Activité officinale en 2021 : votre pharmacie dans la tendance ? - 14/03/2022 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
14/03/2022 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Activité officinale en 2021 : votre pharmacie dans la tendance ?

Getty Images/iStockphoto

Les bilans des 1794 officines étudiées par les experts comptables du groupement CGP arrêtés au plus tard au 30 septembre 2021 confirment sans surprise l’évolution d’activité constatée en 2020, à un cran supérieur. Et même à un cran supérieur : + 6,36 % en moyenne contre + 2,97 % en 2020. Une tendance qui ne prend pas en compte l’impact du quatrième trimestre avec un mois de décembre en croissance de + 16,83 % en chiffres d’affaires (CA) !

Le Covid-19 n’explique pas tout, les tests antigéniques ne contribuant que pour 1,7 point de hausse du CA. Bien sûr, la mise en place du pass vaccinal a donné un gros coup d’accélérateur à la vaccination et aux tests antigéniques dont l’apport en marge a été en moyenne de 31 000 € par pharmacie (donc entre 50 et 60 000 € par pharmacie si l’on écarte le tiers des pharmacies qui n’ont pas réalisé de tests).

Les médicaments chers, toujours eux

La hausse du chiffre d’affaires « retraité » des activités Covid-19, c’est-à-dire en les excluant, s’élève à 4,59 %. Elle est liée aux médicaments chers de PFHT supérieur à 1930 € (+ 27 %, tirant - avec la hausse de 4 % des prescriptions - les ventes à TVA 2,1 % de + 4,80 %), et à l’augmentation des honoraires à l’ordonnance et de dispensation qui représentent environ 10 % du CA global, près de 60 % de la marge sur le médicament remboursable et 30 % de la marge brute globale (toutes activités confondues).

Celle-ci gagne en moyenne 48 000 € par pharmacie en 2021.

Passer le cap des nouvelles missions

Contrairement à 2020, la progression est équivalente entre les pharmacies de proximité (plébiscitées en année 1 de la crise sanitaire) et celles de centre commercial (qui ont retrouvé des couleurs en année 2). L’excédent brut d’exploitation (EBE) évolue de + 33 200 € à 279,1 k€ par pharmacie, tiré par la réalisation des tests Covid-19. Sans eux, il aurait progressé d’environ 5 000 €. Il n’y a que les officines de moins d’1 M€ qui reculent en EBE (en moyenne de 3500 €), certainement en raison de leur difficulté à mettre en place les nouvelles missions.

Un peu de frais

En raison de la nécessité d’avoir plus de bras pour tester et vacciner et de « l’obligation » de remercier son personnel pour services rendus pendant la crise (prime PEPA), les frais de personnel progressent de 4,90 % (10 000 € en moyenne), soit moins vite que le chiffre d’affaires. Une ligne appelée à croître régulièrement dans les prochaines années, en raison des difficultés de recrutement, du renforcement des compétences nécessaires aux nouvelles missions et de la réforme des préparateurs.



François Pouzaud

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !