Baisse du prix des tests antigéniques Covid-19 : légitime pour le Conseil d'Etat - 06/03/2023 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
06/03/2023 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Baisse du prix des tests antigéniques Covid-19 : légitime pour le Conseil d'Etat

En avril 2022, les pharmaciens ont subi une deuxième baisse de prix sur les tests antigéniques (TAG) Covid-19, obtenant le tarif le moins rémunérateur de tous les professionnels de santé habilités. Normal, pour le Conseil d’Etat, qui a rejeté le recours de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine.
Getty Images/iStockphoto

Le 1er avril 2022, les tarifs des tests antigéniques (TAG) baissaient sur arrêté du 30 mars 2022. Ils étaient désormais facturés par les pharmaciens 16,50 €, ce montant se décomposant en 9,60 € de prélèvement, 1,90 € pour le diagnostic, l’enregistrement sur Si-Dep et l’annonce du résultat au patient, et 5 € de matériel. Ce fut la deuxième baisse de prix en 2022.

L’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) constatait alors que le pharmacien était le professionnel de santé de ville le moins bien rémunéré avec un tarif de diagnostic à 1,90 €, contre 5,26 € pour les kinésithérapeutes, 5,52 € pour les sages-femmes, 5,83 € ou 13,40 € pour les infirmiers selon que le test était réalisé au cabinet ou au domicile du patient, et 24,90 € pour les médecins. Dénonçant une discrimination à l’encontre des pharmaciens, le syndicat a engagé un recours auprès du Conseil d’Etat contre cette décision tarifaire et demandé l’annulation pour excès de pouvoir de cet arrêté.

Le Conseil d’Etat vient de rejeter, le 1er mars dernier, le recours de l’USPO, estimant déjà que l’arrêté du 30 mars est légal. Le ministre chargé de la santé était « compétent » pour fixer le montant de la valorisation forfaitaire du test Covid-19, « compte tenu du niveau élevé du taux d’incidence de l’épidémie de Covid-19 appelant un accès urgent de la population aux tests » et « afin d’assurer la dispensation durable de la crise sanitaire », comme le prévoit l’article du Code de la santé publique relatif à la gestion de la sortie de crise sanitaire.

Les conditions dans lesquelles les pharmaciens réalisent le test correspondent à « une situation différente de celle des autres professionnels de santé libéraux ou intervenant en centre de santé qui sont également appelés à effectuer un tel examen sur leur lieu d’exercice habituel », interprète la haute juridiction. Selon elle, les conditions de réalisation des TAG en officine sont « comparables à celles d’un dépistage collectif conduisant d'ailleurs à ce que les pharmaciens libéraux aient effectué 85 % des 62 millions de tests réalisés en 2021 », et justifient le tarif inférieur fixé par l’arrêté. Le nouveau tarif « n’est pas manifestement disproportionné au regard de cette différence de situation ». 

Au final, pour le Conseil d'Etat, il n’y a pas « d’erreur manifeste d’appréciation ni au regard des coûts de réalisation de ces examens, ni en ce qu'elle aurait été susceptible d'avoir un effet désincitatif sur l'activité de dépistage des pharmaciens d'officine, dont la part dans le volume des tests antigéniques réalisés au cours des neufs premiers mois de l'année 2022 est d'ailleurs demeurée similaire à celle observée à période équivalente au cours de l'année 2021 »…

Le conseil d’administration de l’USPO, qui se réunira, vendredi 10 mars, décidera de la suite à donner.



François Pouzaud

Les dernières réactions

  • 06/03/2023 à 17:14
    FedexGOAT
    alerter
    Circulez il n'y a rien à voir. De toute façon c'était sur que ça allait aboutir à cette décision. Ce qui est juste hallucinant c'est d'avoir le rendu maintenant !
  • 06/03/2023 à 19:16
    x
    alerter
    Normal!!!on s est grave gavé avec les TAG. Faut pas abuser!!!
  • 06/03/2023 à 22:09
    Pierre 31
    alerter
    Bien d'accord avec X
    Nous en avons bien profité....
    Certains ont même trouvé des acheteurs généreux qui lors de la vente de leur officine ont racheté le chiffre des tests .....
    Double effet kiss cool
    Alors ne nous plaignons pas
  • 07/03/2023 à 05:31
    Wiwi
    alerter
    A la lecture de cette décision et des commentaires. Mme Mr savez vous compter chiffre n’est pas marge et face à la situation que nous avons connu et assumée je trouve que vous êtes des petits joueurs.
    Cette décision est injuste car elle ne reconnaît pas notre travail .
    Et oui Mme Mr les Pharmacies ont assuré et il faut être fier de son travail . Notre personnel a été mis à rude épreuve et il n’a pas été payé a rester à la maison confiné. Vous êtes incapables comme des enfants gâtés de regarder en face la réalité et De plus vous ne savez pas compter. Entendez vous lés laboratoires d’analyse ?
    On vous donne la charité regardez l’argent qui a été donné dans les centre de vaccination ….
    La situation. Est grave ouvrez les yeux et apprenez à compter .
  • 07/03/2023 à 11:12
    OJF
    alerter
    Les impôts et l'Urssaf se sont bien "gavés" ensuite en remerciement.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !