19/03/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Médecine alternative, homeopathie, acupuncture, pharmacien, médecin Boiron Groupe

Un collectif de médecins a alerté le Conseil national de l’ordre des médecins à propos des médecines dites alternatives, dans une tribune publiée dimanche 18 mars sur le site internet du Figaro.

Visant notamment l’homéopathie, l’acupuncture et plus généralement les pratiques non scientifiques, les signataires dénoncent : « Les thérapies dites « alternatives » sont inefficaces au-delà de l’effet placebo et n’en sont pas moins dangereuses. Dangereuses, car elles soignent l’inutile en surmédicalisant la population et en donnant l’illusion que toute situation peut se régler avec un « traitement ». Dangereuses, car elles alimentent et s’appuient sur une défiance de fond vis-à-vis de la médecine conventionnelle comme le montrent les polémiques injustifiées sur les vaccins. Dangereuses enfin, car leur usage retarde des diagnostics et des traitements nécessaires avec parfois des conséquences dramatiques, notamment dans la prise en charge de pathologies lourdes comme les cancers. »

Les signataires (médecins généralistes et spécialistes, pharmaciens, étudiants en médecine ou pharmacie…) qui sont désormais plus de 540 (sur le site fakemedecine) demandent notamment au Conseil de l’ordre des médecins de « tout mettre en œuvre pour ne plus autoriser à faire état de leur titre les médecins ou professionnels de santé qui continuent à les promouvoir, (…) ne plus rembourser par les cotisations sociales les soins, médicaments ou traitements issus de disciplines refusant leur évaluation scientifique rigoureuse ».

Le syndicat national des médecins homéopathes français a réagi lundi 19 mars dans un communiqué, regrettant « la nature diffamatoire de cette attaque » : « La médecine a besoin de tous les médecins, les 124 signataires paraissent ignorer que des milliers de leurs confrères utilisant l’homéopathie ». Le syndicat rappelle que les médecins visés par les signataires sont « tout aussi compétents qu’eux en matière de diagnostic et de prescription médicale ».






Anne Drouadaine

Les dernières réactions

  • 20/03/2018 à 06:48
    MAURICE
    alerter
    Grace à la marge dégressive lissée, et au transfert de la marge aux honoraires, la disparition du remboursement de l'homéopathie pourrait accélérer le vœux de la cour des comptes de détruire 10 000 pharmacies.
  • 20/03/2018 à 08:38
    pharmaciencensuré
    alerter
    L'homéopathie, moins de 3% de la marge du médicament, c'est sur que ne plus rembourser l'homéopathie serait une catastrophe économique pour le réseau.
  • 20/03/2018 à 09:33
    cf
    alerter
    Pour les crampes,la prescription de l 'hexaquine toxique, peut être remplacée par du cuprum metallicum très efficace et sans danger.Expérience de plus de trente ans d'exercice......Il faut créer une pétition pour conserver ces médecines alternatives, qui évitent souvent des thérapeutiques de remplacement plus agressives et inadaptées
  • 20/03/2018 à 11:20
    papavert
    alerter
    C'est vrai que si on rembourse le cuprum metallicum c'est vraiment pas juste de ne pas rembourser le sacrifice de poulet et la prière (tout autant efficaces et sans danger). Expérience de plusieurs centaines d'années dans bien des pays...
  • 21/03/2018 à 09:55
    cf
    alerter
    Heureusement qu'il y a Papavert pour dire quoi penser, car il est plus intelligent que les milliers de personnes qui soignent et se soignent avec l 'homéopathie ...
  • 21/03/2018 à 10:35
    papavert
    alerter
    Il m'arrive de conseiller de l'homéo quand on m'en réclame, je n'ai aucun problème avec les placebo et leur pouvoir (dans certains cas), mais je ne me fais pas d'illusion c'est tout. Pourquoi insulter les gens qui se soignent avec les sacrifices de poulet par ailleurs ?
  • 21/03/2018 à 23:34
    brucine
    alerter
    Je ne vois nulle part insultés les gens qui soignent leurs maux à l'âme en sacrifiant un poulet, un mouton ou ce qu'on voudra, encore que je conçoive d'abattre proprement ces bestioles pour les manger.

    Peut-être finalement conçoivent-elles de jouer le rôle titre dans une poule au pot ou un méchoui: n'en déplaise aux vegans ou homéo-bidulopathes (qui sont d'ailleurs souvent les mêmes), c'est la loi de la nature, chacun est le prédateur d'un autre.

    Mais sans doute ne seraient-elles pas chaudes (avant d'être cuites, j'entends), de participer à un rituel imbécile qui ne sert à rien.

    On dit simplement que l'on ne voit pas bien pourquoi une superstition devrait être remboursée, qu'il s'agisse de vaudou ou d'homéopathie, il n'y a finalement pas grande différence et l'intelligence n'y a aucune part:
    outre, en effet, de pouvoir retarder un diagnostic et un traitement véritable, des gens, eux sinon intelligents mais au moins scientifiques, ont démontré à l'envi que rien n'avait jamais scientifiquement attesté d'une efficacité quelconque (sauf à vouloir rembourser des placebos, mais c'est une autre question), d'aucune bidulo-thérapie.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

Etes-vous favorable à un assouplissement des règles concernant la publicité pour les officines ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK