10/10/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
melanome Laboratoire Roche

Le risque de cancer de la peau lié au bronzage artificiel est avéré depuis plusieurs années, et des mesures restrictives ont été régulièrement prises : limitation de la proportion d’UVB (1997), présence de personnel qualifié dans les établissements et informations sur les risques aux utilisateurs (2013)…

Cette fois, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), qui recommande de ne pas s’exposer aux UV artificiels à des fins esthétiques depuis plus de 10 ans, est plus radicale : elle propose aux pouvoirs publics de « prendre toute mesure de nature à faire cesser l’exposition de la population aux UV artificiels ». Autrement dit : fermer les cabines de bronzage. « Les cabines de bronzage émettent des rayonnements à forte intensité, équivalant à l’exposition à un soleil tropical. Ces doses reçues lors des séances de bronzage artificiel se cumulent à celles reçues naturellement. Elles provoquent des dommages de l’ADN et augmentent le risque de cancers cutanés. Il est important de rappeler qu’aucune valeur limite d’irradiance ou de dose ne peut être fixée pour protéger les utilisateurs », explique l’Anses.

Le risque de cancer cutané est plus grand chez les jeunes : les personnes ayant utilisé au moins une fois les cabines de bronzage avant l’âge de 35 ans augmentent de 59 % le risque de développer un mélanome cutané. D’autant qu’il n’y a aucun bénéfices aux UV artificiels à but esthétique : ils accélèrent le vieillissement cutané (4 fois plus vite que le soleil), ils ne protègent pas la peau des coups de soleil et ne permettent pas d’apporter de la vitamine D…






Anne-Hélène Collin

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Redoutez-vous de nouvelles ruptures de stock de médicaments à cause du coronavirus ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK