Vaccins anti-Covid-19 : qu'en est-il du surrisque cardiovasculaire ? - 19/01/2022 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
19/01/2022 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Vaccins anti-Covid-19 : qu'en est-il du surrisque cardiovasculaire ?

Getty Images/iStockphoto

Les vaccins anti-Covid-19 à ARNm (Comirnaty de Pfizer/BioNTech, Spikevax de Moderna) n’augmentent pas le risque d’évènements cardiovasculaires graves (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral ou embolie pulmonaire) chez les personnes de 18 à 74 ans, dans les 3 semaines qui suivent la première ou la deuxième injection, conclut l’enquête pharmaco-épidémiologique Epi-Phare (groupement d’intérêt scientifique ANSM-Cnam) basée sur les données du Système national des données de santé (SNDS), et publiée ce 18 janvier. Une étude similaire menée chez les personnes âgées de 75 ans et plus montrait déjà, en juillet dernier, l’absence de lien entre la survenue d’événements cardiovasculaires graves et Comirnaty dans les 14 jours suivant la vaccination.  

Le constat est plus sévère avec les vaccins à adénovirus (Vaxzevria d’AstraZenecz, Janssen), qui apparaissent associés à une « légère » augmentation du risque d'infarctus du myocarde et, pour Vaxzevria, d'embolie pulmonaire chez les adultes, dans les deux semaines suivant l’injection. « D’après nos estimations, l’augmentation atteindrait de l’ordre de 30 % pour les risques d'embolie pulmonaire et d'infarctus aigu du myocarde au cours de la deuxième semaine suivant la première dose de Vaxzevria », expliquent les auteurs.

L’étude a été menée selon la méthode de séries de cas autocontrôlés sur les adultes de moins de 75 ans vaccinés ou non, admis à l'hôpital en France entre le 27 décembre 2020 (date de mise à disposition des premiers vaccins contre le Covid-19) et le 20 juillet 2021, sur la base des 46 millions de Français de 18 à 74 ans. Soit 18 232 personnes hospitalisées pour embolie pulmonaire, 38 054 pour infarctus du myocarde, 27 626 pour accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique et 10 040 pour AVC hémorragique.

Par ailleurs, l’ANSM recommande à toute personne présentant des symptômes tels qu’une dyspnée, des douleurs dans la poitrine, des palpitations ou un rythme cardiaque irrégulier de consulter rapidement un médecin.



Anne-Hélène Collin

Les dernières réactions

  • 19/01/2022 à 21:15

    alerter
    Merci pour ces détails !
  • 20/01/2022 à 06:50
    dede17
    alerter
    Je m’etonne de ses résultats car 3 de mes patients (petite officine) ont fait un problème cardiaque avec séquelles à vie avec pfizer et moderna...
  • 20/01/2022 à 11:30
    Enspiké
    alerter
    Apparemment,comme notre ministre de la Santé , Le Moniteur ne connaît pas le VAERS .
    Au fait pourquoi une question est apparue à ce sujet sur le questionnaire pré vaccinal ?

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Prévoyez-vous de fermer votre officine le 30 mai prochain en signe de protestation ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !