06/07/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Autotests de dépistage du VIH Autotetst VIH Mylan, INSTI Biolytical et Exacto Biosynex DR

« 43 % des découvertes de séropositivité en 2016 concernaient des personnes déclarant n’avoir jamais été testées auparavant pour le VIH », rappelle le laboratoire AAZ, qui fabrique l’Autotest VIH, dans un dossier de presse faisant le point sur le VIH en France et le dépistage. Depuis 2015, l’arrivée en l’officine des autotests de dépistage du VIH a permis d’élargir l’offre de dépistage et de cibler un public parfois inaccessible par les circuits de dépistage classiques. AAZ indique que près de 300 000 Autotest VIH ont été vendus en France depuis leur lancement il y a 3 ans. Et les chiffres de vente depuis le début de l’année sont en augmentation de 17 % par rapport à 2017. En outre, certaines complémentaires santé proposent ou devraient proposer d’ici le 1er décembre prochain la prise en charge de ces dispositifs.

Actuellement, le marché des autotests de dépistage du VIH en France compte trois dispositifs : Autotest VIH (AAZ, commercialisé par Mylan), Test INSTI (BioLytical commercialisé par Médisur) et le test Exacto (Biosynex) commercialisé depuis le 5 juillet 2018.

Opportunisme commercial, méfiance !

D’autres tests peu fiables et non sécurisés tentent de s’introduire en France, sous couvert d’un marquage CE. Ces tests disposent d’une simple bande de contrôle de migration qui apparaît même si la personne a mal réalisé son test et peuvent conduire à un résultat faussement positif. « Pour faire la distinction entre les deux types de test, il suffit de mettre de l’eau à la place d’une goutte de sang sur l’autotest. Si une bande de contrôle apparaît quand même, il s’agit alors d’un test non fiable. », précise le docteur Jean Tardy, virologue aux hospices civils de Lyon (Rhône), cité dans le dossier de presse de AAZ. En attendant que les autorités de santé se positionnent sur ces tests potentiellement dangereux, pharmaciens et utilisateurs sont donc appelés à la plus grande vigilance.






Alexandra Blanc

La rédaction vous conseille ( réservé aux abonnés)

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vos patients vous demandent-ils des autotests supervisés ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !