Pénuries de médicaments : laboratoires et ANSM en prennent pour leur grade - 09/11/2020 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
09/11/2020 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Pénuries de médicaments : laboratoires et ANSM en prennent pour leur grade

UFC-Que Choisir, Leem, ANSM, pénuries, ruptures de stock Pixabay

Sur les 140 médicaments signalés en rupture de stock et en tension d’approvisionnement sur le site de l’Agence nationale de sécurité des médicaments (ANSM) au 15 juillet 2020, l’UFC-Que Choisir compte une majorité de médicaments anciens (75 % ont une date de commercialisation antérieure à 2000), « indispensables pour les patients » (65 % avec un service médical rendu - SMR - important), peu coûteux (75 % vendus à moins de 25 € et un quart à moins de 4 €), et souvent des formes injectables (44 % des ruptures). L'article publié ce 9 novembre dresse aussi un bilan peu glorieux pour les laboratoires et les autorités de santé : face à « un phénomène à la dynamique explosive » (de 406 ruptures de stock signalées en 2016, l’ANSM en comptait 1 200 en 2019 et projette 2 400 en 2020), l’UFC-Que Choisir pointe les « piètres alternatives aux pénuries » fournies par les fabricants (et, dans près d’un cas sur 5, l’absence de solutions), et « la déplorable incurie des pouvoirs publics ».

Problème d’approvisionnement en principes actifs ou matières premières (37 %), incidents de production (23 %), hausse de la demande mondiale (18 %), arrêt de commercialisation (16 %) ou défaut de qualité (6 %) sont les principales causes de ruptures. « Les pénuries se concentrent sur les médicaments les moins rentables, quand ceux vendus à prix d’or sont épargnés : conséquence de décisions financières des laboratoires ? », s’interroge l’UFC-Que Choisir.

 

Et l’obligation de constituer des stocks ?

« Cette affirmation témoigne d’une méconnaissance manifeste de la réalité de notre secteur. Les entreprises qui fabriquent les produits les plus anciens ne sont souvent pas les mêmes que celles qui découvrent et fabriquent les médicaments les plus innovants », répond Le Leem (Les Entreprises du médicament), dans son communiqué du même jour. S’il s’agit avant tout « d’un phénomène multifactoriel », « dans un environnement extrêmement rigoureux sur le plan de la sécurité du médicament », « la cause principale des ruptures de stocks est liée à l’insuffisance des capacités de production au regard de l’augmentation ou des fluctuations imprévues de la demande mondiale en médicaments ». Quant à l’explosion du nombre de ruptures, elle s’explique par « un gonflement statistique par rapport à la période antérieure », justifie Le Leem. « Le système français a amélioré sa capacité d’anticipation des tensions d’approvisionnement en instaurant un signalement plus précoce des situations à risque à l’ANSM à partir de 2016. »

Reste que le décret sur la constitution de stocks pour éviter les pénuries, pris en application de l'article 48 de la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2020, n’est toujours pas publié.



Anne-Hélène Collin

Les dernières réactions

  • 09/11/2020 à 21:11
    Phil34
    alerter
    C’est donc pour ça que l’on a eu beaucoup plus de monde cet aprèm....! Merci que choisir encore une fois....
  • 10/11/2020 à 10:42
    rab74
    alerter
    en même temps, ce n'est pas faute d'avoir tiré la sonnette d'alarme depuis au moins 5 ans. ces 2 organismes(ANSM et ministère) sont des exemples monumentaux de non réactivité et/ou de totale inutilité sur ce sujet. je me souviens d'une réponse qui m'a été faite par le conseil de l'ordre alors que je signalais qu'un grossiste ne voulait pas me servir sur un "MF" qu'il avait en stock parce que je n'étais pas prémium: "dépannez vous avec vos collègues! vous avez un drôle de relationnel pour ne pas y arriver!." On en est où, maintenant, après des années à faire l'autruche? les rayons se vident et on se fait aligner par les associations. merci à nos instances et à nos "responsables" (?)!
  • 10/11/2020 à 16:32
    BREZHONEG
    alerter
    Entendu a Europe et Fr .info : ruptures pour 1800 medicaments
    .Mais pourquoi taper sur les labos et l'ANSM?Quand on remonte la chaine des decideurs, on voit que ce sont le CEPS et la Secu les responsables ! Comme pour les jouets a Noel : les fabricants sont chinois et faire fabriquer "local", ça fait rigoler les responsables des achats chez Toys ar 'us et dans les Hypers.Chez nous,dans l'economie du Medicament ,les responsables des achats tres fiers de dire qu'ils sont parmi les moins chers d'Europe, ce sont Secu et
    Comité Theodule (comme disait de Gaulle)
  • 10/11/2020 à 18:09
    x
    alerter
    @rab74
    Je confirme la nullité du conseil de l'ordre sur le sujet !
    De plus ,il me semble que la rétrocession entre pharmacie n'est pas formellement autorisée. Et comment faire quand la sérialisation sera en place ?
  • 12/11/2020 à 12:02
    Potard17
    alerter
    L'hypocrisie du Leem atteint des sommets, surtout pour des professions qui se prétendent au service de la santé publique!!! Il est clair que les laboratoires "pharmaceutiques" n'ont pour seul intérêt que leur profit financier et privilégient, outre la fabrication en Chine et en Inde qui leur coûte moins cher, les ventes à l’étranger à de prix supérieurs à ceux réglementés en France. Idem pour les grossistes répartiteurs qui ont tous une filiale à l’export….
    Et nos autorités de santé, en raison des liens qui les unissent au lobby des laboratoires, ne prendront jamais les mesures coercitives qui s'avèrent pourtant indispensables En 40 ans d'exercice, j'ai vu ces ruptures de stock s'intensifier de plus en plus. Alors j'enrage encore plus quand je constate que des textes réglementaires publiés entre 2012 et 2016 n'ont jamais été appliqués ; pas plus que le plan d’actions du Leem de février 2019 ni la « feuille de route » en juillet 2019 de la ministre de la santé de l’époque.
  • 18/11/2020 à 10:42
    charlie 67
    alerter
    Avez vous entendu ce matin la proposition de Montebourg de faire un plan social dans les sphères immobiles de l'état? ce serait rigolo !

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vos équipes sont-elles prêtes à soutenir le mouvement de grève du 30 mai ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !