08/10/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
enfant, cadeau, surprise, serpentins, fête ariesa66/Pixabay

Alors que le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2019 est présenté en conseil des ministres aujourd’hui lundi 8 octobre, deux de ses articles n’ont pas échappé à la lecture vigilante des syndicats. « Le premier est inacceptable : pour une délivrance d’ordonnance hospitalière, il oblige à transmettre le numéro Finess de l’établissement de santé et le numéro RPPS du prescripteur hospitalier, faute de quoi, le pharmacien se retrouvera avec un indus », s’indigne Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO). 
La seule solution préventive sera alors de refuser le tiers payant. « Que veut la direction de la sécurité sociale ? Aller au clash ? Alors que la ROSP fonctionne, le taux d’enregistrement de numéros de RPPS par les pharmaciens étant de 62,2 % », s’interroge-t-il. Aux dires de l’USPO, l’assurance maladie, qui ne souhaite pas entrer en conflit avec la profession, n’approuve pas non plus cette mesure. L’USPO et la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) vont demander le retrait de cet article du PLFSS.

Le second article relevé ne prête pas, pour l’instant, à contestation mais réclame des précisions. L’article 43 en faveur « du recours aux médicaments génériques et biosimilaires », crée un Répertoire « des médicaments génériques hybrides ». Entendez par-là, des médicaments très proches des médicaments génériques, mais qui doivent fournir des études supplémentaires pour montrer leur équivalence thérapeutique. Un médicament peut ainsi être qualifié d’hybride lorsqu’il est disponible dans un nouveau dosage, utile pour les patients, mais pas disponible pour le médicament princeps. Par exemple, le glatiramère (princeps-Copaxone). Les sprays inhalés ne sont pas concernés. Les substances végétales inscrites au Réperoire des génériques non plus. 
La substitution du pharmacien au sein d’un groupe hybride se ferait dans des conditions fixées par arrêté ministériel. Néanmoins, la FSPF s’interroge sur les conditions de rémunération de cette substitution, émettant des réserves sur l’égalité des marges avec le princeps et l’application de remises jusqu’à 40 %. Pour Gilles Bonnefond, il est évident que les règles économiques du générique s’appliqueront. Le fait que le Leem (Les entreprises du médicament) soit vent debout contre ce nouveau statut, laisse en effet supposer que ce sera le cas.






François Pouzaud

Les dernières réactions

  • 09/10/2018 à 07:58
    MAURICE
    alerter
    Le bâton, encore le bâton, toujours le bâton.
  • 09/10/2018 à 09:39
    cf
    alerter
    Quand on sert de flic à la sécu contre rémunération,(= quand on "précise" l'identifiant médecin, quand on le dénonce comme non substituant, quand on le dénoncera avec le bilan de médication pour surprescription et le patient comme non observant, ), il est normal d'être comme tout bon "collabo" , servile et docile,être puni au rendement par la SS.
    Pauvre profession...
  • 09/10/2018 à 09:40
    cf
    alerter
    d'être
  • 09/10/2018 à 15:07
    Pharmacien 95
    alerter
    C’est logique de transmettre les RPPS , le payeur à des droits. Mais les hospitaliers n’en n’ont rien à cirer, et sont injoignables. Quelque fois on a droit à un coup de tampon illisible et à l’envers. Les praticiens hospitaliers ne sont pas de simples médecins mais de grands professeurs et se considèrent comme une caste qui ne doit pas perdre son temps en broutille administratrives
  • 09/10/2018 à 17:03
    BREZHONEG
    alerter
    La Secu n'est pas le payeur, le payeur, c'est le Cotisant, Salarié ou Employeur.Comme une banque ne se mele pas du prix que je paie ma télé et regle la facture en payant ma carte de credit, la Secu devrait etre limitée egalement dans ses droits de controle. Mais le probleme est que les comptes des assurés sont reunis dans un grand compte commun et la Carte Vitale peut l'ouvrir sans rencontrer la ligne rouge.Alors que les comptes bancaires debités par la Carte de paiement ,comportent une limite individuelle.Conclusion : un reste a charge passé une certaine somme serait la solution pour ramener la Secu trop puissante au rang de compagnie d'assurance.Elle et les mutuelles et banquassurances pouvant offrir des contrats couvrant le hors limite.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Comprenez-vous que les pharmaciens de la grande distribution souhaitent que l’Ordre crée un collège des salariés de la distribution ?



Revue


Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK