couette pour pour faire monter à 39°5 le malade et le virus..On transpire un bon coup et ça peut suffire à tuer l'un des deux.. .Recette du Grog pour une personne : dans une tasse de 200 ml ,mettre le jus d'un 1/2 citron,2 cuilerees de miel,un verre a liqueur de cognac ou calva ou chouchen,et completer avec de l'eau qu'on a mis à chauffer au debut...... De rien, c'est confraternellement .

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Avez-vous reçu de nouvelles quantités de vaccins contre la grippe ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK