Transition écologique : le poids du médicament dans l’empreinte carbone - 20/04/2023 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
20/04/2023 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Transition écologique : le poids du médicament dans l’empreinte carbone

Le changement climatique pèse sur la santé des populations mais la santé pèse aussi sur le changement climatique. Elle pèse lourd. Focus sur le médicament et la pharmacie d'officine, d'après le rapport « Décarboner la santé pour soigner durablement» de The Shift Project, rendu public le 18 avril.
Getty Images/iStockphoto

Les soignants ont une lourde empreinte carbone. Consommation de gaz médicaux, électricité, transport des usagers, déchets… : le secteur de la santé (administration, complémentaires santé, professionnels de santé libéraux, acteurs des secteurs médicaux et médicosociaux) émet entre 40 et 61 millions de tonnes de gaz à effet de serre (GES) par an, « soit entre 6,6 % et 10 % de l’empreinte carbone de la France », estime The Shift Project, think tank sur la transition écologique avec pour objectif de décarboner l’économie, dans son rapport sur le secteur de la santé publié le 18 avril. A titre comparatif, un Français émet 9 tonnes de CO2 par an. « Il est donc inévitable que ce secteur, à l’image de tous les autres, fasse sa part dans la nécessaire baisse des émissions de 5 % par an jusqu’en 2050 qui permet de rester sous les + 2° C », souligne The Shift Project. C'est même « urgent ».

L’achat de médicaments (de l’extraction de la matière première nécessaire aux principes actifs, aux excipients, aux solvants ou aux emballages, à la sortie d’usine des produits prêts à être vendus en pharmacie de ville ou d’hôpital pour le consommateur final) est le poste le plus polluant du secteur, avec 29 % de ses émissions, soit 14,5 millions de tonnes de CO2, dont 10,65 millions de tonnes de CO2 pour l'officine. En ajoutant l’achat de dispositifs médicaux (21 %), l’achat de produits de santé représente la moitié des émissions de GES du secteur.

Des solutions pour décarboner l’officine

Pour réduire les émissions, The Shift Project propose des solutions. Par exemple, sur le médicament : conditionner la délivrance ou le renouvellement de l’autorisation de mise sur le marché (AMM) à la publication du contenu carbone du produit, mettre en place une politique d’achats écoresponsable, relocaliser partiellement certaines molécules essentielles en Europe, diminuer le recours aux médicaments et réduire la quantité de médicaments non utilisés (MNU). Oui, mais comment ? Au niveau de l’officine, imposer la prescription et le conditionnement des médicaments en multiples de semaines, réorienter les officines vers du travail de pharmacie clinique centrée autour du patient avec une reconnaissance financière, faire évoluer le décret du pharmacien correspondant et développer le métier de pharmacien clinicien en équipe de soins coordonnée, propose The Shift Project. Qui ose : « décorréler entièrement la rémunération du pharmacien par la Caisse nationale de l'Assurance maladie (Cnam) du volume de médicament ».



Anne-Hélène Collin

Les dernières réactions

  • 20/04/2023 à 10:10

    alerter
    Arrêter mes boîtes souvent c'est possible! Et les gros cartons pour 2 boites!!!!
  • 20/04/2023 à 10:37
    Nicolas 34
    alerter
    Les ecolos français préfèrent polluer la Chine et l'Inde et faire fabriquer tous nos médicaments la bas pour se donner bonne conscience politique en nous refaisant le coup du nuage de Tchernobyl qui s'arrête à nos frontières...C'est risible.
    Et nous sommes alors à la merci du moindre grain de sable dans la machine qui entraîne des ruptures.
  • 21/04/2023 à 05:57
    x
    alerter
    Arrêtons de soigner ! Cela diminuera la pollution et fera faire d'énormes économies à la Sécu
    LOL
  • 21/04/2023 à 10:29
    Nicojo
    alerter
    Il est grand temps de revoir le contenu des prescriptions, qui contiennent une bonne partie de médicaments prescrits hors recommandations (ipp, anxyo, antidep...). Quand on voit le nombre de médicaments encore prescrits pour un simple rhume, ou la palette de médicaments préventifs pour des patients de 90 ans...

    Il serait grand temps de remettre un peu plus de responsabilité dans les mains des pharmaciens, que ce soit sur la deprescription, et sur la critique de fond de celles-ci. Mais pour ça il va falloir arrêter d'être rémunéré à la boite, ce qui est totalement inadapté à un système qui doit limiter sa consommation.
  • 21/04/2023 à 11:23
    Marie Odile Marchal, Pharmacien titulaire
    alerter
    Il faudra aussi convaincre les prescripteurs qui, pour une proportion non négligeable, n'apprécient pas que l'on ose discuter leurs prescriptions , et les patients qui, pour la plupart, ne sont pas prêts à voir leur tratiement se réduire.....d'autant que c'est "gratuit"....
  • 21/04/2023 à 11:53
    Nicojo
    alerter
    Totalement, c'est une révision totale de notre manière de fonctionner, qui aujourd'hui est essentiellement basée sur la consommation. Et également une refonte de notre système de santé qui aujourd'hui est plus basé sur le curatif que sur le préventif, avec tout les effets néfastes qui en découlent (pression des patients pour avoir des ttt, certains médecins qui sont toujours dans l'idée de tout soigner par tout les moyens...).

    Bref, une refonte totale de notre culture du soin, qui n'est pas compatible avec les objectifs climatiques. Et le climat, lui, ne nous attendra pas...
  • 21/04/2023 à 17:35
    Nicolas 34
    alerter
    @Nicojo
    Ne soyez pas si sensible à la propagande climatique....
    Notre planète a connu depuis la nuit temps des periodes de glaciation et de réchauffement....sauf que BFm n'existait pas ....
    Et les hommes ont alors inventé des dieux ( dieu du vent , dieu de la pluie , dieu du tonnerre, dieu du soleil ) pour expliquer un phénomène naturel et avoir ainsi une main mise sur les hommes pour les diriger...
    Ne soyez pas si naif....ou allez vivre au temps des incas ....mais par pitié ne réalisez pas de savrifice humain , ça ne fonctionne pas ....tout comme l'homeopathie du reste.
    Et comme me le disait Mme Michu au comptoir, heureusement que nous sommes dans un cycle de réchauffement vu le prix de l'énergie....
  • 21/04/2023 à 18:14
    Nicojo
    alerter
    @Nicolas 34
    Rassurez moi, vous n'avez pas fait d'étude scientifiques et n'avez jamais lu les articles scientifiques compilés par le GIEC pour sortir de telles inepties ?
    Il y a toujours eu des cycles, mais jamais avec une telle cinétique. C'est bien le problème, aucune biodiversité ne peux s'adapter aussi rapidement à des changement aussi brutaux qui normalement s'effectuent sur plusieurs millénaires et non sur quelques décennies. Et je vous parle même pas du retentissement sur nos sociétés par exemple sur le plan alimentaire, jetez donc un oeil sur ce qui se passe en Espagne actuellement ;)

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !