03/05/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
lévothyroxine, levothyrox, afmt, vivre sans thyroïde, thyroïde, euthyrox, métal médicament, nanoparticules Anne-Hélène Collin

Alors que l’association française des malades de la thyroïde s’est émue, mercredi 2 mai, de la présence de nanoparticules, « notamment des alliages fer-chrome, chrome-nickel, fer-chrome-silicium et ferrochrome-aluminium » dans la nouvelle formule de Levothyrox, le laboratoire Merck KGaA s’est aussitôt défendu. Pharmacien responsable chez Merck, Valérie Leto a indiqué : « Nous démentons formellement la présence de ‘nanoparticules’ ou de n’importe quels ‘débris d’acier’ dans notre médicament et ce qu’il s’agisse de l’ancienne ou de la nouvelle formule de Levothyrox ».

De son côté, la Direction générale de la santé (DGS) a indiqué dans un communiqué, à l’issue du 4e comité de suivi des médicaments à base de lévothyroxine, qu’une analyse réalisée en janvier 2018 sur les différentes spécialités à base de lévothyroxine a montré la présence de métaux à l’état de traces dans les tous les médicaments analysés dont Euthyrox (ancienne formule de Levothyrox). Dans son communiqué, elle précise d’ailleurs que « la présence de traces métalliques dans des produits de santé ne représente pas en soi un défaut de qualité ni un risque pour la santé dans la mesure où les concentrations sont inférieures aux seuils de sécurités établis par la communauté scientifique au plan international pour les médicaments ». Sans toutefois aborder le sujet des nanoparticules.

La DGS a également communiqué de nouveaux chiffres de consommation. Ainsi, au cours du dernier trimestre de l’année 2017, 472 380 patients (soit 15,5 % des patients sous lévothyroxine) ont été traités par une des alternatives à Levothyrox mises à disposition à partir d’octobre 2017 (L-Thyroxin Henning, Euthyrox ou Thyrofix). Les nouveaux patients ayant débuté un traitement sous lévothyroxine au cours de cette période (90 044 patients) ont été 83 % à utiliser la nouvelle formule de Levothyrox.

Au delà de ces données épidémiologiques, la DGS a également rappelé que l’ensemble des spécialités étaient soumises à prescription médicale obligatoire. Elles ne peuvent donc pas faire l’objet d’une activité de commerce électronique. La DGS souligne en outre qu’un approvisionnement en ligne présente des risques pour la santé et la sécurité des patients.






Anne Drouadaine

Les dernières réactions

  • 04/05/2018 à 06:59
    MAURICE
    alerter
    A défaut de trouver une explication logique à ces troubles nocebo, on va inventer de pseudo causes, de type aluminium dans les vaccins.
    Les fake-news médicaux ont un grand avenir.
    La santé est l'un des meilleurs marronniers qui fait vendre du papier.
  • 04/05/2018 à 07:27
    rab74
    alerter
    dans la mesure où les machines à comprimés sont métalliques (et elles peuvent difficilement être autrement!) je ne vois pas comment les comprimés seraient exempts de toutes traces d'alliage....il en est de même pour la totalité des formes comprimés, thyroxine ou pas. on mettrait du teflon sur les pistons de compression pour les isoler, on trouverait du fluor...horreur, pratique nazie pour asservir les peuples (voir these complotiste sur internet). l'idéal: pas malade, pas de médoc...mais c'est encore plus compliqué!
  • 12/05/2018 à 09:58
    BREZHONEG
    alerter
    Quand je pense a toutes ces traces dans les granules homeo, j'en tremble! Et meme entre la bouche du malade et le tube de granules, ces poussieres , nanopa.,bacteries,etc,qui rentrent a chaque respiration,et qui par chance, sont completement ignorées et sans influence pour le duo malade-soignant. Ouf, le hasard fait bien les choses,quand meme!

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

Avez-vous déjà réfléchi aux services que vous alliez faire payer ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK