Négociations conventionnelles : pas de revalorisation, pas de signature - 15/03/2024 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
15/03/2024 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Négociations conventionnelles : pas de revalorisation, pas de signature

Lors de son point presse du 15 mars 2024, Pierre-Olivier Variot, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) a fait le point sur les négociations de l’avenant économique. Voici les propositions des syndicats qui pourraient faire pencher la balance. En tout cas, Pierre-Olivier Variot s’est montré ferme : « S’il n’y a pas de revalorisation des honoraires, les syndicats ne signeront pas ».
Getty Images

Mardi 19 mars 2024, deux bilatérales auront lieu avec l’Assurance maladie : le matin, cela sera avec la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) et, l’après-midi avec l’Union des Syndicats de Pharmaciens d’Officine (USPO). Quoi qu’il en soit les deux syndicats afficheront des positions communes. Et claires : « Sans revalorisation des honoraires, il n’y aura pas de signature », a affirmé Pierre-Olivier Variot.

Pas de TROD à 9 €

Selon le président de l’USPO, trois grands « blocs » de sujets seront traités. Le premier concerne la revalorisation des honoraires et la création de nouveaux honoraires comme pour l’intervention pharmaceutique, ruptures de stock de médicaments comprises. « Il n’est pas normal de subir une telle carence de l’Etat », a commenté le président. Concernant les honoraires, deux lignes rouges ne doivent pas être franchies : la marge de 98 € pour les médicaments chers ne doit pas être modifiée et l’honoraire à la boîte ne doit pas être baissé.

« Les TROD à 9 €, hors de question », ajoute Pierre-Olivier Variot. Les syndicats maintiennent leur demande d’un tarif entre 20 et 25 €.

Revoir la liste des médicaments d’exception

Le deuxième bloc porte sur la lutte contre les fraudes. « On revient à une proposition que nous avons déjà formulée, modifier la liste des médicaments d’exception qui nécessitent une ordonnance à 4 volets, en enlevant tous ceux dont le prix est inférieur à 300 € et en ajoutant les médicaments à plus de 300 €. Cela ne changera rien pour les médecins, juste les habitudes de prescription. Mais ce sont des ordonnances beaucoup plus difficiles à frauder lorsque l’on demande l’original », a expliqué le syndicaliste.

Financer grâce aux biosimilaires

Le troisième sujet touche les médicaments biosimilaires et hybrides. Pour Pierre-Olivier Variot, « si on tient compte des nouveaux biosimilaires et hybrides qui vont sortir, on peut faire une économie de 3,5 milliards d’euros sur deux ans et demi ce qui permettrait de financer l’investissement de l’Assurance maladie dans le réseau officinal. ».

Revaloriser les gardes

Enfin les deux syndicats vont demander une revalorisation des gardes pharmaceutiques, à chaque ordonnance avec un partage entre le régime obligatoire et le régime complémentaire, et dans un second temps une diminution du nombre de secteurs avec une augmentation de leur taille. « Nous allons aussi demander un honoraire de garde de nuit profonde, c’est-à-dire à partir de 23 heures sans baisse de la rémunération avant 23 heures », a précisé Pierre-Olivier Variot.



Magali Clausener

Les dernières réactions

  • 16/03/2024 à 11:31
    BREZHONEG
    alerter
    Quand on rapproche les 2 infos, ça montre à quel point nos représentants (?) sont "baladés" :
    ////// Négociations conventionnelles : pourquoi la Cnam est optimiste sur un accord avec les pharmaciens ///// (voir en bas de la page
  • 16/03/2024 à 13:00
    pascal.r
    alerter
    On peut aussi ajouter cette info
    " Négociations conventionnelles des médecins : la Cnam propose une consultation à 60 € "
    Suivant le principe du " déshabiller Pierre pour habiller Paul "
    Les pharmacien étant toujours le Pierre qu'on roule et qui n'amasse jamais la mousse ou plutôt les pépettes.
  • 16/03/2024 à 16:17
    BREZHONEG
    alerter
    Effectivement pascal r ! J'ai retrouvé l'article dans un autre journal (plutot de medecins),pour la consultation à 60 e: voir ci dessous , ça fait mal !!! ::

    Négociations conventionnelles : la CNAM promet des revalorisations tous azimuts
    Quentin Haroche | 15 Mars 2024 le j.i.m


    Paris – Pour emporter l’adhésion des syndicats de médecins libéraux, la CNAM a mis sur la table de nouvelles revalorisations lors de la réunion multilatérale de ce jeudi. 15/03

    Thomas Fatôme était d’humeur généreuse ce jeudi lors de la nouvelle réunion multilatérale entre la CNAM et les syndicats de médecins libéraux,
  • 16/03/2024 à 18:27
    tnttnt
    alerter
    La sécu ne fait que profiter de l'apathie des pharmaciens. Et on ferait la même chose à leur place.
    Ce sont les pharmaciens les 1ers responsables de la situation.
  • 16/03/2024 à 20:07
    FX
    alerter
    Les pharmaciens ne sont devenus que de vils commerçants avec aucune volonté de solidarité !
    J'en est encore eu la confirmation cette AM: une patiente fait 50 km pour une délivrance de GLP-1-pour son DT2.
    Elle m'interroge sur le pourquoi des ruptures, je lui explique le double problématique: détournement d'indication non vérifiée par les pharmaciens financiers incompétents, l'insuffisance de production de la part du laboratoire producteur (créant ainsi une artificielle crise). J'en profites pour lui posé quelques questions sur son diabète, l'utilisation de son analogue lent de l'insuline, des modifications de son traitement augmentation des doses de sulfonylurée, bref la B.A BA de tout pharmacien normalement diplômé et responsable.
    Cette patiente me dit que c'est la première fois qu'un pharmacien lui explique ces médicaments, le protocole Basale Bolus, car elle est diabétique depuis 15 ans.
    Bref, j'ai alors eu une honte incommensurable, pour les confrères, pardon "pousseur de boites" inculte et incapable, sauf peut-être pour faire la caisse du soir !!
    J'ai présenté mes excuses pour toute la profession !!!!
    Les seules préoccupations des "pousseurs de boites" sont le CA et le nombre de patients piqués aux concurrents .
    Sauf à me prouver un tournant radical de la profession, c'est mort. Je serait le premier à demander la vente des médicaments en GMS, car je suis sur que le métier sera mieux honorer .
    Tout est dit !
    CQFD
  • 19/03/2024 à 15:09
    erwann
    alerter
    Totalement d'accord avec FX!!
  • 22/03/2024 à 11:20
    BREZHONEG
    alerter
    Pourquoi les commercants seraient ils " vils"? Le mepris de la race et le mepris de la classe se rejoindront dans les poubelles de l'Histoire. Schoah et Goulag,memes coupables malades mentaux ,meme poubelle comme destination pour les partis nazis et cocos coupables..
  • 22/03/2024 à 18:29
    FX
    alerter
    ?

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Pourrez-vous respecter la minute de silence en mémoire de votre consœur de Guyane le samedi 20 avril ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !