01/03/2018 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
tabac, sevrage, ministre, santé, pharmacie Alexas Fotos/pixabay

Ce jeudi 1er mars, le prix du tabac augmente de près de un euro en moyenne pour les cigarettes et de 2 euros sur le tabac à rouler. Les cigarettes sont désormais vendues entre 7,50 et 9,10 euros le paquet, avec un prix moyen de 7,90 euros. Et la hausse va se poursuivre, pour atteindre 10 euros le paquet en novembre 2020.

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, était à l’occasion de cette entrée en vigueur des prix du tabac en visite en fin de matinée dans une officine, à Nevers (Nièvre). En l’occurrence celle d’Alain Delgutte, président du conseil central A de l’ordre national des pharmaciens, installé dans une galerie de centre commercial. L’occasion pour la ministre et le pharmacien d’échanger sur l’implication des officinaux dans le sevrage tabagique. Une démarche qui pourrait être davantage valorisée dans le cadre du déploiement de l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique.

Agnès Buzyn s’est ensuite rendue à une réunion avec des professionnels de santé pour évoquer les difficultés liées au déficit de l’offre médicale dans ce département de Bourgogne.






Les dernières réactions

  • 01/03/2018 à 19:27
    BREZHONEG
    alerter
    et pendant ce temps là, des irresponsables veulent voir le cannabis en vente libre !Il faut coupler les 2 plantes mortiferes dans le meme oprobre.La fumee de cannabis donne le cancer aussi! (et plus autre chose...)Halte au tabacannabis!
  • 01/03/2018 à 19:56
    lc64
    alerter
    Pas en vente libre mais en vente contrôlée.
    C'est le seul moyen de lutter efficacement contre le trafic, si on en a vraiment envie...
    Des pays sont bien plus avancés que nous sur ce point.
  • 02/03/2018 à 06:27
    MAURICE
    alerter
    Quand il s'agit de promouvoir des missions gratuites, nos édiles répondent toujours présents.
    Rassurons nos chers politiques, les vœux de la cour des comptes seront bientôt réalisés.
    Je doute que la patientèle y trouve son compte.
    La France voit son désert médical s’agrandir jour après jour.
  • 02/03/2018 à 12:00
    BREZHONEG
    alerter
    Les Hollandais ont été les premiers a etre "plus avancés".Ils ont reduit recemment l'autorisation style coffee shop .Et s'envoyer volontairement des produits de combustion dans les poumons ne peut pas etre soutenu et accompagné par un professionnel de santé. (brezhoneg a moitie nederlands)
  • 02/03/2018 à 18:06
    Casquette
    alerter
    Interdire le tabac, pourquoi pas ?
    On pourrait interdire également la pollution comme autre produit de combustion dans les poumons.
    On pourrait également interdire les rejets de dérivés hormonaux dans les rivières et nappes phréatiques ou interdire aux personnes d'uriner pour éviter toute pollution de nos organismes par le rejet de medicaments de nos urines.

    L'opprobe et les irresponsables, qui sont ils vraiment ?
  • 03/03/2018 à 10:40
    BREZHONEG
    alerter
    Subir la pollution dans les poumons,c'est involontaire.La fumée goudronneuse dans les poumons, c'est un acte volontaire.
    Sniffez au cul du camion,c'est gratos!
  • 05/03/2018 à 09:30
    Suzetteone
    alerter
    Subir, faire subir les pollutions sans réagir est la définition meme de l'acte volontaire de la part des pollueurs et des pollués !

    Effectivement, les fumeurs sur-cotisent sur leurs achats pour la totalité des détresses respiratoires incombant a notre société.

    Brezhoneg, sur les raisons des coffee shop, le mieux serait de révéler les vraies raisons et non manipuler des situations pour promouvoir ton argumentation.
  • 05/03/2018 à 11:22
    BREZHONEG
    alerter
    Non," subir,faire subir" ce n'est pas la meme definition.Raisonnement manipulateur des le depart.Et caracteristique des personnes dependantes.
    Les gens qui subissent le tabacanabisme passif n'ont pas volontairement allumé le joint-cigarette. Ils demandent meme souvent qu'on l'eteigne !!!Mais peut etre qu'eteindre et allumer, c'est la meme chose?
  • 06/03/2018 à 11:01
    Casquette
    alerter
    Eteindre et allumer sont des verbes d'action volontaire de valeur antinomique.

    Pour revenir au sujet, la victimisation de groupe est le prémisse de beaucoup de forme de totalitarisme.

    Impliquer les officinaux dans le sevrage tabagique n'est pas nouveau en soi. Ce sont les outils de sevrage qui ne sont pas adaptés. C'est surtout du marketing qui déploie des solutions nicotinées qui constitue une continuation de dépendance.
    On change de dealer ...

  • 06/03/2018 à 15:40
    BREZHONEG
    alerter
    Methode bien connue: quand on ne peut pas s'opposer de front (ici,au sevrage), la tactique c'est de dire, "oui, mais pas comme ça " ou "oui mais c'est pas le moment " ou "oui, mais c'est le debut du fascisme".Quand la volonté existe,on trouve le chemin,disait je ne sais plus qui.Mais quand la volonté de ne pas faire existe,on trouve le pretexte.
  • 06/03/2018 à 15:46
    BREZHONEG
    alerter
    ....et surtout ,on ne propose jamais rien qui aurait l'accord du contradicteur, a la place de ce qu'on critique.Reponse à venir de casquette: c'est pas à moi de..etc,etc.
  • 07/03/2018 à 19:27
    Fred18
    alerter
    Je vais vous répondre avec mon pseudo officiel quitte a afficher mon identité et ne pas se cacher derrière un pseudo vague et anonyme.

    Je n'émets pas d'avis ou de critique mais constate ceux ci.

    Ancien fumeur, j'ai testé les différentes méthodes proposées au sein de l'officine, j'ai recueilli l'avis de milliers de patients et partage donc cette avis global en commentaires.

    Et si je ne propose rien, c'est que ce n'est pas mon travail en soi de trouver des solutions gratuitement pour les industriels du médicament.
    Chaque méthode a ses réfractaires et ses détracteurs.
    Mon avis reste personnel et n'a pas pour but de convaincre qui que ce soit !
  • 07/03/2018 à 20:16
    lc64
    alerter
    Interdire le tabac : et pourquoi pas interdire l'alcool!!!
    Cela s'appelle du totalitarisme
    Brezhoneg arrête de dire n'importe quoi
    Le trafic de cannabis ne te suffit pas?
  • 08/03/2018 à 18:07
    BREZHONEG
    alerter
    Je constate que si je ne suis pas tout seul a dire "Stop tabac",bizaremment, son frere le cannabis reste a l'abri de la logique, bien caché derriere une image branchouille. Et donc pour en revenir au haut de la page,halte au tabacannabisme. Pour l'interdiction de l'alcool,certains pays "totalitaires(?)" de scandinavie imposent deja l'obligation du zero alcool pour conduire.Quand on sait combien de fois on peut etre amené a prendre le volant a l'improviste,ca veut dire:s'interdire l'alcool toute la journee par precaution.Derniere info: la police hollandaise a classé....la Hollande comme narco- etat.
  • 10/03/2018 à 13:42
    Fred18
    alerter
    Je suis d'accord avec toi pour un zero alcool pour conduire comme un zero cannabis pour conduire également. Peut etre plus parce que j'ai perdu ma compagne enceinte percutée par une commerciale éméchée il y a plus de 15 ans.

    Pour revenir au tabac et sans polémiquer, les taxes de tabac assurent une manne financière non négligeable pour l'assurance maladie qui devra alors compenser par d'autres taxes tout public. Tant qu'il y aura des fumeurs, on peut également limiter l'impact des autres pollutions expliquant l'apparition de cancers de poumons, de gorge, de langue et autres (ex: l'amiante largement utilisé dans nos constructions, importé d'Algérie et pourtant interdit dans de nombreux pays)

    Pour le cannabis, ne nous voilons pas la face, les consommateurs sont deja présent en nombre sur le territoire de manière "récréative".

    Serons nous les derniers après plusieurs etats des usa et maintenant l'uruguay pour enfin encadrer ses consommateurs qui générent d'autres consommations de drogue.

    N'oublions pas la responsabilité de pharmacies a délivrer des codéinés a des mineurs qui a provoqué une mise en liste pour leur délivrance.

    Je n'occulte pas les dangers shizophréniques de l'utilisation de cannabis chez les 7- 25 ans;

    Interdire a t il eu un impact réellement positif pour le moment ?

    Mais interdire est pratique et nécéssite peu d'engagement par rapport a un encadrement.

    Tout comme la critique et le jugement sont les fléaux de nos sociétés modernes plutot que la réflexion, l'auto-critique, la participation et nos émancipations.


  • 12/03/2018 à 12:01
    BREZHONEG
    alerter
    Eh bien ,pour les codeinés, ils ont été, de fait,interdits,non? A moins que pour eux aussi,on ne reclame la liberalisation? Non?Alors meme logique pour le cannabis: c'est deja interdit, ça reste interdit. Et les "recreatifs",au lieu d'alimenter les caisses de l'Etat par des taxes, les rempliront par des amendes.Ca leur coutera peut etre pas plus cher...
  • 19/03/2018 à 22:38
    Fred18
    alerter
    Ils n'ont pas été interdit, ils ont été listé pour etre encadré dans la délivrance.

    Et pour ce qui est de l'ordre des amendes concernant la pratique, vous devriez vous renseigner sur les modalités éxecutoire des procédures sur la question.
    Vous seriez très surpris des recommandations des parquets sur le sujet...

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Enquête flash

Etes-vous favorable à un assouplissement des règles concernant la publicité pour les officines ?




Revue

Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK