28/03/2019 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Homéopathie : la mise au point des Académies de médecine et de pharmacie

L’information avait fuité dans le quotidien Le Figaro, mardi 26 mars. Les Académies de médecine et de pharmacie ont signé un communiqué commun, rendu public ce jeudi, pour faire part de leur avis sur l’homéopathie, actuellement évaluée par la Haute Autorité de santé. Et leur position s’avère plus constructive que celle évoquée en début de semaine.
Homéopathie, Académie de médecine, Académie de pharmacie, remboursement, déremboursement, HAS, médicament, DU homéopathie, DR

Si les académiciens demandent à ce qu’aucun diplôme universitaire ne soit délivré en faculté de médecine ou de pharmacie, parce qu’il aurait pour effet de « cautionner une méthode thérapeutique qui n’est pas acceptée ni utilisée par la plus grande partie du corps médial », ils proposent en revanche « d’inclure ou de renforcer dans les études de médecine et de pharmacie un enseignement – obligatoire dans le 2e cycle, optionnel dans les 3e cycles – dédié à la relation médecin-malade, à ses effets non spécifiques, aux effets placebo avec attente, aux effets bénéfiques du conditionnement, et au bon usage des médecines complémentaires intégratives ».

 

S’ils recommandent le déremboursement de l’homéopathie « tant que la démonstration d’un service médical rendu suffisant n’en aura pas été apportée », s’ils demandent à ce que le conditionnement porte une « information loyale » au patient et mentionne que « l’efficacité du produit n’a pas été démontrée selon les normes en vigueur », et s’ils bannissent la notion de « médecine alternative », les académiciens estiment cependant « qu’il n’est pas contraire à l’éthique ni aux bonnes pratiques d’user de préparations homéopathiques, dans les situations où l’emploi d’une thérapie complémentaire est souhaitée ». Mais posent leurs conditions : que cette thérapie complémentaire « n’induise pas une perte de chance en retardant la procédure diagnostique et/ou l’établissement d’un traitement reconnu efficace, sous condition que le médecin soit conscient qu’il use d’un placebo avec attente ». Et qu’elle ne remplace pas la médecine conventionnelle.

 

Enfin, parce qu’ils prennent en compte la popularité de l’homéopathie, les académiciens proposent d’instituer, « sous une forme à définir, une base indépendante et actualisée d’information du public sur les thérapies complémentaires ».






Anne-Hélène Collin

Les dernières réactions

  • 28/03/2019 à 17:13
    Domino
    alerter
    Ça y est, le lobbying de chez Boiron semble commencer à fonctionner...
  • 28/03/2019 à 17:40
    BREZHONEG
    alerter
    Comme cela a été proposé précedemment, mettre l'homeo a 15% de tx de rembt. ,avec 0.50 par tube ou boite de retenue permet d'arriver a un non remboursement de fait par la secu....
  • 29/03/2019 à 08:59
    apismellifica
    alerter
    Dérembourser pour mieux rembourser des pathologies graves (hôpital et en ville, choix des instances de santé) peut être , mais dérembourser en dénigrant NON !!!
  • 29/03/2019 à 10:57
    BREZHONEG
    alerter
    Ca s'appelle un compromis.Ceux qui "detiennent la verité", (Notre Dame des Landes Islamistes,etc) ,se caracterisent par l'incapacité a admettre que d'autres -tres majoritaires souvent- ne sont pas convaincus par leur opinion.Mais en democratie, on ne progresse qu'en "suivant une ligne brisée entre les erreurs" comme l'a dit je ne sais plus qui.
  • 30/03/2019 à 15:43
    Morvandiaux
    alerter
    Remboursé si efficace
    Jusqu’a preuve su contraire l’homeo n’est pas plus efficace qu’un placebo. Donc son deremboursement me semble légitime
  • 01/04/2019 à 08:29
    wilson
    alerter
    Brezhoneg ce que vous dites est inexact. Tous les médicaments font l objet d une franchise de 0.50cts (sauf ceux 100% sécu) avec un plafond annuel à 50 euro
  • 24/05/2019 à 12:46
    i.maj
    alerter
    Ces instances officielles ont perdu la confiance de plus en plus de personnes informées (pas sur les réseaux sociaux comme le prétend Mme Buzin, lobyiste en chef du gouvernement Macron). Et c'est légitime tant leur expertise à failli : soit pour adapter des normes aux limites des industriels plutôt qu'à la santé publique, soit pour contribuer à nier ou ne pas voir les trop nombreux scandales sanitaires perpétrés par ľindustrie pharmaceutique, ignorer les conflits ďintérêt flagrants, la corruption que seuls les journalistes mettent au jour...
    Ici et maintenant autour du déremboursement de ľhoméopathie - autre avatar de la cabale hystérique contre les médecines alternatives, complètement irrationnelle, anti-scientifique et idéologique, qui déchaîne les passions ďopposants qui n'ont pas la moindre expérience de ce dont il parlent, et sur lesquelles Mme Buzin s'emploie a jetter de ľhuile sur le feux au grand bénéfice de ses commanditaires les laboratoires - ces instances "officielles" prétendent nous contraindre dans nos choix de vie les plus intimes, nos choix en matière de santé. C'est notre liberté la plus intime et légitime. Jamais nous n'y renonceront.

  • 24/05/2019 à 23:18
    i.maj
    alerter
    Ces instances officielles ont perdu la confiance de plus en plus de personnes informées (pas sur les réseaux sociaux comme le prétend Mme Buzin, lobyiste en chef du gouvernement Macron). Et c'est légitime tant leur expertise à failli : soit pour adapter des normes aux limites des industriels plutôt qu'à la santé publique, soit pour contribuer à nier ou ne pas voir les trop nombreux scandales sanitaires perpétrés par ľindustrie pharmaceutique, ignorer les conflits ďintérêt flagrants, la corruption que seuls les journalistes mettent au jour...
    Ici et maintenant autour du déremboursement de ľhoméopathie - autre avatar de la cabale hystérique contre les médecines alternatives, complètement irrationnelle, anti-scientifique et idéologique, qui déchaîne les passions ďopposants qui n'ont pas la moindre expérience de ce dont il parlent, et sur lesquelles Mme Buzin s'emploie a jetter de ľhuile sur le feux au grand bénéfice de ses commanditaires les laboratoires - ces instances "officielles" prétendent nous contraindre dans nos choix de vie les plus intimes, nos choix en matière de santé. C'est notre liberté la plus intime et légitime. Jamais nous n'y renoncerons.

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Avec un recul de quelques semaines, est-ce finalement facile de vacciner à l’officine ?


Solutions

MON ESPACE FORMATION

L’abonnement au Moniteur des pharmacies inclut désormais l’accès à tous les modules de formation en ligne, dont les modules agréés DPC, sans frais supplémentaires.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !



En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK