08/11/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Anne-Charlotte Navarro

Suite à un contrôle, la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) de l’Artois réclame à la pharmacie O. le remboursement d’un indu correspondant à des délivrances à un seul assuré, entre le 1er septembre 2009 et le 31 aout 2010, de spécialités contenant de la buprénorphine haut dosage. La caisse reproche à la pharmacie d’avoir dispensé les médicaments sur présentation d’ordonnances non sécurisées et sans indication du nom du pharmacien chargé de la délivrance. Le pharmacien saisit le tribunal des affaires de Sécurité sociale (TAS). Le TAS estime que l'action en recouvrement de l'indu ne peut tendre qu'à la restitution par le ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Moniteur des pharmacies où et quand vous voulez sur papier, PC/Mac, iPad, iPhone, smartphone et tablette Android


Abonnez-vous

Les dernières réactions

  • 12/11/2019 à 16:56
    Guillaume Allard, Pharmacien adjoint
    alerter
    Il faut vraiment être incapable pour délivrer du Subu sur une ordonnance non sécurisée sérieux ! Par contre si la Sécurité Sociale à le temps de faire ce genre d'investigations, je les invite à se pencher sur le cas de certains médecins G qui prescrivent du Skenan LP 200 mg à des personnes ne présentant pas l'indication ! Il y a un mois j'ai dû moi même mener mon investigation : un couple avec la même CV, qui vient pour du skenan LP 200 2/j un vendredi soir (pratique), si je n'avais pas eu le pharmacien qui bosse à côté de chez le médecin j'aurai eu un méchant courrier avec indu je pense.
    A quoi sert le DMP et le DP ?
  • 13/11/2019 à 07:50
    rab74
    alerter
    et la délivrance aux personnes en Epahd: 2 AR pour le même prix par semaine pour un traitement de 1 mois par actiq...de toutes façons, va bien falloir payer le gros chèque que MMe Buzyn vient de faire aux services hospitaliers! c'est sûr que l'idéal, quelque soit le produit et à fortiori, avec les stupéfiants, c'est la sécurisation avec consultation du DP et du DMP. Mais malheur à celui qui vient de changer de caisse ou qui bataille pour faire refaire une CV défaillante! et surtout, malheur au pharmacien qui va devoir s'en occuper!

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Avec un recul de quelques semaines, est-ce finalement facile de vacciner à l’officine ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK