Vente en ligne de médicaments : un projet de loi est bel et bien dans les tuyaux - 31/01/2024 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
31/01/2024 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Vente en ligne de médicaments : un projet de loi est bel et bien dans les tuyaux

Au lendemain, de l'annonce du premier ministre, Gabriel Attal, d'un projet de loi sur la vente en ligne de médicaments en 2024, l'Ordre et les syndicats professionnels n'ont pas caché leur inquiétude. 
Getty Images/iStockphoto

« C’est le retour d’un vieux serpent de mer ! » admettent d’une même voix Pierre-Olivier Variot, président de l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine (USPO) et Valérian Ponsinet, membre du bureau national de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) et en charge du numérique. Ils estiment tous deux qu'il va falloir calmer les ardeurs du gouvernement. Valérian Ponsinet considère même que « c’est une annonce idiote, juste pour donner l’impression que le gouvernement n'oublie pas les pharmaciens ! ». À l'Ordre national des pharmaciens, l'effet de surprise a été moins important et l’annonce est d'ores et déjà prise très au sérieux. « Nous avions eu vent d'un projet de libéralisation, concède un porte-parole, mais nous avons été un peu pris de court par le timing. » Laurent Filoche, président de l’Union des groupements de pharmaciens d'officine (UDGPO) et Talel Hakimi, fondateur de Livmed’s, expliquent avoir été reçus par la direction générale des entreprises (DGE) et de la santé (DGS) à plusieurs reprises.

Un projet de loi aux lourdes conséquences éventuelles

Passé l'effet de surprise, tous estiment que ce projet de loi s'apparente à l’autorisation des plateformes de vente en ligne de médicaments. Valérian Ponsinet pose un premier bémol : « l’idée de commander des médicaments de son canapé ne va pas du tout dans le sens d’une consommation raisonnée ». Pierre-Olivier Variot met également en garde sur d'éventuelles conséquences lourdes de sens pour la profession. « Cette idée va mettre à mal le maillage officinal actuellement en péril. » Au contraire, Talel Hakimi voit dans cette annonce, « l'occasion de réfléchir tous ensemble : Ordre, syndicats et prestataires techniques sur une solution permettant à tous de gagner, au service du patient et de la santé publique. » Les travaux sur ce projet de loi ne devraient pas commencer avant que la Cour de justice de l’Union européenne ne donne sa décision sur l’affaire opposant DocMorris et l’UDGPO.



Anne-Charlotte Navarro

Les dernières réactions

  • 31/01/2024 à 21:19
    Jean47
    alerter
    Toutes les officines françaises vont être en vente cette année ...
  • 31/01/2024 à 21:32
    Rixtou
    alerter
    Cadeau à amazon, macronie fait une politique de terre brûlée, ils sont pas la pour construire mais pour détruire. Tout les Français sont dans de beaux draps. Il va falloir se mettre avec les agriculteurs.
  • 01/02/2024 à 06:48
    Calomel
    alerter
    « Détruire ce qu’est la France » Macron 2016,
    Détruire ce qu’est la pharmacie , logique .
  • 01/02/2024 à 10:58
    OJF
    alerter
    Et Amazon qui fait de l'optimisation fiscale. Les maigres impôts payés iront en Irlande ou au Luxembourg.
  • 01/02/2024 à 11:09
    Industrie
    alerter
    En Allemagne tu vas en pharmacie tu paies 10 euros non remboursés par ordonnance
    Tu passes par internet , le site internet ( doc morris , zur rose ) te fait cadeau des 10 euros.
    Les pharmacies ne se vendent plus très cher du coup ...( 20 % du CA )
    Vous voila prévenus.
    Il est clair que le manque de pharmaciens va accélérer les réformes nous concernant.

  • 01/02/2024 à 12:05
    DOcpharm
    alerter
    Lorsqu'une profession est en difficulté, il est attendu un soutien des gouvernement. Force de constater que l'appel de l'opportunisme financier est plus fort.

    Au péril des patients de demain.
    S'il le faut, et si nous ne sommes pas entendu, une grève générale sera de mise.
  • 01/02/2024 à 16:55
    BREZHONEG
    alerter
    Bon,et bien,on pourrait peut etre preparer une action,histoire de mourir en beauté?
  • 03/02/2024 à 09:45

    alerter
    J'y vois-là l'occasion d'une grève générale de toutes les officine si ce projet de loi se confirme... Et pour une fois, j'ose espérer que la profession sera solidaire (ça touchera autant les petites que les grosses officines...)

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Pourrez-vous respecter la minute de silence en mémoire de votre consœur de Guyane le samedi 20 avril ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !