30/10/2017 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..
Appli, smartphone, pharmacie, L'Oréal, communication LoboStudioHamburg sur Pixabay

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : un Français sur deux utilise les réseaux sociaux mais seulement 2 % des pharmacies ont une page Facebook, a estimé Jean-Michel Onillon, consultant social media chez Intuiti, le 26 octobre dernier, lors d’une convention Master Pharmacien organisée par L’Oréal Cosmétique active sur la thématique de la pharmacie à l’heure du consommateur ultra-connecté.

Comment d’ailleurs, dans l’avenir, se servir au mieux des réseaux sociaux ? Jean-Michel Onillon a mis l’accent sur 3 points.


- Réaffirmer le rôle du pharmacien.
« Le pharmacien a un rôle décisif dans l’information sur la santé des patients, il faut oublier dans un premier temps la logique e-commerce », enseigne le consultant. Pour l’aspect commercial de la chose, il faut donc être patient.

- Intégrer les réseaux sociaux à la relation client/pharmacien.
En effet, le niveau d’attente des patients consommateurs est accru : avis en ligne, utilisation des applis de messagerie pour un échange « one to one » avec le professionnel. Ce sont des éléments à prendre en compte dans une réflexion stratégique car l’animation peut vite prendre beaucoup de temps. D’autant que la conduite idéale veut que l’on partage sur les réseaux sociaux des conseils utiles à ses patients, que l’on écoute et prenne en compte leurs avis, même s’ils sont un peu abrupts. « Il faut assumer d’être dans une communication et savoir anticiper cette relation », prévient Jean-Michel Onillon. Les plus habiles sauront se servir des réseaux sociaux pour incarner la relation client. Ils n’hésiteront pas à se mettre en scène mais pas n’importe quand et n’importe comment, le but étant de ne jamais perdre de vue la nécessité d’une promotion « aussi intelligente que ciblée ».

Dès lors, aboutir au troisième point est à portée de main :
- Recréer l’envie pour le patient consommateur de (re)venir sur le point de vente.






Les dernières réactions

  • 30/10/2017 à 23:24
    brucine
    alerter
    Je suppose que le terme "intérêt", et qui d'ailleurs peut aussi bien être négatif, est employé au sens économique du terme.

    Comment peut-on faire les louanges d'une engeance où tout un chacun s'exprime sans aucun contrôle de manière plus ou moins anonyme, un truc qui est à la presse ce que Closer est à la littérature?

    Le fonctionnement même en est vicié, puisque reposant sur l'auto satisfaction des uns ou des autres ou son contraire sans savoir si elle n'est pas dictée et sans discussion ouverts reposant sur des arguments solides.

    Mais vivement donc le Trip Advisor des professions de santé, puisque des tordus du marketing semblent trouver indispensable d'ainsi se prostituer.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Délivrez-vous régulièrement des tire-lait ?



Revue


Forum

Exprimez-vous et échangez avec vos confrères sur les forums


Service "Les médicaments à délivrance particulière"

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK