Refonte de la grille des salaires : les propositions des patrons - 05/04/2023 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
05/04/2023 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Refonte de la grille des salaires : les propositions des patrons

Pour donner de l’attractivité aux métiers de la pharmacie d’officine, la chambre patronale se penche sur la possibilité de réviser la grille des salaires. Différentes options seront mises sur la table. On fait le point.
Getty Images/iStockphoto

Le menu de la prochaine Commission paritaire permanente de négociation et d’interprétation (CPPNI), qui se tiendra le 18 avril prochain, s'annonce copieux. La Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) soumettra aux syndicats de salariés deux propositions. « Lors de notre dernière assemblée générale, nous avons beaucoup échangé sur la stratégie à adopter pour relancer le dialogue social et redonner de l’attractivité à nos métiers, confie Philippe Denry, vice-président de la FSPF. Nous allons donc proposer une revalorisation du point afin de ne pas être rattrapés par une nouvelle augmentation du Smic. Nous allons également inviter la CPPNI à plancher sur une rénovation de la classification des métiers de préparateurs et de pharmaciens. »

Relever les coefficients en début de carrière ?

La motion votée lors de l’assemblée générale de la FSPF prévoit de relever les niveaux d'entrée dans la grille. « Les pharmaciens commenceraient en début de carrière au coefficient 470 au lieu de 400, ce qui permettrait d'afficher un salaire de départ d’environ 3 300 € brut, et de réduire ainsi l'écart avec les rémunérations réellement pratiquées qui tournent souvent autour de 3 500 € ou 3 600 €, dévoile Philippe Denry. Les préparateurs titulaires d'un Deust démarreraient, eux, à 250 au lieu de 240, ce qui nous donnerait davantage de marge par rapport aux augmentations du Smic. » La FSPF milite également pour des progressions plus rapides dans la grille. « Nous suggérerons à la CPPNI que les préparateurs puissent accéder à l'échelon 280 en neuf ans, au lieu de quatorze ans aujourd'hui en moyenne, le gain pour accéder aux coefficients 320 étant lui de neuf ans sur l’ensemble de la carrière, annonce Philippe Denry. Les pharmaciens pourraient, eux, aspirer à un coefficient 500 plus rapidement par rapport à ce qui est prévu dans nos classifications. L’idée étant principalement de rendre nos grilles de salaires plus en phase avec les pratiques des officines. »

Ou revaloriser les métiers intermédiaires ?

L’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) arrivera, elle, à la CPPNI sans mandat pour négocier sur ces sujets. « Compte tenu de la situation économique des officines, qui voient leur chiffre d'affaires baisser depuis le début de l'année, je ne suis pas sûr qu'une nouvelle revalorisation du point, après les 6 % que nous avons déjà accordés l'année dernière, soit raisonnable », souligne Pierre-Olivier Variot, le président de l'USPO qui ne cache pas non plus son scepticisme sur la nécessité de relever les niveaux d'entrée dans la grille de classification. « Celle-ci fixe un coefficient minimum, rappelle-t-il. Rien n'interdit aux titulaires d'offrir des salaires supérieurs, et c'est d'ailleurs ce que beaucoup font pour attirer des candidats. Revoir les niveaux d'entrée ne sert donc à nos yeux à rien. En revanche, nous serions favorables à la revalorisation des professions intermédiaires ne nécessitant pas de diplômes en pharmacie, car de plus en plus de titulaires sont amenés à en recruter pour pallier à la pénurie de préparateurs et de pharmaciens. Il y a, à notre sens, une vraie réflexion à engager sur ce sujet car ces collaborateurs ne sont pas assez payés. »

Prudence du côté des salariés

Du côté des syndicats de salariés, la branche pharmacie d'officine de Force Ouvrière accueille avec prudence les propositions de la FSPF. « La FSPF nous avait informé des grandes lignes de ce projet, confie Olivier Clarhaut, son secrétaire fédéral. Cela fait plusieurs années que nous alertons sur la baisse d’'attractivité de nos métiers, qui s'est encore dégradée après la période liée au Covid-19. Je me réjouis donc de voir que le message semble enfin avoir été entendu. Nous serons ouverts à toute négociation qui permettra de revaloriser les salaires et la grille de classification. Je suis en revanche plus sceptique sur le choc d'attractivité annoncé par la FSPF. Tout dépendra des efforts qui seront consentis. J'espère que derrière cette annonce, il y aura une vraie volonté d'avancer, et pas simplement un effet d'affichage ou de communication », conclut Olivier Clarhaut.



Yves Rivoal

Les dernières réactions

  • 05/04/2023 à 12:47
    Kanaprépa
    alerter
    Mais y a t il réellement des préparateurs qui commence au coeff 250 ?
  • 05/04/2023 à 14:10
    Cec123
    alerter
    Le coefficient 330 devrait être obligatoire au bout de 25 ans de carrière et non au bon vouloir du titulaire !
  • 05/04/2023 à 14:17

    alerter
    330 au bout de 25 ans OK et après quelles perspectives!!! Le DPC est le même pour tout le monde pourtant on ne considère pas encore assez le préparateur/trice .
  • 05/04/2023 à 14:17
    Pharma85
    alerter
    Une blague ces propositions, coef 250 pour un DEUST??? c'est certain que ca va attirer des candidats qualifiés au diplôme de préparateur. Pour les pharmaciens plus personne n'embauche au coef 400 ni 470 c'est minimum 500 et ensuite il faut négocier, ce n'est pas avec cette grille que les étudiants vont s'inscrire en fac de pharma, il n'y a aucune perspective d'évolution . Quand à l'augmentation du point, il nous manque 5% depuis l'inflation, je n'en peux plus d'entendre les titulaires se plaindre que leur marge baisse, arrêtez d'acheter vos fonds de commerce à des prix exorbitants pour mieux vous rémunérer ainsi que vos employés et dites à vos syndicats de mieux négocier vos marges et vos honoraires de dispensation.
    De nombreux titulaires empochent des centaines de milliers d'euros à la revente de leur pharmacie, la preuve les prix de cession continuent d'augmenter. Réveillez-vous sinon vous serez tout seul dans vos officines...
  • 05/04/2023 à 17:14
    xxxx
    alerter
    ras le bol des pleurnichards!!!! on veux du fric sinon y auras plus personnes
  • 05/04/2023 à 22:27
    Soso
    alerter
    Aller faire un petit tour dans la grille des autres profession en apprentissage…
    Rien à voir avec la pharmacie
    Remettez-vous en question !!!
  • 05/04/2023 à 23:12
    Vanessa
    alerter
    Les préparateurs sont moins bien payés que les éboueurs....en ayant des horaires ingrats....
    Rentrer à 19h30 ou 20h00 sans pouvoir s'occuper des enfants....
    Et un samedi sur 2 ....
    Faut être maso pour un bac + 2 ou + 3 de choisir cette filière.
  • 06/04/2023 à 09:57
    terminator
    alerter
    Je suis titulaire et je suis d'accord avec les revendications
    Le medicament a servit de variable d'ajustement depuis bien trop longtemps
    Si les politiques ne veulent pas la desertification pharmaceutique apres la desertification medicale , il faudra mettre le prix
    un preparateur ne devrait pas gagner moins de 2500 euros net
    un adjoint moins de4000 et un titulaire moins de 6000
    Pour cela il faut donner a la pharmacie les moyens de son engagement quotidien
    sans cela ce sera - 50% d'officine dans les 5-10 ans a venir
    on sera tres loin d'une officine a moins 1/4 d'heure
  • 06/04/2023 à 09:59
    julie77
    alerter
    Cette grille est une aberration !
    Pourquoi selon vous, tout le monde préfère bosser en intérim ?
  • 06/04/2023 à 15:56
    Jade1607
    alerter
    Future diplômée du DEUST, en reconversion professionnelle, les titulaires proposent de commencer à 250...
    Très motivant pour commencer. Difficile de trouver les arguments pour "négocier"!
  • 08/04/2023 à 00:34
    Fab1
    alerter
    Totalement d’accord avec les commentaires précédents.
    Je me fait l’éco des étudiants de pharmacies
    Ce que les syndicats des titulaires font n’est que de la communication pure, un pharmacien débutant est au coef 500 minimum et pas 470 !
    Les fac de médecine sont remplis parce que ça paie ! Les fac de dentaire sont remplis parce que ça paie ! Les écoles de kine sont remplis à craquer parce que ça paie point barre. Donc arrêter avec vos excuses d’attractivité du métier lié aux nouvelles missions ou bien à l’écologie dans les officines ou encore au manque de visibilité de la filière,bla-bla-bla tout le monde sait que les études de pharma existent, ils ne veulent pas faire ces études pour la simple et bonne raison que ça ne paie absolument pas.
    Un préparateur devrai gagner 2500 euro net et un pharmacien pas moins de 4000 net, 6000 net pour un titulaire (avec ou sans prêt sur le dos) et arrêter de vendre vos officines aussi cher sinon le marché s’en occupera.
  • 08/04/2023 à 09:18
    PharMarx
    alerter
    J adore la réaction de l USPO qui se satisfait de minima conventionnels qui par principe ne devraient plus exister, tant ils sont indignes pour des gens qui ont fait des études et ont la responsabilité de la santé des patients. Le marché du médicament se porte suffisamment bien pour que l argent ruisselle jusqu à ceux en première ligne. Si l officine n est pas en mesure de payer, il faut clairement revoir votre modèle économique, et notamment les prix de cession totalement délirants. Quand les officines crouleront, faute de personnels, et que personne ne voudra prendre le risque de racheter, ne soyez même pas etonnés. En situation de monopole, c est tout de même un sacré gâchis...
  • 08/04/2023 à 09:56
    ingwe
    alerter
    toutes les officines ne se vendent pas à prix élevés.
    il ne faut pas généraliser
    j'ai mis en vente ma pharmacie :aucun acheteur malgré un prix de cession très bas
    je pars quand même en laissant le village sans pharmacie...
  • 08/04/2023 à 11:50
    Sophie 69
    alerter
    Bien d'accord en tant que titulaire ....avec toutes les remarques même si c'est dur de vendre son officine moins chère....
    Pour stopper la fuite des salariés et des vocations :
    - Un preparateur devrait avoir au moins 2500 euos net
    - Un adjoint 4000
    - Un titulaire 6000 dès la premeire année.
    Et pour cela il suffit de ne plus acheter une seule officine à plus de 70 % du chiffre .d'affaire
    Entre 50 et 70 % selon le chiffre et la localisation...
    Les futurs acheteurs doivent en etre conscients.....et ne pas ecouter les transactionanires ou les investisseurs éventuels car c'est vous qui allez bosser dans l'officine et pas eux ....

  • 08/04/2023 à 13:34
    vinz
    alerter
    En effets les salaires sont bien trop bas, mais je trouve, depuis que je suis diplômé (5 ans) que c'est un peu toujours la même chose au niveau de nos représentants, c'est a dire rien.
    Surement encore du copinage et du gonflage d'ego comme nos politiciens qui a part leur intérêt ne font rien si ce n'est le minimum.
    La dernière augmentation c'était 3% mais comme entre temps le coups de la vie avait augmenté de 3% on a re eu 3%, les mises en application sont ultra longues, pourquoi voté un truc et l'appliquer 6 mois après, et pourquoi augmenter au minimum a chaque fois, alors oui je parle en temps qu'adjoint, en temps que titulaire je serai bien moins comptant de ces mesures, mais la je pense qu'on touche le coeur du sujet c'est que l'officine aujourd'hui est un milieux compliqué financièrement, s'il y avait plus d'argent ( plus de marge ) bin les titulaire seraient plus mesure de mieux payer les employé, et eux même
    on est quand même dans un pays ou un BAC +6 travail en sortant pour 2000€ c'est n'import quoi
    il faudrait que les officines se vendent moins cher et que l'état accorde plus de budget
    Mais la encore un autre point, notre état providence je pense qu'il s'éparpille un peu trop
    D'ou l'utiliser que nos représentants se bougent le C*L pour nous et pour eux
    On a quand même le monopole je trouve ça délirant,

    Bref je vais au sport je pousserai plus lourd aujourd'hui AHAH
  • 08/04/2023 à 13:40
    PharMarx
    alerter
    Il faudrait aussi que les salariés se syndiquent et participent aux élections syndicales. Que croyez vous que font vos titulaires ?
  • 08/04/2023 à 14:26
    Nicolas 34
    alerter
    Si les pharmaciens adjoints veulent être augmentés de manière substantielle et on peut les comprendre , il faudra changer leur statut ....et faire en sorte que ce soit de vrais cadres avec RTT( 15 j ou 21 j de vacances en plus ) mais en echange disparition des 35 h hebdomadaires ....
    Sinon les adjoints seraient davantage payés au taux horaire que leur titulaire.
    Un vrai cadre ne compte pas ses heures et a beaucoup plus de responsabilités qu'un non cadre.
  • 08/04/2023 à 14:54
    Pharma85
    alerter
    Nicolas 34 je suis d'accord avec vous mais à part les périodes de vacances des employés et encore je vous assure que mon titulaire ne fait pas 35 h par semaine. Alors oui il y a la paperasse, les factures etc je sais qu'il ne represente pas la majorité des titulaires mais à part ceux qui sont tout seul dans leur pharma je n'en connais aucun qui bosse 50h par semaine.
    Et n'oubliez pas que l'on a également des désavantages, on termine tard le soir et on travaille le week-end (mon titulaire ne fait qu'une fermeture par semaine et est parti à 12h le samedi). Et avoir des rtt c'est bien beau mais si c'est pour les poser au bon vouloir dud titulaire en milieu de semaine au mois de novembre je ne vois pas l'intérêt.
  • 08/04/2023 à 15:10
    Nicolas 34
    alerter
    @pharma85
    Il est clair qu'il faudra aussi que certains titulaires fassent des efforts....
    En terme de management , on se doit d'être exemplaire pour motiver ses salariés.
    Pour eviter tous ces tracas, il faudra que l'on ait de moins en moins d'adjoints et de plus en plus d'associés.
    Le mouvement des fusions d'officine devraient créer des officines de plus en plus grosses où ce sera plus facile de faire rentrer les adjoints au capital ...avec des savoir faire différents car il est difficile d'être specialistes de partout !
    Et là un pacte d'associés permettra d'établir precisement temps de travail, mission , prise de congés....
    Un peu comme les biologistes qui n'ont pratiquement plus de biologistes salariés dans leut structure mais des collaborateurs.
  • 08/04/2023 à 20:13
    PharMarx
    alerter
    @nicolas34 : un pharmacien est par définition un cadre. C est pas une histoire de vrai ou de faux cadre. Vous confondez simplement les cadres rémunérés au forfait et ceux payés a l heure et donc non libres de leur planning. Cela implique dans ce cas que la branche arrête tous les contrats à temps partiel qui permettent de satisfaire à moindre frais les obligations de diplôme et de boucher les trous dans les plannings. Par contre, croyez bien que cela ne sera pas les mêmes contrats ni les mêmes salaires. Il n empêche qu un pharmacien adjoint est actuellement autant cadre que son employeur, et n a pas une responsabilité au rabais, aux yeux de la loi. Par contre la profession ne sait pas valoriser ses jeunes diplomés, surtout quand ils ne sont issus du cocon familial ;)
  • 08/04/2023 à 20:45
    Titu Leurre
    alerter
    Préparateurs, préparatrices,
    Adjointes, adjoints,
    Vous voulez augmentez votre salaire rien n’est plus facile: lancez le mot d’ordre pour une grève pendant une semaine dans tout le pays.
    ´´Soyez résolus de ne servir plus, et vous serez libres.´´ La Boétie
  • 08/04/2023 à 21:19
    Nicolas 34
    alerter
    @Pharmax
    Les pharmaciens adjoints sont les seuls pharmaciens salariés à compter leurs heures comme à l'usine.
    Certes ce sont des contrats horaires mais moi qui vient de l'industrie, j'ai toujours été amusé de voir certains adjoints dans mon officine en panique à l'idée de servir le dernier patient er de partir 10 minutes après....il faudrait passer à des contrats au forfait si les adjoints veulent des augmentations substantielles....
  • 09/04/2023 à 07:05
    Kroko
    alerter
    Appel à la grève générale, toujours cette même antienne gauchiste « sans salariés pas de patron »,.
    Ce que l’observationnel démontre depuis des millénaires dans toutes les cours de ferme du monde , une étude ERC , chère à certains sur ce forum surtout pour des produits expérimentaux inutiles,vient de démontrer que des nanotraces de merde ont été découvertes sur des coquilles d’œuf démontrant ainsi que la poule est bien là avant l’œuf …Désolé les gars mais sans patrons pas de salariés , alors au lieu de vomir vos titulaires changez en ou changez de métier !!!
  • 09/04/2023 à 08:21
    Pharma85
    alerter
    Kroko
    Remarque très pertinente et pleine de bon sens qui fait avancer le débat.....
  • 09/04/2023 à 09:04
    PharMarx
    alerter
    Sans salariés, pas de pharmacies qui tournent non plus. Et si on discute de dégager tous les petits coefs de la honte, c est que les CV ne s empilent plus sur les bureaux, n est ce pas ?
  • 09/04/2023 à 09:59
    vinz
    alerter
    Le problème ne viens pas des titulaires
    S’ils avaient plus de moyen, ils redistribueraient plus, ils sont pas tous radins, ils ont pour la plus part été employé avant, ça permettait de fidéliser le salarié, de se sentir valorisé.
    Et puis si le patron ne veux pas rester après 15h il a raison

    Il faut une refonte de la grille avec et surtout une amélioration du prix du médicament ( qui par la même occasion diminuera la pénurie, pk fabriquer en France 10x plus cher qu’en chine ou Inde c’est une hérésie, on pourra pas acheter les médicaments fabriques ici) ou des ROSP plus importante, pas les missions bidons a 3 francs des kit colorectaux.

    Moi je suis persuadé qu’une meilleure santé financière fera du bien à tout le monde.
  • 12/04/2023 à 10:41
    Hallu
    alerter
    A Nicolas 34: le principe du forfait, c'est aussi de pouvoir partir le vendredi à 15h... c'est mignon de vouloir faire faire des fermetures à rallonge au frais de la vie de famille des femmes à double journées de travail. Clairement si on me met au forfait je fais aucune fermeture, je viens à 7h, 30min de pause dej et à 17h hasta la vista... mdr
  • 21/04/2023 à 09:15
    Fred18
    alerter
    Ma classification represente les salaires minimum representés via un calcul sur l ancienneté pour fideliser les employes.

    Pratique encore dans les annees 80 car les metiers de pharmacie etaient bien determinés.

    Cette classifaction est desuete mais pour remercier la fidelité, loyauté des employes, il faut garder la prime d ancienneté.

    Dépoussiérer cette classification n est pas aisé au regard des differentes typologies de pharmacie qui existent maintenant et des competences specifiques dans l exercice de chaque type de pharmacie.

    C est surtout cette methode de calcul par point qui est idiote car prise sur le calcul du montant de retraite.
    C est d ailleurs pour cela que les augmentations se calcule avec hausse du point car chaque retraité a donc droit a une revalorisation et plus facile pour negocier les hausses de salaire.
    :

    Ceci etant dit :
    Pour les preparateurs il devrait y avoir 3 echelons uniquement non basée sur l ancienneté mais basé sur des competences techniques .
    Une ancienneté calculé des la premiere année avec 1%, 2% pour la deuxieme années etc.

    Reprendre le modele des agences d interim pour les remunerations qui ne dependent pas de la ancienneté.
    Donc en moyenne 20€ brut de l heure sans les indemnités.

    Pour les fonctions de cadres et d assitants: 30 € brut de l heure et meme principe de calcul de l ancienneté.

    Etant donné que chacun a du evolué en termes de competence et que celle ci soit valorisé un % classique ( classique commercial et metiers intellectuels )de 15%brut en fonction de ses competences c est a dire que sur une marge de 30%, 15% pour l employé et 15% pour la pharmacie pour chaque employé .

    Ce serait un moyen de motiver ses troupes a se former et a progresser dans les domaines de sa pharmacie.

    Attention, il faut tout de meme distinguer 3 grands types de pharmacie où deux seulement peuvent appliquer ce modele de remuneration.
    Exception des pharmacies a 95% medicaments ou le calcul de ses salaires est impossible car corrzspondant a l ancienne classification.

    Modele de remuneration qui permet a la pharmacie a gagner en Ca et en marge pour que les employeurs et les salariés y est de l interet a s investir.

    Pour autant cela necessite des ameliorations avec de vrais manager et de veritable politique de montée de competences et egalement de reactivité en terme d adaptabilité de strategie de travail.

    Parce que faire un entretien pharmaceutique et une ou deux vaccinations de l heure ca ne paiera pas du tout le salaire de base au vu des remunerations proposées donc il faudra des roles tournants repartis sur chaque journée.

    Accepter que les assistants et preparateurs effectuent les memes taches et les memes responsabilités et accepter aussi que les titulaires ou employeurs viennent travailler pour effectuer leurs propres taches et tourner dans ce meme cycle avec la meme amplitude horaire, ni plus ni moins.

    Sa remuneration dependra donc de la bonne sante financiere de son entreprise et de ses resultats avec un minimum egale au salaire de l assistant.



  • 21/04/2023 à 09:32
    Fred18
    alerter
    3 echelons preparateurs:
    Base
    Intermediaire
    Expert celui ci correspondant au minima du deuxieme echelons des assistants.

    3 echelons assistants:
    Base
    Intermediaire
    Remplacant- gerant

    Titulaire:
    Base
    Bons resultats
    Excellents resultats

    Le tout saupoudré de vrais primes et avantages .
    7 semaines de conges payes dont une destinée a la formation ( cette duree car correspondant a un exercice en position debout avec des travaux et actes autant physique qu intellectuels assez propre a notre metier)
    Possibilité de primes de 13e mois si 2e ou 3e grade titulaire atteint soit sous forme de primes identiques fixes et non un % de salaire.

    Adaptabilité au changement de mode de vie ( semaine de 5 jours a cheval ou pas sur les periode de week end )



    Voila une proposition concrete .

    Pour les pharmacie a 95% medicament , la ca devient une autre histoire et beaucoup plus compliqué en terme de remuneration car basée uniquement sur le salaire de base.

    Pour rappel: pour chaque pharamcie qui ferme , c est d autant de patients qui se repartissent sur les restantes.
    Pour chaque employé en moins c est d autant de volume en moins et de risque d implosion de l entreprise
  • 21/04/2023 à 09:42
    Fred18
    alerter
    Ah et les semaines de conges payes seront uniquement calculé sur 90% du salaire de base, pour tous.
  • 01/05/2023 à 10:25
    Nadtan
    alerter
    Dommage mais pas normal qu après 15 ans d ancienneté plus rien et après 30 ans de boîte avoir juste l augmentation du point

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !