Livraison à domicile : quand l’Ordre montre les dents - 22/03/2023 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
22/03/2023 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Livraison à domicile : quand l’Ordre montre les dents

La plateforme de livraison à domicile de médicaments et de produits de parapharmacie Livmed’s, utilisée par 2 300 pharmacies à ce jour, qui compte Sanofi dans son capital, fait l’objet d'un recours judiciaire. Explications.
Getty Images

La start-up Livmed’s, lancée en février 2020 par Talel Hakimi et deux associés, promet de livrer les médicaments et produits de parapharmacie aux patients, en 30 minutes, grâce à son réseau de pharmacies et à ses livreurs. En fin d’année 2022, Sanofi annonce apporter 1 million d’euros à la société via son entité Santé Grand Public. L'entreprise qui veut être partenaire de la digitalisation des pharmaciens voire le « Google de la pharmacie » fait aujourd'hui face à l’Ordre des pharmaciens.

« Nous avons porté plainte contre cette société pour, entre autres, exercice illégal de la pharmacie », indique un représentant du Conseil central de l’Ordre des pharmaciens. « Si vous consultez l’application, vous constaterez que le patient paie non pas à la pharmacie mais à Livmed’s. Ce flux est également problématique », ajoute l'ordinal. Selon Pierre-Olivier Variot, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO), l’Ordre reprocherait également à la plateforme « le transfert d’ordonnances et la commande pour le compte d’un tiers. »

« Le conseil central de l'Ordre des pharmaciens nous reproche une activité de vente ou de courtage en médicaments. Ce que nous démentons. Nous avons fait établir un rapport d'expertise et un constat d'huissier qui montrent qu'à chaque étape de notre fonctionnement, nous respectons le monopole officinal, qui comprend les activités de vente - notamment en ligne - et de dispensation de médicaments, dans les conditions fixées par l'article L. 4211-1 du code de la santé publique », se défend Talel Hakimi.

Parallèlement, plusieurs pharmacies travaillant avec la société en région Paca ont eu la visite de leur agence régionale de santé (ARS). Talel Hakimi ne conteste pas ce point. « Nous sortons grandis de ce rapport de visite chez nos clients qui précise que notre société peut être sollicitée à des fins de livraison », se félicite-t-il. « Ce point de vue est très optimiste. Le rapport a été envoyé au Conseil régional de l’Ordre qui jugera de l’opportunité de poursuivre nos confrères », énonce prudemment le représentant de l’Ordre.

Du côté du représentant des étudiants en pharmacie, la start-up ne séduit pas non plus. « Les livreurs sont sur le même modèle qu’Uber. Ils sont sous payés. Ce n’est pas un progrès », estime Maxime Delannoy, président de l'Association nationale des étudiants en pharmacie de France (Anepf). Une appréciation incompréhensible pour Talel Hakimi. « Nous employons des livreurs en CDI dès que l'activité locale le permet. On confond ma société avec d’autres dont le business model est contestable. L’investissement de Sanofi et des autres actionnaires n’a eu lieu qu’après un audit juridique méticuleux. Je suis en outre attaché au maillage territorial en garantissant que la pharmacie du coin de la rue, choisie par le patient, lui livre ses médicaments. Pourtant ici (lors du salon PharmagoraPlus qui s’est déroulé les 11 et 12 mars à Paris, NdlR), certains représentants de la profession m’évitent », déplore-t-il.

Du côté de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), Valérian Ponsinet, membre du bureau, n’est pas opposé à ce nouvel entrant. « Nous les avons rencontrés avec Philippe Besset, le président du syndicat. Leur solution parait bien pensée : toutes les pharmacies sont référencées, le patient paie la livraison. Mais comme nous le leur avons rappelé, en tant que pharmaciens, nous prenons soin de ne pas communiquer; or la communication de Livmed’s est assez agressive. Elle peut donc faire peur », explique-t-il.

Après une première audience le 2 mars, la réponse au référé sera prononcée mi-avril.



Anne-Charlotte Navarro

Les dernières réactions

  • 23/03/2023 à 07:41
    fflori
    alerter
    L'ordre demande que la livraison des médicaments à domicile soit une vraie dispensation, réalisée par un pharmacien ou par un préparateur. L'utilisation de ces plateformes est comparable à faire délivrer une personne sans diplôme : ainsi le titulaire doit être sanctionné par l'ordre. Dans le cas contraire, dans 5 ans Amazon sera notre premier concurrent...
  • 23/03/2023 à 10:43
    Candida 92
    alerter
    O.Véran,Macron et son épouse Brigitte se sont à plusieurs reprises officiellement affichés en public ( tapez Livmed's sur Google et vous verrez..) en vantant les mérites et en soutenant cette société alors il est fort probable que l'Ordre des Pharmaciens ne tarde pas à retirer ses recours judiciaires ...
  • 23/03/2023 à 13:29
    pascal.r
    alerter
    @Candida 92
    C'est le fameux en même temps, tout et son contraire.
    - Je permet la livraison de médicaments, par n'importe qui et demain Amazon, et en même temps, je dis à mon gentil pharmacien de proximité de tenter de survivre, sa jolie croix verte égayant le village.
    - Je prône la course au prix bas permanent, et en même temps, je décide de relocaliser les fabrications en France, sans rire.
    - Je fais tout faire en Chine, et en même temps, je ne comprend pas pourquoi il y a des manquants et des tensions d'approvisionnement, mais pas de crainte l'année prochaine, le problème sera résolu.
    - Je développe la téléconsultation pour soi disant lutter contre les déserts médicaux, et en même temps, j'installe les cabines partout sauf la ou s'est réellement nécessaire.
    - Je dis au pharmacien de faire son travail de spécialiste du médicament, et en même temps, je lui dit de sortir du comptoir pour faire tout sauf son métier.
    etc, etc.....
  • 23/03/2023 à 18:59
    BREZHONEG
    alerter
    .........resultat : les facs de pharma et medecine s'assechent ,les eventuels etudiants etant désorientés et " dé-orientés" vers une autre profession.. quand ils voient l'etat des lieux dans nos metiers..
  • 23/03/2023 à 23:48
    Nicolas 34
    alerter
    @Pascal r
    Vous avez parfaitement résumé la situation et en même temps je ne suis pas d'accord avec vous ....
    ,-)
  • 24/03/2023 à 08:50
    pascal.r
    alerter
    @Nicolas 34
    Vous n'êtes pas d'accord avec moi et en même temps vous constatez que c'est la situation actuelle qui aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain, se dégrade, sur tous ces points et bien d'autres.
  • 27/03/2023 à 10:55
    Candida 92
    alerter
    Livmed's vient de lever 1million d'euros auprès de Sanofi et vient de faire partie de la vingtaine de start up hébergée par Paris santé campus, organisme public créé en plein confinement en 2020 par notre très cher président EM. L'Ordre des Pharmaciens commence à faire désordre en embêtant cette start -up à qui il ne manque plus que la Légion d'honneur !

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Avez-vous des toilettes accessibles à la clientèle ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !