29/06/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
hypermarché, Leclerc, parking, croix verte, pharmacie DR

« Le scandale Lactalis aurait dû calmer les ardeurs de Michel-Edouard Leclerc et de ses lobbyistes, pourtant, il n’en est rien. Malgré les failles de la grande distribution dans cette affaire, MEL s’obstine à vouloir demander sans vergogne la vente des médicaments dans ses supermarchés », s’emporte Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO), dans un communiqué intitulé « La grande distribution n’est plus crédible pour demander la vente des médicaments en grande surface ». Pour les officinaux, il faut aussi voir dans cette saine colère une invitation à se (re)mettre en état de vigilance. En effet, l’Autorité de la concurrence, qui a lancé en novembre 2017 une enquête sectorielle sur le médicament, rendra ses conclusions et avis d’ici mi-2019, comme l’a indiqué lundi 25 juin Isabelle Da Silva, sa présidente (voir l’éditorial « Jamais tranquille » du Moniteur des pharmacies N° 3232 du 30 juin 2018).
Les sujets et les conséquences qui peuvent découler de cette enquête sont de taille, puisqu’elle lance des pistes de réflexion sur l’ouverture du monopole officinal et du capital des pharmacies.
« Le discours de la grande distribution n’est pas en phase avec la politique de sécurité autour du médicament et de la stratégie de transformation du système de santé qui s’appuient sur le réseau pharmaceutique », poursuit Gilles Bonnefond, insistant sur le fait que Michel-Edouard Leclerc est « définitivement disqualifié pour parler de santé ».

Toute invective mise à part, le communiqué de l’USPO rappelle opportunément que « le maillage pharmaceutique est exemplaire et répond déjà aux besoins de santé de la population. Les pharmacies d’officine sont présentes sur l’ensemble du territoire, en ville, en milieu rural, dans les quartiers difficiles et disposent d’une très large amplitude horaire : 1 250 pharmacies assurent la permanence toutes les nuits, les dimanches et les jours fériés sur l’ensemble du territoire ». Des pharmacies qui « dispensent des médicaments à des prix compétitifs et parmi les moins chers de l’Union européenne ».






Les dernières réactions

  • 30/06/2018 à 07:19
    Nick64
    alerter
    Et tout cela supervisé par des diplômés dont la langue française fait souvent défaut (j’ai croisé des pharmaciens roumains et syriens en para de grande-distri). MEL va-t-il vouloir augmenter le temps de présence hebdomadaire du pharmacien dans les parapharmacies et, de ce fait, être en conflit avec l’amplitude horaire maximum préconisée pour un salarié? MEL va-t-il vouloir embaucher plus de diplômés afin de rendre la supervision des conseils prodigués par des esthéticiennes et autres caissières (qui souvent couvrent les horaires de pauses et vacances des seuls diplômés existants) possible? MEL a-t-il mesuré le surcoût de telles embauches par rapport à ce qu’il est prêt à voir les adhérents L payer?
  • 30/06/2018 à 07:44
    MAURICE
    alerter
    Ce qui m'inquiète, ce n'est pas le lobbyisme de Leclerc, mais le fait que le vieux monde soit toujours présent dans les sphères du pouvoir, et que ceux qui ont menés la Santé dans le désastre, soient toujours là.
    Il est grand temps de purger les nuisibles de la technocratie.
  • 30/06/2018 à 08:44
    brucine
    alerter
    Mais c'est bien sûr:

    dans nos officines, tous les adjoints (ou pharmaciens non thésés et de diplôme non homologués exerçant comme tels) sont "français de souche", et il s'y trouve à tout moment (j'ai bon coeur, je passe sous silence celui des pauses repas) le nombre d'adjoints requis par le chiffre d'affaires en équivalent temps plein...
  • 30/06/2018 à 10:25
    cf
    alerter
    Si on peut solder du médicament, grâce notamment à des remises laboratoires énormes réservées aux plus grandes officines, alors, oui , le médicament peut se vendre chez Leclerc qui fera encore mieux.... N'est il pas scandaleux de vendre du doliprane à 2€18 alors qu'il devrait être vendu à 1€50 max.. Non, Monsieur Bonnefond, vos arguments ne tiennent pas la route sachant d'ailleurs que de nombreux pharmaciens se sont fait allumés avec lactalis..Mr Bonnefond et autres signataires représentant la profession sont les responsables des dérives commerciales de la profession qui consistent à solder du médicaments et à la faire savoir..Vive amazone et Leclerc
  • 30/06/2018 à 10:27
    Nick64
    alerter
    Brucine: J'ai peut-être eu et ai toujours la chance de travailler dans des environnements où les diplômés sont des enfants du pays, des locaux... J'évite les grandes agglomérations. Quant au nombre d'adjoints requis par tranches de CA, il y a certainement des abus (comme dans toutes les professions) mais cela reste dans un environnement "professionnel de santé" (avec tous les contrôles que cela implique) et pas dans un environnement "salon d'esthétique" que sont les parapharmacies de GD...

  • 03/07/2018 à 16:52

    alerter
    Il y a un CNOP au quel il faut être inscrit pour pouvoir travailler
    Il y a des coefficients de pharmacien en officine à l.heure dignes de révision
    Le savoir faire et les connaissances d’un pharmacien passent pour 6 ans d’études.
    Il est surprenant voire la manque de « fraternalisme » dans la profession et la manque de respect pour un professionnel de santé comme est le pharmacien dans la société
    Quelle est la profession qui en plus d’avancer l’argent à la société doit être toujours en veille pour sa trésorerie?
    Il faut aimer la profession

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

Etes-vous favorable à un assouplissement des règles concernant la publicité pour les officines ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK