Présidentielle 2022 : les étudiants en pharma soutiennent la délivrance à l’unité ! - 01/04/2022 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
01/04/2022 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Présidentielle 2022 : les étudiants en pharma soutiennent la délivrance à l’unité !

L’Association nationale des étudiants en pharmacie de France (Anepf) a dévoilé le 1er avril sa contribution à l’élection présidentielle. Il y est notamment question de One Health (une seule santé) avec des propositions – le mot est faible - novatrices…
Getty Images/iStockphoto

Alors que l’écologie est très clairement le parent pauvre (au moins pour l’instant) de la convention nationale pharmaceutique signée le 9 mars 2022 entre l’Assurance maladie, les complémentaires santé et les deux syndicats de pharmaciens, FSPF (Fédération des syndicats pharmaceutiques de France) et USPO (Union des syndicats de pharmaciens d’officine), l’Association nationale des étudiants en pharmacie de France (Anepf) compte bien se saisir du sujet, comme le montre sa contribution à l’élection présidentielle rendue publique le 1er avril 2022.

En matière d’enseignement, les étudiants souhaiteraient intégrer une unité d’enseignement sur la santé environnementale dans le tronc commun de la formation initiale afin de sensibiliser les futurs professionnels de santé à cette responsabilité environnementale s’intégrant pleinement dans une logique de One Health (une seule santé humaine, animale et environnementale). Il leur semble ainsi nécessaire d’intégrer aux études de santé un enseignement sur l’antibiorésistance et le bon usage des antibiotiques. Identifiée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme étant l’une des 10 menaces de santé publique les plus sérieuses pour l’humanité, l’antibiorésistance figure aux yeux des futurs professionnels de santé comme une priorité absolue, peut-on lire dans la contribution. « L’un des plus gros problèmes de l’antibiorésistance en médecine humaine réside en le devenir des antibiotiques que le patient n’utilise pas pour son traitement et qui sont souvent utilisés par la suite en automédication, sans suivi. C’est pourquoi l’Anepf soutient la délivrance à l’unité pour les traitements aigus d’antibiotiques afin de délivrer au patient le nombre exact de comprimés utiles à son traitement », expliquent les étudiants.

Une nouvelle règle de substitution

Toujours dans une logique environnementale, et pour verdir la croix, les étudiants proposent de permettre au pharmacien de substituer un médicament ayant un impact environnemental moindre vis-à-vis du médicament initialement prescrit pour un service médical rendu identique. C’est, pour eux, là encore une façon de participer à un comportement « One Health» .



Laurent Lefort

Les dernières réactions

  • 01/04/2022 à 20:28
    Rixtou
    alerter
    Je suis quand même assez dubitatif de savoir si on est pour ou contre. En fait c’est pas important. Savoir que l’on se dirige droit vers une grosse pénurie de TOUTE les molécules. (Oui elle sont toute fabriquée en chine) Et dans un contexte de tensions et de risque géopolitique majeur avec les chinois, on risque de pas avoir le choix d’économiser drastiquement les médocs et donc de faire de la délivrance au comprimé. La chasse au gâchis va être très sévère !
  • 02/04/2022 à 12:25
    TERMINATOR
    alerter
    1 euros pour le traitement
    vous allez payer les employes avec quoi a la fin
    pauvre profession
  • 02/04/2022 à 17:58
    pascal.r
    alerter
    Vu la date 1 AVRIL
    C'est forcement un poisson sinon c'est à désespérer du manque de connaissance des étudiants
    - sur le fonctionnement pratique d'une officine et la possibilité de faire de la vente à l'unité... (local, temps, personnel, attente...)
    - sur les raisons réelle du gaspillage en médicament (non respect AMM, TP...)
    - sur l’intérêt de la vente à l'unité qui ne résout EN RIEN le gaspillage, au contraire ! (pas de possibilité de "stock" tampon, tout comprimé en vrac termine à la poubelle...)
    etc etc
  • 02/04/2022 à 23:16
    hydrangea27
    alerter
    Quel est l’intérêt du pharmacien d’aller ouvrir une boite, compter 10 comprimés, remplir un sachet avec le nom, la posologie, le n°de lot, la date de péremption pour une boite qui était facturée 2,36€ à la SS
    alors que le malade va prendre 3 comprimés et mettre le reste dans la poubelle, tandis que le pharmacien avait passé 10mn pour préparer ça! De plus , s’il reste des comprimés et que la boîte suivante n’a pas le même n° de lot vous ne pouvez pas les mélanger.
    Réfléchissez !!!!!!
  • 03/04/2022 à 03:39
    Flipper95
    alerter
    Les étudiants étudient et les professionnels exercent. C’est simple et ça évitera de parler de choses qu’ils ne connaissent pas. Un peu d’humilité SVP

  • 03/04/2022 à 11:13
    Sidonie
    alerter
    Finir le cursus, prendre des cours de gestion, et on en reparlera.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !