Salaires à l'officine : le Smic en hausse, mais le point ? - 05/01/2024 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
05/01/2024 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Salaires à l'officine : le Smic en hausse, mais le point ?

Le décret du 20 décembre 2023 publié au Journal officiel le 21 décembre augmente le Smic de 1,13 %. Depuis le 1er janvier 2024, la grille des rémunérations à l’officine est rattrapée par cette augmentation.
Getty Images/iStockphoto

Pour 2024, le montant du Smic horaire est de 11,65 € brut soit 1766,92 € brut pour un salarié à temps complet (35 heures par semaine).

Cette augmentation profite aux salariés de l’officine ayant un coefficient compris entre 100 et 220 inclus. En effet, la grille de rémunération négociée par les partenaires sociaux prévoyait un salaire inférieur à ce minimum. Ces salariés verront donc leur rémunération augmenter au mois de janvier.

Pour les autres collaborateurs, les partenaires sociaux devraient se réunir à la fin du mois pour échanger entre autres sur la valeur du point. En coulisse, côté employeurs, il se dit que « l’augmentation du Smic étant inférieure aux prévisions, il pourrait y avoir une petite marge de négociation ». Les représentants des salariés vont en effet demander une revalorisation des salaires. « En janvier, les négociations avec l’Assurance maladie devraient avoir avancé, les employeurs devraient être en mesure de valoriser les salaires », espère Christelle Degrelle, représentante de la CFE-CGC pour les négociations salariales. « La pénurie de salariés à l’officine s’explique en partie par les salaires, mais les négociations sur la valorisation des coefficients ont été arrêtées sur décision de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), remarque Olivier Clarhaut représentant de FO pour la pharmacie d’officine. Il faut que l’implication et le professionnalisme des équipes soient reconnus. »



Anne-Charlotte Navarro

Les dernières réactions

  • 05/01/2024 à 15:50
    Vanessa
    alerter
    Ils s'en foutent , ils sont à Courchevel !
  • 05/01/2024 à 15:58
    Moussss19
    alerter
    Bonne annee 2024. Pourquoi ne pas revoir également l'application de l'ancienneté chaque année et non pas tout les 3 ans. D'autre part l'application qd on change d'employeur.. C plus juste. Non !
  • 05/01/2024 à 17:57
    phil83
    alerter
    @vanessa gros cliché non??
  • 06/01/2024 à 12:15
    OJF
    alerter
    Espérons aussi une revalorisation de la marge en parallèle.
  • 06/01/2024 à 20:05
    HDP
    alerter
    Malheureusement les salaires en officines ne sont pas à la hauteur des responsabilités.
    Que ce soit pour les préparateurs ou les assistants, c’est récurrent et au lieu d’être attractifs, ils sont un repoussoir pour les candidats tentés par l’exercice officinal.
    Dommage car il est de plus en plus difficile de recruter du personnel ayant envie de s’investir dans la profession.
  • 09/01/2024 à 12:21
    erwann
    alerter
    Bonjour Vanessa. Titulaire d'une pharmacie avec 2 préparatrices, une assistante et une apprentie en personnel théorique (en pratique c'est fortement compliqué d'avoir ça) j'ai pris ma 1ère semaine complète de congés depuis 2 ans début janvier. N'hésitez pas à faire preuve d'un peu de retenue dans vos propos.
    Cordialement
  • 11/01/2024 à 16:45
    Lizie
    alerter
    Bonjour
    Préparatrice en pharmacie depuis 25 ans,je considère que mon salaire n est pas à la hauteur de mes compétences, ni du niveau de notre responsabilité au comptoir ,je rejoins donc Vanessa.
    Mr Erwann,votre réponse est décalée face au commentaire de Vanessa , vos décisions personnelles face à vos vacances n ont rien à voir avec le salaire de vos employés.
    Pharmaciens titulaires n 'oubliez pas que sans préparateurs votre boutique tournerait peu , voilà le fossé entre les deux corps de métier pourtant inséparables.
  • 18/01/2024 à 07:42
    chris80
    alerter
    Comme d abitude il y aura 1000 raisons pour ne pas gratifier le personnel. On parle de la baisse des marges, de la baisse de prix des medicaments,mais on parle peut que il y a 15 an en arriere la paperasse nécessité le double de boulot, donc plus de personnel. ( decoller les vignettes, envoyer les factures via la poste apres verification que en amont rien ne soit oublié, envois aux mutuelle etc... de toute manière a ecouter les titulaires on est peut engagé ( quelque fois qu on oserais demander une augmentation...) et ils sont obligé de se priver pour deja nous payer le minimum... mais bon dans la réalité. SI on est engagé . Mais a force je peux comprendre que la lassitude fait que a terme on puisse se dire salaire minimum, engagement minimum. Je n en suis pas encore la mais ... a mis carriere avec casi plus de perspective... depuis 20 ans le meme discours. Ca lasse.
  • 26/01/2024 à 13:28
    Gablil
    alerter
    Bonjour,
    Preparatrice depuis pres de 30 ans, j’atteins difficilement les 2000€ en ayant 15% d’ancienneté …quand on voit certains corps de métier qui n’ont aucune responsabilité les font largementen débutant, je comprends que les jeunes n’aient pas envie de faire préparateur. L’ancienneté est bloquée à 15 ans soit 14 ans que je vois mon salaire ne pas augmenter car il faut attendre 7 puis 8 ans pour avoir une augmentation de l’échelon…
    Au vu de la crise, on tourne à effectif réduit et on nous demande de plus en plus de responsabilités (vaccinations, tests, piluliers…) et nos salaires restent bas.
    Il serait temps de revoir cette grille et pourquoi pas ajouter quelques échelons pour l’ancienneté…
    On veut bien s’investir et évoluer mais il est temps que ceci ne se fasse pas dans un seul sens et que notre engagement soit reconnu…
  • 26/02/2024 à 21:55
    fabienneb
    alerter
    Toujours plus de taches demandées, toujours plus de spécialisations pour les préparateurs mais aucune reconnaissance point de vue salaire.
    Le smic augmente mais le salaire en pharmacie "recule".
    En début de carrière, je touchais 35 % de plus que le smic horaire.
    Après 30 ans, je ne touche plus que 30 % de plus alors qu'on nous en demande toujours plus et que nous nous sommes imposables !
    Comment attirer des jeunes dans la profession avec une telle différence ?
    Il sera bientôt plus rentable de travailler au smic que d'être préparateur.
    Au smic : pas d'impôts (ou très peu), des aides d'état, etc....
    Nous: impôts à gogo, aucune aide, ... Au final gagnons-nous vraiment plus qu'un smicard en salaire net?
    Le calcul serait à faire et pourquoi pas revoir son plan de carrière pour avoir moins de responsabilité, donc moins de stress et donc une qualité de vie supérieure pour un niveau de salaire net quasi équivalent. La question se pose de plus en plus !

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !