Tensions d’approvisionnement : toute l’Europe est logée à la même enseigne - 02/02/2024 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
02/02/2024 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Tensions d’approvisionnement : toute l’Europe est logée à la même enseigne

Getty Images

Le Groupement pharmaceutique de l'Union européenne (GPUE) a mené une enquête entre le 4 décembre 2023 et le 17 janvier 2024 sur les ruptures d'approvisionnement en médicaments et dispositifs médicaux à l'officine, indique l’Ordre des pharmaciens. 26 pays membres du GPUE y ont répondu et tous ont subi des ruptures en 2023. Plus précisément, la situation a empiré dans 17 pays et est restée inchangée dans 6. Seuls 3 pays ont vu leur situation s’améliorer.

Les anti-infectieux systémiques tels que les antibiotiques, les médicaments ciblant le système nerveux et les traitements des maladies cardiovasculaires comptent parmi les manquant les plus fréquents.

69 % des pays ont aussi subi des ruptures de dispositifs médicaux (DM).

Dites-moi pourquoi

Les causes de pénuries les plus fréquentes sont l’interruption du processus industriel (65 %), les stratégies nationales de fixation des prix et d’approvisionnement telles que les appels d’offres (62 %) et une hausse inattendue de la demande (50 %).

Pour les patients, les ruptures ont occasionné des interruptions de traitement (88 %), une hausse du ticket modérateur (73 %), une moindre efficacité du traitement (73 %), voire des erreurs médicamenteuses à la prise du nouveau traitement (35 %), des effets indésirables ou une toxicité accrue (15 %).

Que de temps et d’argent perdus

En officine, le temps passé à limiter les ruptures est évalué en moyenne à 9h30 par semaine. C’est 3 heures de plus qu’en 2022 ! Le dispositif officinal face aux ruptures inclut les préparations (50 %), le recours à un dosage différent en ajustant la posologie (50 %), voire le recours à d’autres types de fournisseurs (38 %). La substitution thérapeutique n’est possible que dans 19 % des pays. Un point qui n’est pas de nature à atténuer la démotivation du personnel engendrée par les ruptures de stock dans les officines.



Laurent Lefort

Les dernières réactions

  • 03/02/2024 à 20:47

    alerter
    Ras le bol des ruptures
  • 05/02/2024 à 13:56
    BREZHONEG
    alerter
    C'est bien pratique pour "maitriser" les depenses Ca m'etonnerait que ce soit la France le premier pays où ça s'arrette ......(si un jour,ça s'arrete....).Quand au temps et à l'argent perdus, c'est chez les potards que ça se passe,hein !!!

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Pourrez-vous respecter la minute de silence en mémoire de votre consœur de Guyane le samedi 20 avril ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !