Grippe aviaire, bronchiolite… : surveiller l’animal pour préserver la santé humaine - 27/02/2023 - Actu - Le Moniteur des pharmacies.fr
 
27/02/2023 | Le Moniteur des pharmacies.fr ..

Grippe aviaire, bronchiolite… : surveiller l’animal pour préserver la santé humaine

Alors que le Salon de l’agriculture ouvre ses portes du 25 février au 5 mars à Paris, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) définit les enjeux qui lient la santé animale à la santé humaine.
Getty Images/iStockphoto

60 % des maladies infectieuses actuelles sont communes à l’humain et à l’animal, et 75 % des maladies infectieuses émergentes ont une origine animale. Le phénomène n’est donc pas nouveau et a commencé depuis la chasse et la domestication des animaux. Mais il s’est accéléré ces dernières années avec le nombre croissant d’humains et le besoin accru de nourriture, conduisant notamment à la conquête de territoires de forêts pour des grandes cultures et des élevages, et le changement climatique marqué, par exemple, par l’arrivée en Europe du moustique Tigre ou de certaines tiques vivant jusque là dans des zones plus chaudes. Les interactions entre animaux domestiques et faune sauvage se sont aussi développées. Ainsi, 43 % des 335 maladies émergentes entre 1940 et 2004 provenaient de la faune sauvage.

Améliorer la détection des maladies animales

Détecter les maladies émergentes chez les animaux est donc essentiel. Plusieurs réseaux de surveillance sont en place afin de repérer des symptômes et identifier les maladies chez les bovins et ovins, les porcs, les volailles, les équidés, mais aussi l’apparition de certains événements inhabituels. En effet, certaines maladies sont asymptomatiques ou bien leurs symptômes apparaissent tardivement après la contamination. Il est donc important de donner aussi aux agriculteurs et vétérinaires des méthodes de diagnostic, tels que des autotests, pour une surveillance continue au chevet de l’animal. « C’est un enjeu majeur pour l’avenir de l’élevage », souligne d'ailleurs Gilles Salvat, directeur général délégué du pôle recherche et référence de l’Anses.

Ainsi, l’agence étudie et met en œuvre de nouvelles technologies diagnostiques. Elle évalue également les nouvelles technologies vaccinales et leurs apports dans les stratégies de contrôle des maladies (par ex. l’influenza aviaire hautement pathogène ou la peste porcine africaine). Enfin, l’étude des maladies animales permet d’accélérer les réponses aux futures émergences dans l’espèce humaine. Les premières détections en France du métapneumovirus humain, qui est un agent de bronchiolites chez l’enfant, a été rendue possible grâce aux travaux entrepris depuis 1986 sur les métapneumovirus aviaires responsables d’affections respiratoires et génitales chez les volailles.



Magali Clausener

Réagir à l'actualité

Pseudo :
Vous êtes un professionnel de santé ? Faites le savoir dans vos contributions en affichant le pictogramme "Professionnel de santé certifié" . Inscrivez-vous ou identifiez-vous puis transmettez-nous un justificatif de votre qualité de professionnel de santé (photocopie de carte d'étudiant, de diplôme, de carte de l'Ordre...).


Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation du Moniteur des pharmacies.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.

Vous sentez-vous régulièrement en insécurité dans vos officines ?


Décryptage

NOS FORMATIONS

1Healthformation propose un catalogue de formations en e-learning sur une quinzaine de thématiques liées à la pratique officinale. Certains modules permettent de valider l'obligation de DPC.

Les médicaments à délivrance particulière

Pour délivrer en toute sécurité

Le Pack

Moniteur Expert

Vous avez des questions ?
Des experts vous répondent !