Salariés en surchauffe : les syndicats revendiquent une revalorisation générale des salaires - 25/01/2022 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
25/01/2022 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Salariés en surchauffe : les syndicats revendiquent une revalorisation générale des salaires

DR


« C’est un raz-de-marée. Entre les tests antigéniques, la vaccination et les pathologies hivernales, l’activité des officines a, ces dernières semaines, littéralement explosé, assure Olivier Clarhaut, secrétaire fédéral en charge de la pharmacie d’officine à Force Ouvrière. Et les informations qui remontent de nos syndicats régionaux font état d’une dégradation des conditions de travail, mais aussi d’une véritable souffrance psychologique entraînant des arrêts de travail et des démissions en cascade ».

Une vraie augmentation des salaires

Sur le pont depuis bientôt deux ans, les salariés attendent également les retombées de leur investissement d’après Joël Grebil, secrétaire général d’UNSA Chimie Pharmacie. « Si nous avons obtenu une augmentation de 3 % lors des négociations salariales en novembre dernier, la chambre patronale majoritaire a refusé le principe d’une rémunération complémentaire que nous demandions pour la réalisation des tests et de la vaccination liée au Covid-19, en arguant qu’elle n’avait pas de mandat pour mener une telle négociation ». Malgré ce refus, les syndicats vont revenir à la charge. « Nous avons inscrit cette revendication à l’ordre du jour de la commission paritaire permanente de négociation et d’interprétation qui s’est tenue ce lundi 24 janvier », confirme Stevan Jovanovic, secrétaire fédéral en charge de la CFDT Santé Sociaux qui entend également, comme les autres centrales, se battre pour revaloriser les salaires. « Nous demandons que le coefficient 100 soit placé à 10 % au-dessus du Smic pour le premier coefficient de la grille, et que le coefficient 430 des cadres corresponde, lui, au plafond de la sécurité sociale, comme cela avait été accepté en 2008, mais cet engagement n’a jamais été vraiment tenu », rappelle Stevan Jovanovic. « Alors que les pharmacies ont de plus en plus de mal à attirer des pharmaciens et des préparateurs, il est plus que temps d’engager une politique salariale digne de ce nom qui mettrait un terme à plusieurs décennies d’indigence, les rémunérations proposées aux préparateurs et aux pharmaciens n’étant pas en adéquation avec leurs diplômes et leurs responsabilités », ajoute Olivier Clarhaut. Force Ouvrière n’entend d’ailleurs pas se satisfaire des 3 % d’augmentation obtenus en novembre dernier. « Ils ne font que corriger les 2,8 % d’inflation enregistrés l’année dernière, et ne s’appliqueront qu’après l’extension de l’accord par le ministère du Travail. Il faudra donc renégocier si les prix continuent d’augmenter afin de limiter les pertes d’achat pour les salariés », prévient Olivier Clarhaut.

Des conditions de travail qui se dégradent

En matière de condition de travail, les centrales restent tout aussi vigilantes. « Entre les nouvelles missions à assumer, les clients agressifs, et des conditions de garde souvent compliquées, de nombreux salariés se retrouvent en situation difficile, constate Stevan Jovanovic. Or, il est de la responsabilité des titulaires de protéger la santé physique et mentale de leurs équipes. Ils doivent donc leur distribuer les équipements de protection afin d’éviter les contaminations, mais aussi mettre en place une organisation respectueuse des amplitudes horaires dans laquelle les heures supplémentaires sont réellement payées », conclut Stevan Jovanovic.



Yves Rivoal

Les dernières réactions

  • 25/01/2022 à 13:18
    Bishop
    alerter
  • 25/01/2022 à 13:51

    alerter
    On attend une revalorisation pour un préparateur car trop d écart avec les pharmaciens pour le meme travail aujourd'hui et en plus des tests , des vaccins alors au moins deux mille net ce serait déjà pas mal .
  • 25/01/2022 à 20:55
    MrsAngie
    alerter
    Ah bin enfin j essaye de remuer ciel et terre pour qu on nous entendent. Nous sommes au front depuis 2 ans et toujours plus de boulot en plus(qui n à rien à voir avec notre métier de base) pour pas un euros de plus.
    Nous craquons tous petit à petit. Covid matin jusqu au soir.. Entendre les gamins hurler toute la journée dans la phamracie quand ils se font testés ce n est plus possible. Nous n en pouvons plus de subir la situation et notre métier.
  • 25/01/2022 à 20:59
    dede17
    alerter
    de toute façon ils sont déjà payés au dessus de la grille et ça c’est pour ceux qu’on essaie d’embaucher. Pour ma part j’en suis à 1 an de recherche et moi comme 5 de mes confrères à moins 20 km à la ronde, personne ne répond à nos offres. on va les augmenter alors qu’ils ont l’embarra du choix et que les employeurs tirent la langue du matin au soir du lundi au dimanche. Alors ok pour augmenter les salaires mais augmentons aussi leurs tâches et compétences.
  • 25/01/2022 à 21:31
    Termaji22
    alerter
    @dede17:
    Ce discours n est pas entendable en Janvier 2022!
    Les préparateurs ce sont des gens qui ont le bac,qui ont appris la pharmacologie et qui ont des responsabilités sur la délivrance des médicaments.Ils font en plus de leurs compétences souvent tests et vaccinations,s ils ne le font pas ,ils assurent le comptoir alors que les pharmaciens de l équipe assurent tests et vaccinations.
    Ils ont un surcroît de travail ,de stress.
    Vous ne pouvez vous passer de ces salariés et vous en cherchez pour étoffer votre équipe.Ben c est juste la loi de l offre et de la demande et si vous ne trouvez pas de candidat,posez vous les bonnes questions!
  • 26/01/2022 à 08:15
    exactement
    alerter
    @Termaji22: Non, il y a des zones vraiment sinistrées en personnel. Ici pas de tests pas de vaccination et pourtant nous n'y arrivons plus. Devant l'agressivité des gens et "l'ambiance covid", beaucoup ont carrément changé de métier, et les candidats ne se bousculent pas. Pas que chez moi. Les équipes sont à bout mais les titulaires aussi, travailler 6 jours sur 7 sans vacances depuis plusieurs années, dsl ça tire aussi pour les méchants titulaires, qui au taux horaire ne gagnent pas forcément plus... Oui l'équipe a besoin de revalorisation, mais pas que... les patrons aussi... Et surtout une prise de conscience de la population (pas que dans notre métier, dans tous les métiers au contact avec les gens).
  • 26/01/2022 à 09:10
    Eleglin
    alerter
    @dede17 : ca c est un raisonnement que vous pouviez tenir qd vous aviez une pile de CV sur votre bureau. La donne s est inversée, et les titulaires par le truchement de leurs syndicats ont obtenu de l Etat de nouvelles activités rémunérées. Il est donc assez logique que les salariés demandent une revalorisation du salaire pour des tâches qui ne figuraient pas sur leur contrat. S il n y a pas les liquidités pour assumer ces augmentations, il faut s interroger sur la capacité des syndicats patronaux à negocier les honoraires des nouvelles missions et limiter les baisses de marge liees aux politiques de financement de la secu
  • 27/01/2022 à 05:30
    Sidonie
    alerter
    Si une revalorisation de salaire est justifiée et justifiable, il n'en reste pas moins que la CPAM, est en position dominante, et le seul donneur d'ordre.
    Pensez-vous sérieusement que la CPAM va prendre en charge l'augmentation incroyable due à la gratuité des nouvelles missions, sans se rattraper sur d'autres secteurs en particulier sur la marge des médicaments.
    Bien sur que non, au final la surcharge de travail ne sera pas rémunéré.
  • 27/01/2022 à 09:27
    Eleglin
    alerter
    @sidonie : bien sur que la cpam se rattrapera facilement, puisqu elle connait l incroyable solidarité de notre profession. Le jour où il y aura une grève assumée et respectée par le reseau, les poules auront des dents. Au moins, les medecins essaient de se faire entendre.
  • 27/01/2022 à 18:36
    BREZHONEG
    alerter
    A quelques semaine de l'election,on pourrait ,par exemple, faire une grosse campagne pour la Grande Secu.Tout le monde à 100% !!!.Ca mettrait tous les candidats ,pris a contre pied pour cause de conflits d'interets divers et variés,dans une bouillie politique les couvrant tous de ridicule.Mais ça doit etre trop compliqué d'editer l'affiche et de la scotcher sur la vitrine.....et nos Presidents Professionnels, devenus aussi Conseillers Techniques rémunérés --pardon, défrayés-- par des Complementaires,sont toujours fermement décidés à ce que les confreres de base n'abordent pas la question.Donc il faut les court cicuiter par les reseaux sociaux., ...et ça se fera,vite, bien,sans fatigue et sans frais, avec la Population d'accord sur l'Idée !!! Tous a 100% cmu pour tout le monde !

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Pourrez-vous respecter la minute de silence en mémoire de votre consœur de Guyane le samedi 20 avril ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !